Algèbre – correction des exercices 14, Exercices de Algèbre linéaire
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Algèbre – correction des exercices 14, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (70.2 KB)
6 pages
167Numéro de visites
Description
Algèbre – correction des exercices 14. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la linéarité de l’intégrale, la suite des inégalités, l’image par l’application f.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 6
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
MĕtropoleS21juin2012corrige.dvi

[ Baccalauréat S Métropole–La Réunion 21 juin 2012 \

EXERCICE 1 4 points

Commun à tous les candidats

1. Sur l’intervalle [−3,−1], tous les points de la courbe ont une ordonnée négative. VRAIE 2. Sur l’intervalle ]−1 ; 2[, on lit que f ′(x)> 0, donc que f est croissante sur cet intervalle. VRAIE 3. Sur l’intervalle ]−1 ; 0[, on a f ′(x) > 0 donc f est strictement croissante sur ]−1 ; 0[. Or on sait

que f (0) = −1. D’après la croissance stricte sur l’intervalle tous les points de cet intervalle ont une image par f inférieure à −1. FAUSSE

4. Pour x = 0, on lit f ′(0)= 1 et on sait que f (0)=−1. On sait que l’équation de la tangente à la courbe C au point d’abscisse 0 est

y f (0)= f ′(0)(x −0) ⇐⇒ y − (−1)= 1x ⇐⇒ y = x −1. Cette tangente contient bien le point de coordonnées (1 ; 0) car ces cordonnées vérifient l’équation de la tangente. VRAIE

EXERCICE 2 5 points

Commun à tous les candidats

1. a.

D0,4

E1 0,7

E2 0,25

E20,75

E10,3

D0,6

b. On a p (E1)= p (D E1)= p(DpD (E1)= 0,4×0,7 = 0,28. c. Calculons la probabilité de ne pas être recruté, soit :

p(F )= p (

D )

+p (

D E1 )

+p (

D E1∩E2 )

= 0,6+0,4×0,3+0,4×0,7×0,75 = 0,6+0,12+0,21 =

0,93. D’où p (

F )

= 1−p(F )= 1−0,93 = 0,07. On peut directement calculer la probabilité d’être recruté, soit :

p (

F )

= p (D E1∩E2)= 0,4×0,7×0,25 = 0,07.

D’où p(F )= 1−p (

F )

= 1−0,07 = 0,93.

2. a. Chaque dossier est étudié indépendamment des autres et chaque candidat a une probabilité

d’être recruté égale à 0,07. La variable X suit donc une loi binomiale (B,n = 5, p = 0,07). b. On a p(X = 2)=

(5 2

)

0,072×0,933 = 10×0,072 ×0,933 ≈ 0,0394≈ 0,039 à 10−3 près 3. On reprend ici la loi binomialemais avec n candidats chacun ayant une probabilité d’être recruté

égale à 0,07.

La probabilité qu’aucun ne soit retenu est égale à : (n 0

)

×0,070×0,93n = 0,93n . La probabilité qu’un au moins des n candidats soit recruté est donc égale à 1−0,93n . Il faut donc résoudre l’inéquation :

1−0,93n > 0,999 ⇐⇒ 0,001 > 0,93n ⇐⇒ ln0,001 > n ln0,93 (par croissance de la fonction ln)

⇐⇒ n > ln0,001

ln0,93 car ln0,93 < 0.

Or ln0,001

ln0,93 ≈ 95,1.

Il faut donc traiter aumoins 96 dossiers pour avoir une probabilité supérieure à 0,999 de recruter

au moins un candidat.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

EXERCICE 3 6 points

Commun à tous les candidats

Il est possible de traiter la partie C sans avoir traité la partie B.

Partie A

f (x)= 1

x +1 + ln

( x

x +1

)

.

1. x

x +1 =

x +1−1 x +1

= 1− 1

x +1 .

Comme lim x:→+∞

−1 x +1

= 0, on a donc lim x:→+∞

x

x +1 = 1 et lim

x:→+∞ ln

( x

x +1

)

= 0.

• On a lim x:→+∞

1

x +1 = 0, donc finalement par somme de limites : lim

x:→+∞ f (x)= 0.

2. Comme sur [1 ; +∞[,x+1 > 0, et x

x +1 > 0 la fonction f est la sommede deux fonctions dérivables

sur [1 ; +∞[ et sur cet intervalle :

f ′(x)=− 1

(x +1)2 +

u′(x)

u(x) avec u(x)=

x

x +1 .

Or u′(x)= 1× (x +1)− x ×1

(x +1)2 =

1

(x +1)2 .

Donc f ′(x)=− 1

(x +1)2 +

1 (x+1)2

x x+1

=− 1

(x +1)2 +

1

x(x +1) =

x + x +1 x(x +1)2

= 1

x(x +1)2 .

Comme x > 1, la dérivée est clairement positive, donc la fonction est croissante sur [1 ; +∞[ de f (1)=

1

2 + ln

1

2 ≈−0,193 à 0 sa limite en plus l’infini.

3. Le tableau montre que f (x)< 0 sur [1 ; +∞[.

Partie B

un = 1+ 1

2 + 1

3 + . . .− lnn.

1. L’algorithme donne successivement pour u les valeurs :

0+1= 1 1+

1

2 =

3

2 3

2 + 1

3 =

11

6 valeur qu’il affiche.

2. Il suffit de modifier la sortie en : Afficher u− lnn. 3. On peut conjecturer que pour n allant de 4 à 2000 la suite est décroissante et converge vers une

valeur proche de 0,577.

Partie C

1. Ona un+1−un = [

1+ 1

2 + 1

3 + . . .

1

n +

1

n+1 − ln(n+1)

]

− [

1+ 1

2 + 1

3 + . . .+

1

n − lnn

]

= 1

n+1 +lnn

ln(n +1)= 1

n+1 + ln

( n

n+1

)

= f (n). On a vu que pour x > 1, f (x)< 0, donc un+1−un = f (n)< 0 montre que un+1 < un , ce qui signifie que la suite (un ) est décroissante.

2. a. Puisqu’on intègre de k strictement positif à k +1, on a donc

0< k 6 x 6 k +1 ⇐⇒ 0< 1

k +1 6

1

x 6

1

k

On a donc en particulier 1

x 6

1

k ⇐⇒

1

k

1

x > 0. L’intégrale sur [k ; k + 1] de la fonction

continue et positive est un nombre positif.

Métropole–La Réunion 2 21 juin 2012

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

• ∫k+1

k

(

1

k

1

x

)

dx > 0 ⇐⇒ ∫k+1

k

1

k dx >

k+1

k

1

x dx (par linéarité de l’intégrale.

Or

k+1

k

1

k dx =

1

k × (k +1−k)=

1

k .

L’inégalité précédente s’écrit donc :

k+1

k

1

x dx 6

1

k .

• On a ∫k+1

k

1

x dx = [lnx]k+1k = ln(k +1)− lnk.

Donc l’inégalité précédente s’écrit ln(k +1)− lnk 6 1

k (1)

b. On obtient la suite des inégalités suivante :

ln(1+1)− ln16 1

1

ln(2+1)− ln26 1

2

ln(3+1)− ln36 1

3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

ln(n)− ln(n−1)6 1

n−1 ln(n+1)− lnn 6

1

n D’où par somme membres à membres et effet de « dominos » :

ln(n+1)− ln16 1+ 1

2 + 1

3 + . . .+

1

n ou encore

ln(n+1)6 1+ 1

2 + 1

3 + . . .+

1

n

c. La fonction ln étant croissante, on a lnn < ln(n+1) et comme ln(n+1)6 1+ 1

2 + 1

3 + . . .+

1

n on

en déduit que lnn < 1+ 1

2 + 1

3 +. . .+

1

n ⇐⇒ 0< 1+

1

2 + 1

3 +. . .+

1

n −lnn, soit finalement un > 0.

3. On a vu que la suite est décroissante et ensuite qu’elle est minorée par 0 : elle converge donc vers

une limite supérieure à zéro.

EXERCICE 4 5 points

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

1. a. Voir à la fin de l’exercice.

b. zA′ = 1

zA+1 =

1

− 1 2 +1

= 1 1 2

= 2.

zB′ = 1

zB+1 =

1

− 1 2 + i+1

= 1

1 2 + i

= 1 2 − i

(

1 2 + i

)(

1 2 − i

) = 1 2 − i

1 4 +1

= 1 2 − i 5 4

= 4

5

(

1

2 − i

)

.

zC′ = 1

zC+1 =

1

− 12 − 1 2 i+1

= 1

1 2 −

1 2 i

= 1 2 + 1

2 i

(

1 2 −

1 2 i

)(

1 2 +

1 2 i

) = 1 2 + 1

2 i

1 4 +

1 4

= 1 2 (1+ i) 1 2

= 1+ i.

c. On a z−−−→ A′B′

= 4

5

(

1

2 − i

)

−2= 2

5 − 4

5 i−2=−

8

5 − 4

5 i.

Demême z−−−→ A′C′

= 1+ i−2=−1+ i.

Les vecteurs −−−→ A′B′ et

−−−→ A′C′ ne sont pas colinéaires, donc les points A′, B′ et C′ ne sont pas ali-

gnés.

2. a. g est la translation de vecteur −→ u .

b. Voir la figure

c. Soit I le point d’affixe 1.

|z −1| = |z| ⇐⇒ |z −1| = |z −0| ⇐⇒ |z zI| = |z zO| ⇐⇒ IM =OM . Les points M sont donc équidistants de O et de I : ils appartiennent à la médiatrice de [OI] qui

a pour équation x = 1

2 et qui est donc la droite D1 d’après la question précédente.

Métropole–La Réunion 3 21 juin 2012

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

3. a. zA2 = 1

zA1 =

1 1 2

= 2= zA′ .

zB2 = 1

zB1 =

1 1 2 + i

= 1 2 − i

1 4 +1

= 4

5

(

1

2 − i

)

= zB′ .

Enfin zC2 = 1

zC1 =

1 1 2 − 1

2 i =

2

1− i =

2(1+ i 1+1

= 1+ i= zC′

b.

1

z −1

= 1 ⇐⇒ ∣

1− z z

= 1 ⇐⇒ |z −1| |z|

= 1 ⇐⇒ |z −1| = |z|.

c. Soit un point M de D1 d’affixe z. On a vu que son affixe vérifie |z −1| = |z|, donc d’après la

question la question précédente

1

z −1

= 1 (2).

Son image par h est le point M2 d’affixe z ′ =

1

z .

La relations (2) devient donc |z ′−1| = 1 qui signifie que le point M2 appartient au cercleC de centre I et de rayon 1.

Conclusion : l’image par h de la droite D1 est incluse dans le cercle de centre I et de rayon 1.

4. Soit M un point d’affixe z de la droite D. Son image par g est le point M1 d’affixe z +1.

L’image par h du point M1 d’affixe z+1 est le point M2 d’affixe 1

z +1 c’est-à-dire l’image par f de

M .

Or l’image par g de la droiteD est la droiteD1 et ensuite on a admis que l’image par h de la droite

D1 est le cercle C privé de O.

Conclusion : l’image par l’application f de la droiteD est le cercle de centre I de rayon 1 privé de

O.

−2

−2 b

b

b

b

b

b

b

b

b

b I A′

B′

C′

A

B

C

A1

B1

C1

D D1

Métropole–La Réunion 4 21 juin 2012

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

EXERCICE 4 5 points

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

Le plan complexe est muni d’un repère orthonormé direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

.

On désigne par A, B et C les points d’affixes respectives

zA =−1+ i, zB = 2i et zC = 1+3i.

et D la droite d’équation y = x +2.

1. xA+2=−1+2= 1= yA donc A∈D. xB+2= 0+2= 2= yB donc B ∈D. xC+2= 1+2= 3= yB donc A ∈D. Les trois points A, B et C sont alignés et appartiennent à la droite D.

(voir figure à la fin).

2. (1+ i)z +3− i= 0⇔ z = −3+ i 1+ i

= (−3+ i)(1− i)

12+12 =

−3+3i+ i+1 2

=−1+2i. −1+2= 1 6= 2 donc le point d’affixe −1+2i n’appartient pas à D.

Dans la suite de l’exercice, on appelle f l’application qui, à tout point M d’affixe z différente de

−1+2i, fait correspondre le point M ′ d’affixe 1

(1+ i)z +3− i .

Le but de l’exercice est de déterminer l’image par f de la droite D.

3. Soit g la transformation du plan qui, à tout point M d’affixe z, fait correspondre le point M1 d’affixe (1+ i)z +3− i. a. (1+ i)z +3− i= az +b avec a = 1+ i et b = 3− i.

a 6= 1 donc c’est l’écriture complexe d’une similitude directe, autre qu’une translation. Le rapport de cette similitude est |a| = |1+ i| =

p 2.

L’angle de cette similitude est arg(a)= arg(1+i) ; or 1+i= p 2

(

1 p 2 +

1 p 2 i

)

= p 2ei

π

4 donc l’angle

est π

4 .

• SoitΩ, d’affixeω le point fixe de cette similitude.

ω= b

1−a =

3− i 1− (1+ i)

= 3− i −i

= 3i+1 donc ω= 1+3i.

• On peut également dire que M d’affixe z est invariant par g si : (1+ i)z +3− i= z ⇐⇒ iz =−3+ i ⇐⇒ z = 3i+1= 1+3i. Donc unicité du point invariant.

b. L’affixe de A1 est (1+ i)(−1+ i)+3− i=−2+3− i= 1− i donc zA1 = 1− i. L’affixe de B1 est (1+ i)(2i)+3− i=−2+2i+3− i = 1+ i donc zB1 = 1+ i. L’affixe de C1 est 1+3i puisque C est le point invariant de la similitude.

c. L’image d’une droite par une similitude est une droite. D est la droite (AB) donc l’image de D

est la droite D1 passant par A1 et B1 , qui a pour équation x = 1. 4. Soit h l’application qui, à tout point M d’affixe z non nulle, fait correspondre le point M2 d’affixe

1

z .

a. h (A1) a pour affixe 1

zA1 =

1

1− i =

1+ i 2

.

h (B1) a pour affixe 1

zB1 =

1

1+ i =

1− i 2

.

h (C1) a pour affixe 1

zC1 =

1

1+3i =

1−3i 10

.

b. Pour tout z 6= 0, ∣

1

z − 1

2

= 1

2 ⇐⇒

2− z 2z

= 1

2 ⇐⇒

|2− z| 2|z|

= 1

2 (car le module du quotient est

égal au quotient des modules de chaque terme,) ⇐⇒ |2− z| = |z|⇔ |z −2| = |z|.

Métropole–La Réunion 5 21 juin 2012

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

c. Soit M un point de D1. L’affixe z de M est 1+ it , t ∈R. Alors |z −2| = |1+ it −2| = |−1+ it | =

∣−1+ it

∣= |−1− it | = |− (1+ it)| = |1+ it | = |z|.

D’après la question précédente, cela équivaut à

1

z − 1

2

= 1

2 . Le point h(M) appartient donc

au cercle C de centre F d’affixe 1

2 et de rayon

1

2 .

d. Soit M d’affixe Z 6= 0 un point de C , privé de O.

On a

Z − 1

2

= 1

2 . On pose z =

1

Z et on appelle M1 le point d’affixe z. D’après b., on a

|z −2| = |z| ⇔ |z −2| = |z −0|. Si l’on note E le point d’affixe 2, on a OM1=EM1 donc M1 appartient à la médiatrice de [OE]

qui est la droite D1, donc tout point du cercle C qui est distinct de O est l’image par h d’un

point de la droite D1

5. f = h g , donc l’image de la droite D par f est l’image de D par h g . Or, l’image de D par g est D1 et celle de D1 par h est le cercle C privé de O.

l’image par l’application f de la droite D est donc le cercle C privé de O.

1

2

3

−1

−2

1−1−2

4

21

b

A

b B

b C

b A1

b B1

b

C1

b F

b A

b B

b C

O

Métropole–La Réunion 6 21 juin 2012

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome