Algèbre – correction des exercices 5, Exercices de Algèbre linéaire
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Algèbre – correction des exercices 5, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (98.1 KB)
7 pages
109Numéro de visites
Description
Algèbre – correction des exercices 5 Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la sphère au plan, l'équation du système.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 7
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
AntillesSsept2012corrige.dvi

Durée : 4 heures

[ Corrigé du baccalauréat S Antilles–Guyane \ 13 septembre 2012

EXERCICE 1 4 points Commun à tous les candidats

1. La droite D a pour vecteur directeur −→ u (1 ; −1 ; 2) ; le plan P a pour vecteur nor-

mal −→ n (1 ; 1 ; 2).

Ces vecteurs ne sont ni colinéaires, ni orthogonaux, donc la droiteD et le plan P sont non parallèles et non perpendiculaires.

2. L’équation a est à rejeter : les points de D ont des coordonnées qui ne vérifient pas cette équation.

Le plan d’équation 2x z = 0 a pour vecteur normal −→ n′ (2 ; 0 ;−1).

Or −→ n ·

−→ n′ = 2+0−2= 0. Ces deux plans sont bien perpendiculaires.

Comme 2t −2t = 0 tout point point de D appartient au plan P ′ d’équation 2x z = 0.

3. Soit M(x ; y ; z) ∈ P ∩P ′, 2x z = 0 étant une équation de P ′ ; donc ses coor- données vérifient le système : {

x + y +2z −1 = 0 2x z = 0 ⇐⇒

x + y +2z −1 = 0 2x z = 0 x = t

⇐⇒

x = t y +2z = 1− t z = 2t

⇐⇒

x = t y = 1−5t z = 2t

. Réponse c.

4. Calculons la distance du centre de la sphère au plan :

d(B ; P )= |1−1+0−1| p 12+12+22

= 1 p 6 ≈ 0,48< 1 (rayon du cercle).

L’intersection de la sphère et du plan est donc un cercle. Réponse c.

EXERCICE 2 5 points Pour les candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

1. a. On a |zA|2 = 3+1= 4= 22 ⇒|zA| = 2.

En factorisant ce module : zA = 2 (p

3

2 + i

1

2

)

= 2 (

cos π

6 + i sin

π

6

)

= 2ei π

6 .

De même |zB|2 = 1+3= 4= 22 ⇒|zB| = 2.

En factorisant cemodule : zB = 2 (

− 1

2 + i

p 3

2

)

= 2 (

cos 2π

3 + isin

2π

3

)

= 2ei 2π 3 .

b. A appartient au cercle centré en O de rayon 2 et à la droite d’équation y = 1 ; B appartient au cercle centré en O de rayon 2 et à la droite d’équation

x =−1 ; C se place grâce à son abscisse et son ordonnée. Voir la figure à la fin de l’exercice.

c. On a vu que |zA| = 2=OA= |zB| = 2=OB : le triangle OAB est isocèle en O. D’autre part on a trouvé les arguments de zA et zB. Donc : (−−→ OA ;

−−→ OB

)

= argzB−argzA = 2π

3 − π

6 =

4π

6 − π

6 =

3π

6 =

π

2 .

Le triangle AOB est rectangle isocèle en O.

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

2. a. On sait que zD = zCei π

2 = izC = i(−1−3i)= 3− i. D’autre part

−→ BE =

−−→ OC ⇐⇒ zE− zB = zC ⇐⇒ zE = zB+ zC =−2+ i

(p 3−3

)

.

b. −−→ OE

(

−2 ; p 3−3

)

et −−→ AD

(

3− p 3 ; −2

)

. −−→ OE ·

−−→ AD =−2

(

3− p 3 )

−2 (p

3−3 )

=−2 (

3− p 3 )

+2 (

3− p 3 )

= 0, ce quimontre que les vecteurs

−−→ OE et

−−→ AD sont orthogonaux.

De plus ∥

−−→ OE

2 = (−2)2+

(

3− p 3 )2

et ∥

−−→ AD

2 = (

3− p 3 )2+(−2)2 : ces expres-

sions sont égales, donc ∥

−−→ OE

2 = ∥

−−→ AD

2 ⇒

−−→ OE

∥= ∥

−−→ AD

∥ ⇐⇒ OE = AD.

3. a. Par définition du quart-de-tour B est l’image de A dans le quart-de-tour de centre O, on sait que zB = izA et de même zD = izC. D’autre part OBEC est un parallélogramme ⇐⇒ −−→OE =−−→OB +−−→OC ⇐⇒ zE = zB+ zC = izA+ zC.

b. En utilisant les deux derniers résultats précédents : zD− zA

zE =

izC− zA izA+ zC

= i (zC+ izA) izA+ zC

= i.

c. En utilisant module et argument des deux nombres complexes précédents, on obtient : zD− zA

zE = i⇒

zD− zA zE

= |i| ⇐⇒ AD

OE = 1 ⇐⇒ AD=OE ;

zD− zA zE

= i⇒ (−−→ OE ,

−−→ AD

)

= arg(i= π

2 . Donc OE⊥AD.

Sans utiliser d’affixes connues, on arrive aux mêmes résultats.

2

−2

2−2

A

B

C

O

DE

EXERCICE 2 5 points Pour les candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

Partie A : tracé d’une figure

1. Voir la figure à la fin de l’exercice : on construit le cercle de diamètre [AB], avec la médiatrice de [AB] qui coupe ce cercle en deux points dont l’un est le point D.

2. Même construction : la médiatrice de [OA] coupe le cercle de diamètre [OA] en deux points dont l’un est E.

3. D appartient à l’axe des ordonnées et a même ordonnée que A donc DA⊥DB. Le triangle DAB est rectangle en D.

D’autre part DB = 2 et DA = 2 de façon évidentes : le triangle est isocèle en D.

Antilles–Guyane 2 13 septembre 2012

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

Le but de l’exercice est de montrer de deux manières que les droites (ED) et (BC) sont perpendiculaires et que les distances ED et BC sont égales.

Partie B : premièreméthode

1. a. L’angle de la similitude est (−−→ AB ,

−−→ AD

)

= π

4 et le rapport est égal à

AD

AB =

2

2 p 2 =

1 p 2 =

p 2

2 .

b. Si z a pour image z ′ par g , on sait que : z ′ = az +b, a, b ∈R. En particulier :

{

zA = azA+b zD = azB+b

⇐⇒ {

−2−4i = a(−2−4i)+b −4i = −6ia +b

Par différence on obtient :

−2= a(−2−4i+6i ⇐⇒ −2= a(−2+2i ⇐⇒ −1= a(−1+ i) ⇐⇒ a = −1

−1+ i =

−(−1− i (−1+ i)(−1− i)

= 1+ i 1+1

= 1

2 (1+ i).

La deuxième équation du système donne :

−4i=−6i× 1

2 (1+ i)+b ⇐⇒ −4i=−3i+3+b ⇐⇒ b =−3− i.

L’écriture complexe de g est bien :

z ′ = (

1

2 + 1

2 i

)

z −3− i.

c. On a la même configuration que pour le triangle rectangle isocèle DAB : le

triangle rectangle isocèle EAD : (−−→ AO ,

−→ AE

)

= π

4 et

AO

AE =

1 p 2 =

p 2

2

d. En utilisant la similitude :

zE = (

1

2 + 1

2 i

)

×0−3− i=−3− i.

2. zB− zC zE− zD

= −6i−3+3i −3− i+4i

= −3−3i −3+3i

= −1+ i −1− i

= (−1+ i)(−1+ i) (−1− i)(−1+ i)

= 1−1−2i 1+1

=−i.

Pour les modules : zB− zC zE− zD

=−i⇒ ∣

zB− zC zE− zD

= |− i| ⇐⇒ CB

DE = 1 ⇐⇒ CB = DE.

Pour les arguments : zB− zC zE− zD

=−i⇒ arg (

zB− zC zE− zD

)

= arg−i ⇐⇒ (−−→ DE ,

−−→ CB

)

= π

2 .

Conclusion DE⊥CB.

Partie C : deuxièmeméthode

1. Par définition de la rotation on a :

zO′ − zC = i (zO− zC) ⇐⇒ zO′ − (3− 3i) = i (0−3+3i) ⇐⇒ zO′ = 3− 3i− 3i− 3 = −6i= zB. Par définition de la rotation CO = CB et

(−−→ CO ,

−−→ CB

)

= π

2 : le triangle OBC est rec-

tangle isocèle en C.

2. a. L’angle de la similitude composée est égale à la somme des angles des deux

similitudes soit π

4 + π

4 =

π

2 .

Le rapport de la similitude composée est égale au produit des rapports des

deux similitudes soit p 2×

p 2

2 = 1.

Antilles–Guyane 3 13 septembre 2012

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

b. h f est donc une rotation d’angle π

2 soit un quart-de-tour.

L’image de la droite (BC) est une droite perpendiculaire à (BC).

Or B a pour image par f , B, puis B a pour image par h : D.

C a pour image par f , O, puis O a pour image par h : E.

Conclusion : la droite (BC) a pour image par h f la droite perpendiculaire (DE).

c. On a (DE)⊥ (BC) et comme la composée est une rotation il y a conservation des longueurs, donc DE = BC.

−2

−4

−6

2−2−4

b

b

b

bA

B

C

D

O

E

EXERCICE 3 5 points Commun à tous les candidats

Nord

Est

O

A

Antilles–Guyane 4 13 septembre 2012

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

Partie A - Dénombrement

1. Le mot comporte 4 E et 1 N. Le nombre de chemins est égal au nombre de po- sitions de la lettre N parmi les quatre lettres E ; on peut mettre cette lettre N en position 1, 2, 3, 4 ou 5. Il y a donc 5 chemins pour aller de O à A.

NEEE, ENEEE, EENEE, EEENE, EEEEN.

2. Un mot décrivant un chemin comporte p E et q N : sa longueur est donc égale à p +q .

3. En généralisant le cas particulier précédent, le nombre de chemins permettant d’arriver au point (p ; q) est égal au nombre de positions des déplacements p parmi les p + q déplacements qui constituent le chemin. Il y a donc

(p+q p

)

(ou (p+q

p

)

d’ailleurs) chemins différents.

4. Exemple : pour arriver aupoint (7 ; 5) il y a (7+5

7

)

= (7+5

5

)

= 12!

7!5! =

12×11×10×9×8 5×4×3×2×1

= 11×9×8 = 11×72 = 792 chemins

5. Le nombre de chemins amenant à A est égal à 5 (question 1).

Le nombre de chemins de A à C est le même que le nombre de chemins de l’ori- gine au point de coordonnées (7 - 4 ; 5 - 1) = (3 ; 4) soit

(7 3

)

= 35. Il y a donc 5×35= 175 chemins allant en C en passant par A.

Partie B - Étude d’une variable aléatoire

1. Il faut trouver les points dont la somme des coordonnées est égale à 5, soit :

(5 ; 0), (4 ; 1), (3 ; 2), (2 ; 3), (1 ; 4), (0 ; 5)

2. À chaque nœud la probabilité d’aller vers le Nord est égale à 23 et les choix sont indépendants les uns des autres ; la variable X suit donc une loi binomiale de paramètres n = 5 et p = 23

3. La probabilité qu’il arrive en A est égale à p(X = 1)= (5 1

)( 2 3

)1× ( 1 3

)4 = 5× 23 × 1 34

= 10 35

= 10243 ≈ 0,041.

EXERCICE 4 6 points Commun à tous les candidats

Partie A : étude d’une fonction

1. On sait que lim x→+∞

lnx

x = 0, donc lim

x→+∞ x

lnx =+∞ car

x

lnx est l’inverse de

lnx

x .

Quand x tend vers 1, avec x > 1, lnx tend vers 0 avec lnx > 0. Comme le numéra- teur tend vers 1, on a lim

x→1

x

lnx =+∞.

2. f quotient de fonctions dérivables sur ]1 ; +∞[ est dérivable et sur cet intervalle :

f ′(x)= lnx − 1

x × x

(lnx)2 =

lnx −1 (lnx)2

.

Donc le signe de f ′(x) est celui de la différence lnx −1. On a lnx −1> 0 ⇐⇒ lnx > 1 ⇐⇒ x > e (par croissance de la fonction exponen- tielle.

De même lnx −1< 0 ⇐⇒ x < e. Enfin lnx −1= 0 ⇐⇒ x = e. La fonction f est donc décroissante sur ]1 ; e[ et croissante sur ]e ; +∞[,

f (e)= e

lne = e étant le minimum de f sur ]1 ; +∞[.

3. On vient de voir que f est croissante sur ]e ; +∞[ et que f (e)= e est le minimum, donc si x > e, f (x)> e.

Antilles–Guyane 5 13 septembre 2012

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

Partie B : étude d’une suite récurrente

1. On a u0 = 5, u1 = f (u0)= 5

ln5 ≈ 3,11, u2 = f (u1)≈ 2,74.

De A0 on trace la verticale jusqu’à C ; de ce point l’horizontale jusqu’à la courbe d’équation y = x ; de ce nouveau point la verticale jusqu’à l’axe des abscisses rencontré en A1 et l’on recommence. Il semble que la suite est décroissante vers l’abscisse (ou l’ordonnée) du point commun à C et à D.

2. a. On a u0 = 5> e. Supposons qu’il existe un entier p tel que up > e, comme up+1 = f

(

up )

on a vu lors de l’étude de la fonction f que si x > e, alors f (x)> e, donc up+1 > e.

On a donc démontré par récurrence que quel que soit le naturel n, un > e.

b. Soit un+1−un = f (un )−un = un

lnun un =

un un lnun lnun

= un (1− lnun )

lnun .

Comme un > e, lnun > lne soit lnun > 1> 0 et comme un > 0, le signe de la différence un+1−un est celui de la différence 1− lnun . Or on vient de voir que lnun > 1 ⇐⇒ 1− lnun < 0. Conclusion un+1−un < 0, ce qui signifie que la suite (un ) est décroissante.

c. La suite est décroissante et minorée par e : elle converge donc vers une li- mite > e.

d. Comme un+1 = f (un ) et la fonction f étant continue car dérivable on a par

limite au voisinage de l’infini : = f () ⇐⇒ =

ln⇐⇒ 1 =

1

ln⇐⇒

ln= 1 ⇐⇒ = e par croissance de la fonction exponentielle et car > 0. La suite converge donc vers e.

3. L’algorithme affichera la valeur 3 : la croissance de la suite est très rapide : les trois premières décimales de e sont déjà trouvées.

Antilles–Guyane 6 13 septembre 2012

Baccalauréat S A. P.M. E. P.

ANNEXE Exercice 4

Commun à tous les candidats

À rendre avec la copie

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1 2 3 4 5 6 7O x

y

A0A1A2 u1u2

u0 =

Antilles–Guyane 7 13 septembre 2012

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome