Algèbre - exercices 11, Exercices de Algèbre linéaire

Algèbre - exercices 11, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (41.2 KB)
3 pages
100Numéro de visites
Description
Exercices de mathématique sur l'algèbre 11. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: L’implication, l’application f.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
VientaneCjuin1977*.dvi

[ Baccalauréat C Vientane juin 1977 \

EXERCICE 1 4 POINTS

1. Soit f et g deux fonctions numériques définies au moins dans un intervalle ouvert non vide de centre x0. On sait que l’implication (1) :

f continue en x0 et g continue en x0 =⇒ f g continue en x0

g continue en x0

est vraie.

L’implication (2)

f g discontinue en x0 =⇒ f discontinue en x0

ou g discontinue en x0

est-elle vraie ?

2. a. Soit F la fonction numérique définie dans [0 ; 1] par

x ∈ [

0 ; 1

6

]

: F (x) = 6x2+ x+1

x ∈ [

1

6 ; 1

]

: F (x) = 6x+3 2x+5

Étudier la continuité de F en 1

6 .

b. SoitG et H les fonctions numériques définies par :

x ∈ [0 ; ] : G(x) = cos3πx H(x) = cos4πx

Étudier la continuité des fonctions produit FG et FH en 1

6 .

3. L’implication (3) :

f g continue en x0 =⇒ f continue en x0

et g continue en x0

est-elle vraie quelles que soient les fonctions numériques f et g définies au moins dans un intervalle ouvert non vide de centre x0 ?

EXERCICE 2 4 POINTS

On considère l’application f :

f

C → C (C ensemble des nombres complexes) z 7−→ z4− z3+ z2+2

1. a. Montrer que si l’équation (1) : f (z) = 0 admet pour racine le nombre complexe α , elle admet aussi pour racine α.

b. Montrer que 1+ i et − 1

2 + i

p 3

2 sont racines de l’équation (1) .

c. Quel est l’ensemble des solutions de l’équation (1) ?

En déduire une factorisation de f (z).

Le baccalauréat de 1977 A. P. M. E. P.

2. Montrer que f est le produit de deux polynômes du second degré à coeffi- cients réels.

PROBLÈME 4 POINTS

Soit un plan vectoriel euclidien P rapporté à une base orthonormée (

O, −→ ı ,

−→ )

. On

rappelle que l’ensemble L (P ) des endomorphismes de P , (applications linéaires de P dans P ), muni de l’addition et de la multiplication par un réel est un espace vectoriel sur R.

Partie A

1. Soit p, q, s les éléments de L (P ) définies dans la base (−→ ı ,

−→ )

par :

p (−→ ı )

= −→ ı

p (−→ )

= −→ 0

q (−→ ı )

= −→ 0

q (−→ )

= −→ ı

s (−→ ı )

= −→

s (−→ )

= −→ ı

Montrer que p et q sont des projections. Quelle est la nature de s ?

2. Soit E le sous-espace de L (P ) engendré par p, q, s. Quelle est la dimension de E ?

3. On note F le sous-ensemble de L (P ) constitué par les endomorphismes f

tels que −→ ı · f

(−→ )

= −→ · f

(−→ ı )

.

a. Montrer que f est élément de F si, et seulement si, sa matrice dans la

base (−→ ı ,

−→ )

est de la forme

(

a b

b d

)

a, b, d désignent trois nombres

réels.

b. Montrer que F = E .

4. Soit f un élément de F dematrice

(

a b

b d

)

a,b,ddans la base (−→ ı ,

−→ )

. À tout

réel λ on associe l’ensemble des vecteurs −→ u de P tels que f

(−→ u )

=λ −→ u .

a. Montrer que est un sous-espace vectoriel de P .

b. Montrer qu’il existe en général deux valeurs distinctes λ1 et λ2 de λ pour

lesquelles 6= {−→ 0 }

.

c. Préciser la nature des endomorphismes correspondant aux cas d’excep- tion.

5. a. Établir l’implication :

f F ⇒∀ −→ u ∈P , ∀

−→ v ∈P ,

−→ u · f

(−→ v )

= −→ v · f

(−→ u )

.

b. Siλ1 etλ2 sont les valeurs deλ (distinctes) trouvées au 4. b., montrer que 1 et 2 sont deux sous-espaces vectoriels orthogonaux.

Partie B

Dans cette question on étudie le cas particulier f = p+2s−2q .

1. Quelle est la matrice de f dans la base (−→ ı ,

−→ )

? f est-elle bijective ?

2. Déterminer λ1 et λ2 (on choisira λ1 < λ2) et vérifier que 1 et 2 sont deux droites vectorielles orthogonales dont ondonnera l’équationdans la base

(−→ ı ,

−→ )

.

On note −→ u1 et

−→ u2 deux vecteurs unitaires de 1 et 2 respectivement. Quelle

est la matrice de f dans la base orthonormée (−→ u1 ,

−→ u2

)

?

Vientane 2 juin 1977

Le baccalauréat de 1977 A. P. M. E. P.

Partie C

On appelle P un plan affine euclidien associé au plan vectoriel P et soit O un point de P .

1. Étudier la fonction g :

g :

R → R

x 7−→ 2

5

(

x3−3 p −x2+25

)

et tracer son graphiqueC dans le planP rapporté au repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

.

(On prendra 1 cm pour unité).

2. Soit ϕ l’application affine de P telle que son endomorphisme associé soit l’en- domorphisme f étudié en B, et telle que ϕ(0)= 0.

a. Montrer que ϕ est bijective et déterminer analytiquement ϕ−1.

b. Soit C la courbe d’équation x2+ y2−5 = 0 par rapport à (

O, −→ ı ,

−→ )

. On

appelle C ′ l’image de C par ϕ. Déterminer une équation de C ′ par rap-

port à (

O, −→ ı ,

−→ )

.

Montrer queC ′ est la réunion deC ′1 et d’une courbeC ′ 2 dont on détermi-

nera une équation. Prouver que C ′1 et C ′ 2 sont symétriques par rapport à

O. En déduire le tracé deC ′.

c. Caractériser géométriquement la courbeC . Quelle est son équation dans

le plan rapporté au repère (

O, −→ ı ,

−→ )

? En déduire une équation deC ′ par

rapport à ce repère. Etudier alors la nature de C ′. Quels sont les axes de symétrie deC ′ ? Les tracer sur la figure faite en b.

Vientane 3 juin 1977

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome