Algèbre - exercices 6, Exercices de Algèbre linéaire

Algèbre - exercices 6, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (37.9 KB)
2 pages
111Numéro de visites
Description
Exercices de mathématique sur l'algèbre 6. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les deux réels A et B, l'application de C dans C, l’ensemble des points de P d’ordonnée nulle.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
RouenCjuin1977*.dvi

[ Baccalauréat C Rouen juin 1977 \

EXERCICE 1 3 POINTS

On considère la fonction f :

f : x 7−→ f (x)= x−2

(2x−3)2 .

Montrer qu’il existe deux réels A et B tels que :

x ∈R−

{

3

2

}

, f (x)= A

(2x−3)2 +

B

2x−3

Calculer I = ∫1

0

x−2

(2x−3)2 dx.

EXERCICE 2 3 POINTS

Soit f une application de C dans C définie par

z ∈C, f (z)= z3+bz2+cz+d

b, c, d sont trois nombres complexes. Déterminer b, c, d sachant que

f (i) = 0 f (1) = −4i f (−i) = −8i

b, c, d étant choisis, résoudre dans C l’équation f (z)= 0.

PROBLÈME 14 POINTS

Dans le plan affine (P) rapporté au repère (

O, −→ ı ,

−→ )

on définit la loi de composi-

tion interne notée ⋆, qui au couple de points (M ; M ′) de coordonnées respectives (x ; y),

(

x′ ; y ′ )

associe le pointm de coordonnées (

xx′ ; xy ′+ xy )

.

Partie A

1. On appelle (

P⋆ )

l’ensemble des points de coordonnées (x ; y) de (P) tels que x soit différent de 0.

Démontrer que (

P⋆ )

est stable pour la loi *.

Par abus de langage, la loi induite par ⋆ sur (

P⋆ )

sera encore notée ⋆.

Démontrer que (

P⋆, ⋆ )

est un groupe commutatif.

Soit (P1) l’ensemble des points de (

P⋆ )

d’ordonnée nulle.

Démontrer que (P1, ⋆) est un sous-groupe de (

P⋆, ⋆ )

isomorphe à (

R ⋆, ×

)

.

2. Soit A(a ; b) un point donné de (

P⋆ )

.

On appelle ϕA l’application de (P) vers (P) qui au point M associe le point M

vérifiant :

ϕA(M)=M ′ =A⋆M

Calculer les coordonnées deM ′ en fonction de celles (x ; y) deM .

Montrer que ϕA est une application affine de (P) .

Donner la matrice de l’endomorphisme associé dans la base (

−→ ı ,

−→ )

.

Reconnaître ϕI où I est l’élément neutre de (

P⋆, ⋆ )

et ϕN où N est un point quelconque de (P1).

Déterminer les points invariants de ϕA. Discuter suivant A.

Le baccalauréat de 1977 A. P. M. E. P.

Partie B

On se propose de rechercher les fonctions numériques réelles f définies et déri-

vables surR⋆, telles que la représentation graphique (

Γ ⋆ )

de f dans le repère (

O, −→ ı ,

−→ )

soit un sous-groupe de (

P⋆, ⋆ )

.

1. On suppose que le problème admet une solution f de représentation gra- phique

(

Γ ⋆ )

.

Soit M1 et M2 deux points quelconques de (

Γ ⋆ )

d’abscisses respectives x1 et x2. En écrivant que

(

Γ ⋆ )

est stable pour ⋆, établir une relation (1) liant f , x1 et x2.

Soit g la fonction numérique réelle définie par

x ∈R⋆ g (x)= f (x)

x .

Quelle relation (2) lie g , x1 et x2 ?

Cette relation étant vérifiée quels que soient x1 et x2 réels nonnuls, démontrer que g vérifie :

(3)

g (1)= 0 g (−1)= 0 g est une fonction paire

x R⋆, g ′(x)= g ′(1)

x

En déduire la forme générale des fonctions g vérifiant (3), puis celle des fonc- tions f susceptibles de répondre à la question.

2. Vérifier que les représentations graphiques des fonctions f trouvées au B - 1. sont bien des sous groupes de

(

P⋆, ⋆ )

.

3. Soit (Γ1) la courbe représentative dans (P) de la fonction f1 définie par

x ∈R⋆, f1(x)= xLog |x|.

a. Étudier les variations de f1 et construire (Γ1). Montrer que f1 peut être prolongée par continuité pour x = 0 et que la courbe ainsi obtenue ad- met à l’origine une tangente que l’on déterminera.

b. Calculer l’aire A (λ) de la portion de plan comprise entre la courbe, l’axe des abscisses, les droites d’équation x = λ et x = 1 avec 0 < λ < 1. A (λ) admet-elle une limite quand λ tend vers 0 ? Pouvait-on le prévoir ?

4. Soit B le point de (Γ1) d’abscisse e (base des logarithmes népériens), C le point

de (Γ1) d’abscisse 1

e . La droite (IC) recoupe la courbe (Γ1) en un point D. La

droite (IB) recoupe la courbe (Γ1) en un point E.

Démontrer sans calculs que E = B ⋆D

(On admettra que ces points E et D existent et sont uniques).

N. B. - La question B - 3. est indépendante de ce qui précède.

Rouen 2 juin 1977

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome