Algèbre - exercices 8, Exercices de Algèbre linéaire

Algèbre - exercices 8, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (36.1 KB)
2 pages
80Numéro de visites
Description
Exercices de mathématique sur l'algèbre 8. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la suite géométrique, les coordonnées.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
StrasbourgCjuin1977*.dvi

[ Baccalauréat C Strasbourg juin 1977 \

EXERCICE 1 5 POINTS

1. Étudier la fonction f

f : R → R x 7−→ x+1−ex

Représenter graphiquement cette fonction dans un repère orthonormé, pré- ciser les branches infinies.

2. Soit λ un nombre réel et la fonction

: R → R x 7−→ λ(x+1)−ex

On note Γλ la courbe représentative de .

Trouver l’ensemble des valeurs de λ pour lesquelles admet un maximum.

Soit le point d’ordonnée maximale de ; donner une équation de l’en- semble des points ?

EXERCICE 2 3 POINTS

Soit a un nombre réel strictement positif différent de 1.

1. Montrer qu’il existe une suite (un ) à termes positifs définis par

u0 = 2

n ∈N : un+1 = 1+aun a+un

.

Vérifier que la suite (vn) définie par

n ∈N : vn = −1+un 1+un

est une suite géométrique de raison a−1

a+1 .

2. Étudier la limite de la suite (vn) ; en déduire celle de (un ).

PROBLÈME 2 12 POINTS

Soit E un plan affine euclidien rapporté au repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

. On dé-

signe par D la droite passant par O, de vecteur directeur −→ , et par Γ le cercle de

rayon unité ayant pour centre le point de coordonnées (1 ; 0).

1. Soit A l’ensemble des applications affines f de E dans E qui, à tout point M de coordonnées (x ; y), associent le point f (M) dont les coordonnées

(

x′ ; y ′ )

sont de la forme

{

x′ = ax

y ′ = bx+cy +d

a, c sont des réels non nuls, et où b, d sont des réels quelconques.

Montrer que ces applications sont bijectives et laissent la droite D invariante ( f (D)=D).

Réciproquement, montrer que toute application affine bijective de E dans E laissant la droiteD invariante est élément de A .

Le baccalauréat de 1977 A. P. M. E. P.

2. Montrer que A est un groupe pour la loi de composition des applications.

3. Quels sont les éléments involutifs de A ?

4. Quelles sont les similitudes directes appartenant à A ? Les caractériser géo- métriquement.

5. À tout point M de coordonnées (x ; y), on associe le nombre complexe z = x+ iy , appelé affixe deM .

Soit s l’application de E dans E qui, à tout point M d’affixe z fait correspondre le point M ′ d’affixe z ′ = 2z−3i, où z est le complexe conjugué de z.

Montrer que s est un élément de A et construire l’ensemble s(Γ), image de Γ par l’application s.

6. Soit ft l’application de E dans lui-même qui, à tout point M du plan de coor- données (x ; y), fait correspondre le pointM ′ de coordonnées

(

x′ ; y ′ )

définies par

{

x′ = xet

y ′ = y + t

t est un réel quelconque.

a. Montrer que l’ensemble G des applications ft est un sous-groupe com- mutatif de A .

b. Étant donné un point M de coordonnées (α ; β), on désigne par C(α ; β) l’ensemble des points N = ft (M), où t décrit R.

Écrire une équation cartésienne deC(α ; β).

Construire les ensembles C(−1 ; 0), C(1 ; 0) et C(0 ; 1).

c. On pose ft (Γ)= Γt pour t ∈R⋆.

Montrer que ft est une conique dont on donnera une équation réduite et dont on calculera les coordonnées des sommets en fonction de t .

d. Déterminer les valeurs de t pour lesquelles Γt est tangente à la droite d’équation y = 0.

Construire les coniques correspondantes.

Strasbourg 2 juin 1977

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome