Algèbre - exercitation 1, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

Algèbre - exercitation 1, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (40.2 KB)
3 pages
97Numéro de visites
Description
Mathématique - exercitation d'algèbre 1 sur l’application de E dans E. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Résoudre dans E l’équation, Démontrer que l’application f est bijective.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
DijonCseptembre1979*.dvi

[ Baccalauréat C Dijon septembre 1979 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Soit E l’anneau Z/39Z. La classe modulo 39 d’un entier n sera noté n.

1. Soit f l’application de E dans E définie par

f (x)= 20.

a. Résoudre dans E l’équation

f (x)= 1.

b. Démontrer que l’application f est bijective.

2. Soit g l’application de E dans E définie par

g (x)= 26x.

a. Résoudre dans l’ensemble N⋆×N⋆ l’équation

2n−3p = 0.

Résoudre alors dans E l’équation

g (x)= 0.

b. L’application g est-elle bijective ?

EXERCICE 2 3 POINTS

Le plan affine (P) est rapporté au repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

. À tout point M de

coordonnées (x ; y), on associe son affixe, le nombre complexe z = x+ iy (i désigne un nombre complexe dont le carré est égal à −1).

1. On appelle f l’application de (P) dans (P) qui, à tout pointM d’affixe z, associe le point M ′ d’affixe

z ′ =−2iz+1+2i,

z désigne le complexe conjugué de z.

Démontrer que f est une similitude indirecte ayant un centre, le déterminer ainsi que l’axe et le rapport.

2. Soit Ω le point d’affixe 1, déterminer l’ensemble (C) des points M de (P) tels

que ∥

−−−→

M ′ ∥

∥= 2.

PROBLÈME 13 POINTS

On désigne par E un espace affine euclidien de dimension 2, par V l’espace vecto-

riel associé à E. Soit (

−→ ı ,

−→

)

une base orthonormée de V, on rapporte E au repère

cartésien (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Partie A

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

Soit f la fonction numérique de la variable réelle x définie par

f (x)= 1

2 x+1+

1

2

x2+16.

1. Étudier les variations de f . Quelle est l’image de f ?

2. Soit (C) la courbe représentative de f dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

. Démontrer

que (C) admet deux droites asymptotes, l’une d’elles ayant pour équation car- tésienne y = x+1.

Préciser la position de (C) par rapport à ses asymptotes. Tracer (C).

3. Démontrer, sans calculs, que f considérée commeapplicationdeR sur ]1 ; +∞[ admet une fonction réciproque, notée g .

Vérifier que g est définie sur ]1 ; +∞[ par

g (x)= x−1− 4

x−1 .

Construire la courbe représentative de g dans le même repère que (C).

4. Calculer l’aire du domaine défini par les conditions

36 x 6 5 et 06 y 6 g (x),

puis en déduire l’aire du domaine défini par les conditions

06 x 6 3 et 06 y 6 g (x),

En déduire la valeur de ∫1

0

x2+16dx

Partie B

Soit I le point de coordonnées (0 ; 1) dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

. On appelle (C′) l’image

de (C) dans la symétrie par rapport à I, (H) l’ensemble (C) ∪ (C′). On appelle σ l’ap- plication affine qui, à tout point M de coordonnées (x ; y) associe le point M ′ de coordonnées

{

x′ = 2x y ′ = −x+ y.

1. a. Vérifier qu’une équation cartésienne de (H) dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

est

y2− xy + x−2y −3 = 0.

b. Écrire une équation cartésienne de (H′), image de (H) par f . En déduire la nature de (H′), son centre, ses sommets, ses asymptotes.

2. On appelle φ l’endomorphisme associé à l’application affine σ. On note φ0

l’application identique, φ1 l’application φ ; n désignant un entier naturel, on désigne par φn+1 l’application φn φ, où ◦ représente le produit de composi- tion des applications.

Démontrer que la matrice de l’application φn dans la base (

−→ ı ,

−→

)

est du type

(

2n 0 an 1

)

an est le terme général de la suite définie sur N par

{

a0 = 0

an+1 = 2an − 1

2

Dijon 2 septembre 1979

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

Soit (u) la suite de terme général un = an − 1

2 . Quelle est la nature de la suite

(u) ?

Exprimer un puis an à l’aide de n.

3. Soit A0 le point de (C) d’abscisse 3. On note A1 le point σ(A0), A2 le point σ(A1) , · · · , An+1 le point σ(An) , n étant un entier naturel.

a. Calculer les coordonnées dupoint An et vérifier que les points A0 ,A1, · · · ,An sont situés sur une même droite.

b. On appelle Gn le barycentre du système

{

(A0, 1) ;

(

A1, 1

4

)

; ...;

(

Ap , 1

4p

)

; ...;

(

An , 1

4n

)}

Calculer les coordonnées (Xn ; Yn) deGn dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Les suites (X ) et (Y ) de termes généraux respectifs Xn et Yn sont-elles convergentes ?

Dijon 3 septembre 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome