Algèbre - exercitation 12, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

Algèbre - exercitation 12, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (37.3 KB)
2 pages
125Numéro de visites
Description
Mathématique - exercitation d'algèbre 12 sur le repère orthonormé direct. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: retrouver la nature et les éléments géométriques caractéristiques, retrouver par le calcul les él...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
LyonCseptembre1979*.dvi

[ Baccalauréat C Lyon septembre 1979 \

EXERCICE 1 3 POINTS

Soit k un élément de Z. Démontrer que les nombres 2k+1 et 9k+4 sont premiers entre eux. Démontrer que le PGCD des nombres 2k−1 et 9k+4 est nécessairement 1 ou 17. Pour quelles valeurs de k ce PGCD est-il égal à 17 ?

EXERCICE 2 5 POINTS

Soit P un plan affine euclidien rapporté au repère orthonormé direct (

O, −→ ı ,

−→

)

.

On identifiera le plan P au plan complexe en associant à tout point M ∈ P , de co- ordonnées x et y , le nombre complexe z = x+ iy . Soit u un nombre complexe et fu l’application, de P dans P , associant à tout point M(z) le point M

(

z ′ )

z ′ =−u2z+2u.

1. Trouver la nature et les éléments géométriques caractéristiques de chacune des applications suivantes :

a. f = fu pour u = 1 ;

b. g = fu pour u = 1+ i p 2 .

2. On pose h = g f

a. Déduire la nature de h de celles de f et g .

b. Construire géométriquement le centre de h.

c. Retrouver par le calcul les éléments de h.

PROBLÈME 12 POINTS

Première partie

Pour tout couple de réels (a ; b) on note f(a, b) la fonction, de ]0 ; +∞[ vers R, définie par

f(a, b)(x)= ax+bLog x,

et on appelle C (a, b) la courbe représentative de f(a, b) dans un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

1. Démontrer que la courbe C (−a ; −b) est l’image de la courbe C (a ; b) dans une symétrie que l’on précisera.

2. Etudier les variations de f(a, b) suivant les valeurs de a et b.

3. Construire les courbes C (1, 0), C (0, 1), C (1, 1) et C

(

1

e , −1

)

en prenant 2 cm

pour unité de longueur.

4. a. Justifier, pour tout x > 0, l’existence de l’intégrale

A(a, b) = ∫x

1 f(a, b)(t)dt

et calculer sa valeur.

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

b. Étudier la limite de A(a,b)(x) lorsque x tend vers zéro, puis celle de 1

x2 A(a,b)(x)

lorsque x tend vers +∞.

c. En supposant a = 1

e et b = −1, calculer, pour λ > 0, l’aire du domaine

limité par la courbeC (a, b), l’axe des abscisses et les droites d’équations x = 1 et x = h.

Deuxième partie

1. On appelle F l’ensemble des fonctions f(a, b). Démontrer que F est un espace vectoriel sur R lorsqu’on le munit des lois d’addition des fonctions et de mul- tiplication des fonctions par un nombre réel.

Donner une base de F . Quelle est la dimension de F ?

2. On désigne par R⋆+ l’ensemble des réels strictement positifs. Déterminer les éléments de F qui sont des isomorphismes du groupe multiplicatif (R, ×) sur le groupe additif (R, +). Forment-ils un espace vectoriel ?

Troisième partie

On désigne par P le plan affine euclidien muni du repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

1. a. Déterminer l’ensemble H des points M du plan P dont le produit des coordonnées est égal à leur somme. Montrer que H admet un centre de symétrie O.

Écrire l’équation de H dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

et donner la nature de

H .

b. Déterminer l’ensemble des points M du plan P, de coordonnées (x ; y), tels que l’on ait :

f(a, b)(xy)= f(a, b)(x)+ f(a, b)(y)

pour tout couple (a ; b) de R×R.

2. On appelle P′ l’ensemble P privé du point A(1 ; 0). On considère l’application h, de P′ dans P, qui à tout point M d’affixe le nombre complexe z, associe le point M ′ d’affixe z ′ telle que zz ′ = z+ z ′.

a. Prouver que M ′ est un élément de P′.

b. Démontrer que h et involutive et déterminer ses points invariants.

c. Calculer (z−1) (

z ′−1 )

.

En déduire l’image par h du cercle Γ de centre A et de rayon 1. Quelle est la nature de la restriction de h à ce cercle Γ ?

d. Montrer que l’image M ′ d’un point M de P′ d’affixe réelle x est un point d’affixe réelle x′. Quelle est la liaison avec l’ensemble H de 1. ?

Lyon 2 septembre 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome