Algèbre - exercitation 15, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

Algèbre - exercitation 15, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (41.5 KB)
3 pages
107Numéro de visites
Description
Mathématique - exercitation d'algèbre 15 sur le système de base y. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le plan affine euclidien, l’image m de z.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
MontpellierCseptembre1979*.dvi

[ Baccalauréat C Montpellier septembre 1979 \

EXERCICE 1 3 POINTS

1. Résoudre dans Z×Z l’équation :

5x−4y = 1.

2. Un entier naturel n s’écrit 52 dans un système de numération de base x et 43 dans un autre système de base y .

Quelles sont les valeurs possibles de x et de y ?

EXERCICE 2 4 POINTS

À tout nombre complexe z on associe son image m dans un plan affine euclidien rapporté à un repère orthonormé. Pour tout nombre complexe z différent de i, on pose :

Z = 2z−4

z− i

1. Comment choisir l’imagem de z pour que Z soit réel ?

2. Comment choisir l’imagem de z pour que Z ait pour argument − π

2 ?

On peut traiter cet exercice par le calcul ou par un raisonnement géométrique.

PROBLÈME 13 POINTS

Les parties A et B sont deux exemples d’une même situation mathématique, dans un

plan affine euclidien d’une part, en analyse d’autre part. Elles peuvent être traitées

indépendamment.

Partie A

On donne un plan vectoriel euclidien E muni d’une base orthonormée (−→ ı ,

−→  j

)

.

On dira qu’un endomorphisme ϕ de E possède la propriété (A) lorsqu’il existe un

réel k ∈]0 ; 1[ tel que, pour tout −→ u ∈E,

ϕ (−→ u )∥

∥6 k

−→ u

∥ .

1. ϕ est défini par sa matrice dans la base (−→ ı ,

−→  j

)

2

3 − 1

3 1

2

1

2

On pose −→ u = r cosθ

−→ ı + r sinθ

−→ (r > 0 ; 06 θ < 2π).

Calculer en fonction de r et θ :

F (r, θ)= ∥

ϕ (

r cosθ −→ ı + r sinθ

−→ )∥

2 .

et démontrer que ϕ possède la propriété (A), par exemple pour k =

p 3

2 on

pourra mettre F (r, θ) sous la forme A+B cos2θ+C sinθcosθ.

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

2. Soit P unplan affine euclidien associé au plan vectoriel E,muni d’un repère or-

thonormé (

O, −→ ı ,

−→ )

et f une application affine de P dans P dont l’endomor-

phisme associé, noté ϕ, possède la propriété (A). 1E est l’application identité de E. Démontrer que l’endomorphisme ϕ−1E est bijectif.

En déduire que f possède un point invariant et un seul, Ω, déterminé par l’équation :

ϕ (−−→ OΩ

)

− −−→ OΩ =

−−−→ O′O oùO′ = f (O).

Soit M0 un point du plan P. On définit la suite M0, M1, . . . , par :

Mn = f (Mn−1) n = 1, 2, . . .

Démontrer que lim n→+∞

−−−−→ ΩMn

∥= 0.

3. On considère les suites numérique (xn ) , (

yn )

définies par

x0 = y0 = 0

xn = 2

3 xn−1−

1

3 yn−1+2

yn = 1

2 xn−1+

1

2 yn−1−1

Démontrer que les suites (xn )n∈N et (

yn )

n∈N sont convergentes et déterminer leurs limites,

Partie B

a est un réel strictement positif. On donne l’application :

f : ]0 ; +∞[ → R

x 7−→ 2

3 x+

a3

3x2

1. Construire la courbe représentative.On étudiera particulièrement le point d’in- tersection avec la droite y = x et la tangente en ce point.

2. Soit x0 ∈R; x0 > a. On pose

xn = f (xn−1) pourn ∈N ⋆

Démontrer que l’on a :

a < xn < xn−1 pour toutn ∈N ⋆

Etablir l’inégalité :

06 f ′(x)6 2

a (xa) pour x > a

En déduire l’inégalité :

xn a6 2

a (xn−1−a)

2 pour toutn ∈N⋆

Montpellier 2 septembre 1979

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

3. Démontrer une inégalité de la forme :

xn a

a 6 An

(x0−a

a

)

un , n ∈N ⋆

où les An et les un sont des entiers que l’on déterminera en fonction de n.

On suppose x0−a

a 6

1

10 . Quel est le plus petit entier n pour lequel

xn a

a 6 10−8 ?

Montpellier 3 septembre 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome