Correction - exercices – algèbre – 13, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Correction - exercices – algèbre – 13, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (127.4 KB)
3 pages
112Numéro de visites
Description
Correction des exercices d'algèbre – 13. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la représentation graphique de la fonction f, le sens de variation de la suite, la forme algébrique.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PolynesieSseptembre2004.dvi

Durée : 4 heures

Baccalauréat S Polynésie septembre 2004

EXERCICE 1 4 points

Commun à tous les candidats

La courbe C donnée ci-dessous est la représentation graphique de la fonction f

définie sur ]0 ; +∞[ par :

f (x)= lnx p x +1− x.

0 1 2 3

-4

-3

-2

-1

0

1

O

−→

−→ ı

C

α

1. a. Montrer que f est dérivable et que, pour tout x strictement positif, f ′(x)

est du signe de

N (x)=− [

2 (

x p x−1

)

+ lnx. ]

b. Calculer N (1) et déterminer le signe de N (x) en distinguant les cas

0< x < 1 et x > 1.

c. En déduire le sens de variation de f sur ]0 ; +∞[ et les coordonnées du point de C d’ordonnée maximale.

2. On note A (α) l’aire, exprimée en unités d’aire, de la partie du plan grisée sur

la figure, où α désigne un réel de ]0 ; 1[.

a. Exprimer A (α) en fonction de α (on pourra utiliser une intégration par

parties).

b. Calculer la limite de A (α) lorsque α tend vers 0. Donner une interpréta-

tion graphique de cette limite.

3. On définit une suite (un )n∈N par son premier terme u0 élément de [1 ; 2] et :

pour tout entier naturel n, un+1 = lnun p un

+1.

a. Démontrer, pour tout réel x élément de [1 ; 2], la double inégalité

06 lnx p x 6 1.

b. Démontrer par récurrence que, pour tout entier naturel n, un appartient

à [1 ; 2].

4. En remarquant que, pour tout entier naturel n, un+1 = f (un)+un , détermi- ner le sens de variation de la suite (un ).

5. a. Montrer que la suite (un )n∈N est convergente. On note sa limite.

b. Déterminer la valeur exacte de .

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

EXERCICE 2 5 points

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

Le plan est muni d’un repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

. On prendra 2 cm pour

unité graphique.

Pour tout point M du plan d’affixe z on considère les points M ′ et M ′′ d’affixes res-

pectives

z ′ = z−2 et z ′′ = z2.

1. a. Déterminer les points M pour lesquels M ′′ =M .

b. Déterminer les points M pour lesquels M ′′ =M ′.

2. Montrer qu’il existe exactement deuxpointsM1 etM2 dont les imagesM ′ 1 , M

′′ 1 , M

′ 2

et M′′2 appartiennent à l’axe des ordonnées. Montrer que leurs affixes sont

conjuguées.

3. On pose z = x+ iy x et y sont des nombres réels.

a. Exprimer sous forme algébrique le nombre complexe z ′′− z

z ′− z .

b. En déduire l’ensemble E des points M du plan pour lesquels les points

M , M ′ etM ′′ sont alignés. Représenter E graphiquement et en couleur.

4. On pose z = p 3eiθ θ

[

0 ; π

2

]

.

a. Déterminer l’ensemble Γ des points M d’affixe z ainsi définis et chacun

des ensembles Γ′ et Γ′′ des points M ′ et M ′′ associés àM .

b. Représenter Γ, Γ′ et Γ′′ sur la figure précédente

c. Dans cette question θ = π

6 . Placer le point M3 obtenu pour cette valeur

de θ, et les points M′3 et M ′′ 3 qui lui sont associés. Montrer que le triangle

M3M ′ 3M

′′ 3 est rectangle. Est-il isocèle ?

EXERCICE 2 5 points

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

Le plan est muni d’un repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

. On prendra, sur la fi-

gure 1 cm pour unité graphique.

On désigne par A, B et C les points d’affixes respectives −1 + i, 3+2i et i p 2.

1. On considère la transformation f du plan dans lui-même qui à tout point M

d’affixe z associe le point M ′ = f (M) d’affixe z ′ définie par :

z ′ = 1+ i p 2 z−1+ i

(

1+ p 2 )

.

a. Calculer les affixes des points A′ = f (A) et C′ = f (C).

b. En déduire la nature de f et caractériser cette transformation.

c. Placer les points A, B et C puis construire le point B′ = f (B).

2. a. Donner l’écriture complexe de l’homothétie h de centre A et de rapportp 2.

b. Montrer que la composée g = f h a pour écriture complexe

z ′′ = (1+ i)z−1+3i.

3. a. Soit M0 le point d’affixe 2 - 4 i.

Déterminer l’affixe du point M′′0 = g (M0) puis vérifier que les vecteurs −−→ AB

et −−−→ AM′′0 sont orthogonaux.

Polynésie 2 septembre 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

b. On considère un point M d’affixe z. On suppose que la partie réelle x et

la partie imaginaire y de z sont des entiers.

Démontrer que les vecteurs −−→ AB et

−−−→ AM ′′ sont orthogonaux si, et seule-

ment si 5x+3y =−2.

c. Résoudre dans Z2 l’équation 5x+3y =−2.

d. En déduire les points M dont les coordonnées sont des entiers apparte-

nant à l’intervalle [−6 ; 6] tels que −−→ AB et

−−−→ AM ′′ sont orthogonaux. Placer

les points obtenus sur la figure.

EXERCICE 3 6 points

Commun à tous les candidats

On donne dans le plan trois points A, B et C distincts non alignés.

Une urne U contient six cartons indiscernables au toucher portant les nombres

−2, −1, 0, 1, 2 et 3. Une urne V contient cinq cartons indiscernables au toucher ; quatre cartons portent

le nombre 1 et un carton le nombre −1. On tire au hasard un carton dans chacune des urnes. Les tirages sont équiprobables.

On note a le nombre lu sur le canon de U et b celui lu sur le carton de V.

1. Justifier que les points pondérés (A, a), (B, b) et (C, 4) admettent un bary-

centre. On le noteG.

2. a. Déterminer la probabilité de chacun des évènements suivants :

E1 «G appartient à la droite (BC) » ;

E2 «G appartient au segment [BC] ».

b. Montrer que la probabilité de l’évènement E3 : «G est situé à l’intérieur du

triangle ABC et n’appartient à aucun des côtés » est égale à 2

5 . On pourra

faire appel des considérations de signe.

3. Soit n un entier naturel non nul. On répète n fois dans les mêmes conditions

l’épreuve qui consiste à tirer un carton dans chacune des urnes U et V puis à

considérer le barycentreG de la question 1.

On désigne par X la variable aléatoire prenant pour valeurs le nombre de

réalisations de l’évènement E3.

a. Déterminer l’entier n pour que l’espérance de la variable aléatoire X soit

égale à 4.

b. Déterminer le plus petit entier n pour que la probabilité d’avoir au moins

un des barycentres situé à l’intérieur du triangle ABC soit supérieure ou

égale à 0,999.

Polynésie 3 septembre 2004

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome