Correction - exercices – algèbre – 2, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Correction - exercices – algèbre – 2, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (67.1 KB)
6 pages
152Numéro de visites
Description
Correction des exercices d'algèbre – 2. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les événements, la variable aléatoire, le complexe.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 6
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
CorrigeLibanS2004.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat S Liban juin 2004 \

EXERCICE 1 4 points

1. Soient les événements : — F : « La personne interrogée est une femme » — H : « La personne interrogée est un homme » — S : « La personne interrogée est un soignant » — AT : « La personne interrogée est un membre du personnel administratif

ou technique ». L’énoncé se traduit par les probabilités suivantes :

p(H)= 0,12 ; p(S)= 0,71 : pM(H)= 0,67 ; pS(F)= 0,92.

a. p(S) 6= 0, donc pS(F)= p(S∩F)

p(S) ⇐⇒ p(S∩F)= pS(F)×p(S)= 0,71×0,92 =

0,6532.

b. Demême p(M∩F)= pM(F)×p(M)= 0,33×0,12 = 0,0396.

c. Par définition pAT(F)= p(AT)∩p(F)

p(AT) .

On sait que p(M)+p(S)+p(AT)= 1 ⇐⇒ p(AT)= 1−p(M)−p(S)= 1−0,12−0,71 = 0,17. D’autre part les femmes sont 80 % et se répartissent en trois catégories : médecin, soignant, personnel administratif ou technique. Donc :

p(F)= 0,80= p(F∩M)+p(F∩S)+p(F∩AT) ⇐⇒ p(F∩AT)= p(F)−p(F∩M)−p(F∩S)= 0,80−0,0396−0,653 = 0,1072.

2. Soit X la variable aléatoire uniformément répartie sur [0 ; 1] égale à la durée en heure de la durée du transport.

On sait que si x et y sont tels que 06 x 6 1, alors p(x 6 X 6 y)= y x.

On a donc ici avec 15 min = 1

4 h et 20 min =

1

3 h,

p

(

1

4 6 X 6

1

3

)

= 1

3 − 1

4 =

1

12 ≈ 0,0883 à 10−4 près

3. On a ici un schéma de Bernoulli, avec n = 40 et p = 0,25= p(M). On a p10/40 =

(40 10

)

0,1210× (1−0,12)40−10 ≈ 0,0113

EXERCICE 2 5 points

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

1. (z −2i) (

z2−2z +2 )

= 0 ⇐⇒ z −2i= 0 ou z2−2z +2= 0. On résout les deux équations séparément. On trouve 3 solutions (il faut dé- tailler les calculs : z2−2z+2= 0 ⇐⇒ (z−1)2+1= 0 ⇐⇒ (z−1)2− i2 = 0 ⇐⇒ z −1+ i= 0 ou z −1− i= 0 ⇐⇒ . . .).

z0 = 2i= 2ei π

2

z1 = 1− i= p 2e−i

π

4

z2 = 1+ i= p 2ei

π

4

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

2. Dans ce type d’exercice, on retrouve toujours les solutions de la première ques-

tion dans la suite de l’énoncé.

Soient A et B les points d’affixes respectives zA = 1+ i et zB = 2i. À tout complexe z différent de A on associe le complexe

z ′ = z −2i

z −1− i .

a. z B = 2i−2i 2i−1−i = 0. 0= 0i est bien un imaginaire pur, donc B ∈ (E ).

— Détermination de (E ). On peut remplacer z par x + iy et obtenir l’équation de (E ). Une mé- thode géométrique est plus rapide :

z ′imaginaire pur ⇐⇒ arg(z ′)= π2 (π) ⇐⇒ arg( zzB

zzA )= π

2 (π)

⇐⇒ (−−→ AM ;

−−→ BM

)

= π2 (π) ⇐⇒ AMB est un triangle rectangle en B

L’ensemble (E ) est donc le cercle de diamètre [AB] privé du point A (en effet, z ′A n’est pas défini). Remarque : quand on écrit α = π2 (π), cela signifie que l’angle mesure π

2 ou − π

2 (à 2près), bref, que c’est un angle droit. Plusieurs notations coexistent, on peut aussi écrire α = π2 + avec k ∈Z.

b.

z ′ ∣

∣= 1 ⇐⇒ ∣

zzB zZA

∣= 1 ⇐⇒ |z zB| = |z zA| ⇐⇒ BM = MA

.

L’ensemble F est la médiatrice du segment [AB].

3. Soit R la rotation de centreΩ

(

3

2 ; 5

2

)

et d’angle π

2 .

a. Écriture complexe de la rotation :

z ′− zΩ = ei π

2 (z zΩ) zB ′ = i

(

2i− 32 − i 5 2

)

+ 32 + i 5 2 = . . .= 2+ i.

Par un calcul similaire, on obtient zI ′ = 52 + 3 2 i

b. Pour cette question, il faut remarquer que I est le milieu de [AB].

Ainsi, (E ) est le cercle de centre I et de rayon IB. Son image par la rotation R est le cercle de centre I ′ et de rayon I B ′.

On remarque aussi que Ω est un point de la médiatrice de [AB]. (F ) est la droite (ΩI ).

L’image deΩ par R estΩ (le centre d’une rotation est un point fixe), donc l’image de (F ) est la droite (ΩI ′)

EXERCICE 2 5 points

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

Liban 2 juin 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

-2 -1 0 1 2 3 4 5 6 7 8

-1

0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

× ×

××

×

×

×

×

×

I A

PB M

C

J

N

Q

D

O −→ u

−→ v

1. Figure

2. La similitude f .

Comme A 6= C et B 6= D, il existe une unique similitude directe f telle que f (A) = B et f (C) = D.

On sait que l’écriture d’une telle similitude est z ′ = az+b, avec a ∈Z et b ∈Z, z ′ étant l’affixe du point M ′ image du point M d’affixe z par f .

On a

{

zB = azA+b zD = azC+b

⇐⇒ {

1+2i = a(2+ i)+b −1+6i = a(6+3i)+b

Par différence on obtient −2+4i= a(4+2i) ⇐⇒ −1+2i= a(2+ i) ⇐⇒ a =

−1+2i 2+ i

= i(i+2) 2+ i

= i.

En substituant dans l’unedes équations du système initial : b = 1+2i−i(2+i)= 1+1= 2. Conclusion : l’écriture complexe de f est donc z ′ = iz +2. On a |a| = |i| = 1 et arg a = arg i=

π

2 .

Donc la similitude a pour rapport 1 et pour argument π

2 : c’est une rotation

et plus précisément un quart de tour direct.

Son centre vérifie c = ic +2 ⇐⇒ c(1− i)= 2 ⇐⇒ c = 2

1− i =

2(1+ i 1+1

= 1+ i.

Le centre de la rotation est le point I(1 ; 1).

3. La rotation R est définie par z ′− (3+5i)=−i[z − (3+5i)] ⇐⇒ z ′ =−iz −2+8i. On a donc zR(A) =−i(2+ i)−2+8i=−1+6i= zD ; De même zR(C) =−i(6+3i)−2+8i= 1+2i= zzB . Conclusion : les images respectives de A et C par R sont D et B.

Liban 3 juin 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

4. Dans la rotation f [AC] a pour image [BD] et son milieu M a pour image le milieu de [BD] soit N.

De même, dans la rotation R [AC] a pour image [DB], donc son milieu M a pour image le milieu de [DB] soit N. Les triangles IMN et JMN sont donc des triangles rectangles isocèles de même hypoténuse [MN]. Donc IMJN a ses quatre côtés demême longueur : c’est donc un losange, qui a un angle droit : c’est un carré (de sens direct).

5. a. Affixe de P : l’égalité −→ IA =

−→ BP ⇒ 1= zP−1−2i ⇐⇒ zP = 2+2i.

Affixe de Q : de même −−→ DQ = −→IC ⇒= zQ − (−1+ 6i) = 5+ 2i ⇐⇒ zQ =

−1+6i+5+2i= 4+8i. b. IAP est un triangle rectangle (en A) isocèle : on a donc IP = IA

p 2 ⇐⇒

IP

IA = p 2 et

(−→ IA ,

−→ IP

)

= π

4 .

De la même façon on démontre que IQ

IC = p 2 et

(−→ IC ,

−→ IQ

)

= π

4 .

On a donc de façon classique : la similitude g de centre I, de rapport p 2

et d’angle π

4 transforme A en P et C en Q : les points étant distincts, elle

est unique.

c. On a vu que IMJN est un carré direct : on a donc IJ= IM p 2 et

(−−→ IM ,

−→ IJ

)

= π

4 . Donc J est l’image deM dans la similitude g .

Par g l’image de [AC] est le segment [PQ], donc l’image du milieu M de [AC] est le milieu de [PQ] soit J.

EXERCICE 3 5 points

1. a. Récurrence sur n :

— Initialisation : Pour n = k, kk

k! 6

kk

k! ;

— Hérédité : supposons qu’il existe n > k, tel que kn

n! 6

kk

k! . On a

06 k 6 n < n+1, d’où par quotient par n+1, k

n+1 6 1 ;

Donc par produit : kn

n! 6

kk

k! et

k

n+1 6 1⇒

kn

n! ×

k

n+1 6

kk

k! ×1 ⇐⇒

kn+1

(n+1)! 6

kk

k! : l’inégalité est vraie au rang n+1.

On a montré par récurrence que : pour tout entier n > k, kn

n! 6

kk

k! .

b. On a xn

n! =

xn

kn ×

kn

n! 6

xn

kn ×

kk

k! soit

xn

n! 6

( x

k

)n ×

kk

k! .

c. On sait que x < k, donc x

k < 1 et par conséquent lim

n→+∞

( x

k

)n = 0 et ensuite

d’après l’inégalité précédente lim n→+∞

xn

n! = 0.

2. a. On a nn−1

n! =

n

2 ×

n

3 ×. . .×

n

n . Chacun des facteurs du produit est supérieur

ou égal à 1, donc nn−1

n! > 1.

b. nn

n! =

nn−1

n! ×n > n, d’après la question précédente ; lim

n→+∞ n =+∞, donc

lim n→+∞

nn

n! =+∞.

Liban 4 juin 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

EXERCICE 4 7 points

f (x)= x + ln4+ 2

ex +1

1. On a lim x→+∞

ex =+∞= lim x→+∞

ex +1⇒ lim x→+∞

2

ex +1 = 0.

Conclusion lim x→+∞

f (x)=+∞.

De même lim x→−∞

ex = 0. Donc lim

x→−∞ f (x)= lim

x→−∞ x =−∞.

2. f (x)+ f (−x) = x + ln4+ 2

ex +1 − x + ln4+

2

e−x +1 = 2ln4+

2

ex +1 +

2ex

1+ex =

2ln4+ 2(1+ex ) 1+ex

= 2ln4+2 (après multiplication par ex du second quotient).

On a donc : quel que soit x ∈R, f (x)+ f (−x)= 2(ln4+1). On en déduit que le point A de coordonnées (0 ; ln4+1) est centre de symétrie de C .

3. La fonction f est dérivable comme somme de fonctions dérivables, la fonc- tion x 7−→ ex +1 ne s’annulant pas sur R.

On a f ′(x)= 1− 2ex

(ex +1)2 =

(ex +1)2−2ex

(ex +1)2 =

e2x +1 (ex +1)2

.

Ce quotient est supérieur à zéro car quotient de termespositifs le numérateur étant supérieur ou égal à 1.

Conclusion : la fonction f est croissante sur R.

Tableau de variations

x −∞ +∞

f ′(x) +

f (x)

−∞

+∞

4. a. La fonction f est continue comme sommede fonctions continues et crois- sante sur R, les images appartenant àR (cf. le tableau de variations). Donc tout réel m a un antécédent par f .

Quel que soit m ∈R, f (x)= m a une solution unique dans R. b. Solution de f (x)= 3. La calculatrice donne :

f (1,1)≈ 2,986, f (1,2)≈ 3,049. Si f (a)= 3, de f (1,2)< f (a)< f (1,3) on déduit par croissance de la fonc- tion f , que :

1,1< a < 1,2

c. D’après la question 2 on sait que f (a)+ f (−a)= 2(ln(4)+1) ⇐⇒ f (−a)= 2(ln(4)+1)− f (a)= 2(ln(4)+1)−3= 2ln(4)−1. Conclusion (−a) est solution de l’équation f (x)= 2ln(4)−1.

5. a. On peut écrire f (x) = x +2+ ln4+ 2

ex +1 −2 = x +2+ ln4+

2−2ex −2 ex +1

=

x +2+ ln4− 2ex

ex +1 .

Liban 5 juin 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

b. D’après la question 1 lim x→+∞

f (x)− (x + ln4)= 0+. Il en résulte que la droite d’équation y = x + ln4 est asymptote à (C ) au voisinage de plus l’infini, la courbe étant au dessus de son asymptote.

Demême d’après la question a. précédente f (x)−(x+2+ln4)=− 2ex

ex +1 et

lim x→+∞

− 2ex

ex +1 = 0−, ce qui signifie que la droite d’équation y = x +2+ ln4

est asymptote à (C ) au voisinage de moins l’infini en étant au dessus de la courbe (C ).

6. a. On vient de voir que la courbe (C ) est au dessus de la droite d’équation y = x +4, donc f (x)− (x +4)> 0. Le nombre α étant positif, l’intégrale est égale à l’aire de la surface limitée par l’axe des abscisses, la courbe (C ) et les droites d’équation x = 0 et x =α.

b. D’après 5. a. on peut écrire

I (α)= ∫

α

0 [ f (x)− (x + ln4]dx =

α

0 [x +2+ ln4−2

ex

ex +1 − x − ln4]dx

= ∫

α

0

[

2−2 ex

ex +1

]

dx = [

2x −2ln (

ex +1 )]

α

0 = 2α+2ln2−2ln (

eα+1 )

=

2lneα+2ln2−2ln(eα+1)= 2ln (

2eα

eα+1

)

.

c. Cherchons α tel que I (α) = 1 ⇐⇒ 2ln (

2eα

eα+1

)

= 1 ⇐⇒ ln (

2eα

eα+1

)

=

1

2 ⇐⇒

2eα

eα+1 = e

1 2 =

p e ⇐⇒ 2eα =

p e(eα+1) ⇐⇒ eα

(

2− p e )

= p e ⇐⇒

eα = p e

2− p e

⇐⇒ α= ln (

p e

2− p e

)

≈ 1,54.

Pour α≈ 1,5, I (α)≈ 1. En fait I (1,5) ≈ 0,983, I (1,54) ≈ 0,998, I (1,5461) ≈ 0,99997.

Liban 6 juin 2004

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome