Correction - exercices – algèbre – 6, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Correction - exercices – algèbre – 6, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (60.4 KB)
5 pages
177Numéro de visites
Description
Correction des exercices d'algèbre – 6. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’axe des ordonnées, L’image d’un cercle de centre A, les deux possibilités.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 5
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
CorrigeSAsiejuin2004.dvi

[ Corrigé du baccalauréat S Asie juin 2004 \

EXERCICE 1 3 points Commun à tous les candidats

1. L’affirmation signifie que f ′(0)=− 1

4 .

f est dérivable comme quotient de fonctions dérivables, le dénominateur ne

s’annulant pas car 1+ex > 1> 0.

f ′(x)=− ex

(1+ex )2 et f ′(0)=−

1

(1+1)2 =−

1

4 .

L’affirmation est vraie.

2. −−−−→ M M ′ = −

−−→ MA +

−−→ MB + 4

−−→ MC ⇐⇒

−−−→ MG +

−−−→ GM ′ = −

−−−→ MG −

−−→ GA +

−−→ MG +

−−→ GB +

4 −−−→ MG +4

−−→ GC ⇐⇒

−−−→ GM ′ = 3

−−−→ MG ⇐⇒

−−−→ GM ′ = −3

−−−→ GM (car par définition du

barycentre : − −−→ GA +

−−→ GB +4

−−→ GC =

−→ 0 .

La dernière égalité trouvée montre bien que M ′ est l’image de M dans l’ho-

mothétie de centre G et de rapport −3.

3. f (x)= 1

2 x ⇐⇒ x sin3x =

1

2 x ⇐⇒

{

x = 0

sin3x = 1

2

sin3x = 1

2 ⇐⇒ sin3x = sin π

6 ou sin3x = sin 5π

6 . Donc :

— d’une part sin3x = sin π 6 ⇐⇒ 3x = π

6 [2π] ⇐⇒ x = π

18

[

2π 3

]

.

— ou d’autre part sin3x = sin 5π6 ⇐⇒ 3x = 5π 6 [2π] ⇐⇒ x =

5π 18

[

2π 3

]

.

Donc l’affirmation est vraie.

EXERCICE 2 5 points Pour les candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

1. a. On développe (z −7i)(z + i)= z2−6iz +7.

b. M 6= A est invariant si et seulement si M = M ′ ⇐⇒ z ′ = z ⇐⇒ z = 3iz −7

z −3i ⇐⇒ z(z −3i) = 3iz −7 ⇐⇒ z2−3iz = 3iz −7 ⇐⇒ z2−6iz +7 =

0 ⇐⇒ (z−7i)(z+i)= 0d’après la question précédente ⇐⇒

{

z = 7i

z = −i

Il existe donc deux points invariants par f : B(7i) et C(−i).

2. a. On vérifie aisément que le milieu de [BC] est le point A qui est donc le centre du cercle Σ et que BC = 8 dont le rayon de Σ est égal à 4.

En posant θ = (

−→ e1 ,

−−→ AM

)

, on a en calculant l’affixe du vecteur −−→ AM :

z −3i= 4eiθ ⇐⇒ z = 3i+4eiθ .

b. On a donc z ′ = 3i (

3i+4eiθ )

−7

4eiθ =

−16+12ieiθ

4eiθ = 3i−4e−iθ =

3i+4(−cosθ+ isinθ)= 3i+4(cos(πθ)+ i sin(πθ))= 3i+4ei(πθ).

Cette dernière égalité montre que M ′ appartient lui aussi au cercle Σ.

c. On a avec z = 3i+4eiθ,

z =−3i+4eiθ

z = 3i−4eiθ = z ′ comme on l’a vu à la question précédente.

Le point M ′ se construit en prenant le symétrique de M autour de l’axe

des abscisses, puis le symétrique de ce point autour de O, ou encore plus

simplement par symétrie autour de l’axe des ordonnées.

Corrigé du baccalauréat S juin 2004 A. P. M. E. P.

3. On reprend la question 2mais avec un cercle de rayon r . Un point de ce cercle a une affixe égale à z = 3i+ reiθ.

On en déduit que :

z ′ = 3i (

3i+ reiθ )

−7

reiθ =

−16+3r ieiθ

reiθ =−

16

r e−iθ +3i= 3i+

16

r e(πθ).

Cette dernière égalité montre que M ′ appartient au cercle de centre A(3i) et

de rayon 16

r .

L’image d’un cercle de centre A est un cercle de centre A.

EXERCICE 2 5 points Pour les candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

1. a. Soit a pair et tel que a2+9= 2n ⇐⇒ 9= 2n a2.

Ceci ne peut être vrai puisque la différence de deux pairs est paire. Donc

si a existe, a est impair.

b. On a donc a = 2k +1, k ∈N, donc a2+9= 2n ⇐⇒ 4k2+4k +10 = 2n .

Or 4k2+4k +10 ≡ 2 [4] et 2n ≡ 0 [4], puisque n > 4.

Conclusion : il n’existe pas de solution à l’équation a2+9= 2n .

2. a. a2+9= 3n . Pour n > 3, 3≡−1 [4], donc

3n ≡ (−1)n [4].

Si n est pair 3n ≡ 1 [4] et si n est impair 3n ≡ −1 [4] ou encore 3n

3 [4].

b. Soit a tel que a2+9 = 3n . Si a est impair, son carré l’est aussi donc a2+9 est pair, alors que 3n est impair pour tout n.

Conclusion : si a existe, il est pair.

Puisque a est pair il existe p ∈N tel que a = 2p, d’où a2 = 4p2.

Donc a2 ≡ 0 [4].

Il en résulte que a2+9≡ 9 [4] ou plus simplement a2+9≡ 1 [4].

Conclusion : a2+9= 3n seulement si 3n ≡ 1 [4], mais ceci n’est vrai que

si n est pair.

Si a2+9= 3n , alors n est pair.

c. On pose donc n = 2p, p ∈N supérieur à 1.

L’équation s’écrit a2+9= 32p ⇐⇒ 9= (3p )2−a2 = 9 ⇐⇒ (3p +a)(3p a)=

9.

Les diviseurs de 9 sont 1, 3 et 9. Il y a donc deux possibilités

{

3p +a = 3

3p a = 3 qui n’a pas de solution car les deux nombres ne sont

pas égaux, a n’étant pas nul,

{

3p +a = 9

3p a = 1

car 3p +a > 3p a. On en déduit en sommant : 2×3p = 10 ⇐⇒ 3p = 5 qui

n’a pas de solution car 5 n’est pas une puissance de 3.

Conclusion : l’équation a2+9= 3n n’a pas de solution.

3. a2+9= 5n , n > 2

a. Supposons n impair ; il existe donc k ∈N tel que n = 2k +1.

5n = 52k+1 = 52k ×5, donc puisque 5 ≡ 2 [3], 52 ≡ 22 [3], ou 52 ≡ 1 [3]

et enfin 5n ≡ 2 [3].

Donc s’il existe une solution a, alors a2+9≡ 2 [3].

Comme a est congru à 0, 1, ou 2 modulo 3, son carré est congru à 0 ou 1

modulo 3, et comme 9 est congru à 0 modulo 3, a2+9 est congru à 0 ou 1

modulo 3, alors que 5n est congru à 2 modulo 3.

Asie 2

Corrigé du baccalauréat S juin 2004 A. P. M. E. P.

Ces deux nombres ne sont donc pas égaux.

Conclusion : si n est impair l’équation a2+9= 5n , n > 2 n’a pas de solu-

tion.

b. On suppose donc n pair ; il existe donc k ∈ N tel que n = 2k avec p > 1. L’équation s’écrit :

a2+9= 52k ⇐⇒ a2+9= (

5k )2

⇐⇒ 9= (

5k )2 −a2 ⇐⇒

(

5k +a )(

5k a )

= 9, d’où deux possibilités :

{

5p +a = 3

5p a = 3 qui n’a pas de solution puisque a 6= 0.

{

5p +a = 9

5p a = 1 soit en sommant 2×5p = 10 ⇐⇒ 5p = 5 ⇐⇒ p = 1

et donc a = 4

Conclusion : l’équation a2+9= 5n , n > 2 a une seule solution : 4.

EXERCICE 3 4 points Commun à tous les candidats

1.

2

−1

0

 et

3

1

−1

 sont des vecteurs normaux respectivement à P et Q.

Ces deux vecteurs ne sont pas colinéaires, donc les plans ne sont pas paral-

lèles et sont donc sécants suivant une droite D.

Tout point commun à P et Q a des coordonnées (x ; y ; z) qui vérifient le

système :

{

2x y = −5

3x + y z = 0

Enposant x =α, le systèmedevient :

x = α

2x y = −5

3x + y z = 0

⇐⇒

x = α

y = 2α+5

z = 5α+3

2. • D est parallèle au plan R si un vecteur directeur deD est orthogonal à un

vecteur normal à R c’est-à-dire si

1

2

5

 ·

−5

5

−1

= 0 ⇐⇒ −5+10−5= 0

qui est bien vraie.

• Deux droites sont coplanaires si elles ont un point commun ou si elles

sont parallèles.

⋆ Si elles sont sécantes c’est-à-dire si

α = −3β

2α+5 = 1+β

5α+5 = 2+2β

⇐⇒

α = −3β

−6β+5 = 1+β

−15β+5 = 2+2β

⇐⇒

α = −3β

β = 4

7

β = 5

17 Ce système n’a pas de solution.

Conclusion : les deux droites ne sont pas sécantes.

⋆ Si elles sont parallèles leurs vecteurs directeurs sont colinéaires.

D a pour vecteur directeur −→ u (1 ; 2 ; 5) et D′ a pour vecteur directeur

−→ v (−3 ; 1 ; 2). Ces vecteurs ne sont manifestement pas colinéaires. Donc

les droites ne sont pas parallèles.

Conclusion : D et D′ ne sont pas coplanaires.

EXERCICE 4 8 points Commun à tous les candidats

Asie 3

Corrigé du baccalauréat S juin 2004 A. P. M. E. P.

f (x)= ln(1+2x) sur

]

− 1

2 ; +∞

[

.

I Première partie étude d’une fonction

1. Comme 1+2x > 0 sur I, f est définie sur cet intervalle et est dérivable comme fonction composée de fonctions dérivables :

f ′(x)= 2

1+2x > 0. La fonction est donc croissante sur I.

2. a. Comme lim x→− 12

(1+2x)= 0+, lim x→− 12

f (x)=−∞.

b. Sur I, g (x)= f (x)−x ; g est dérivable comme différence de deux fonctions

dérivables sur I et g ′(x) = f ′(x)−1 = 2

1+2x −1 =

2−1−2x

1+2x =

1−2x

1+2x qui

est du signe de 1−2x puisque sur I, 1+2x > 0.

1−2x = 0 ⇐⇒ x = 1

2 .

Conclusion : g est croissante sur

]

− 1

2 ; 1

2

]

et décroissante sur

]

1

2 ; +∞

]

.

c. On a g

(

1

2

)

= ln2− 1

2 > 0.

Cherchons la limite de g au voisinage de +∞ :

g (x)= ln(1+2x)− x = lnx

(

2+ 1

x

)

x = lnx + ln

(

2+ 1

x

)

x =

x

lnx

x +

ln

(

2+ 1

x

)

x −1

.

Comme lim x→+∞

lnx

x = 0, lim

x→+∞

ln

(

2+ 1

x

)

x = 0, la limite du crochet est donc

égale à −1 et lim x→+∞

g (x)=−∞.

Sur

]

− 1

2 ; 1

2

]

, g est croissante de −∞ à ln2− 1

2 > 0. f étant continue sur

cet intervalle il existe un réel unique α tel que f (α)= 0. Il est évident que

α= 0.

Demême sur

]

1

2 ; +∞

]

, g décroit de ln2− 1

2 > 0 à −∞ ; g étant continue

sur cet intervalle, il existe un réel unique β de cet intervalle tel que

g (β)= 0.

On vérifie que g (1)≈ 0,098 > 0 et que g (2)≈−0,39< 0.

Conclusion : 1<β< 2.

d. On en déduit le signe de g :

— sur

]

− 1

2 ; 0

[

, g (x)< 0

— sur ]0 ; β[, g (x)> 0

— sur ]β ; +∞[, g (x)< 0

g (0)= g (β)= 0.

3. 0< x <βf (0)< f (x)< f (β) par croissance de la fonction f .

f (0)= 0 et f (β)= g (β)+β= 0+β=β.

Conclusion : 0< x <β⇒ 0< f (x)<β.

II Étude d’une suite récurrente

Asie 4

Corrigé du baccalauréat S juin 2004 A. P. M. E. P.

1. On a u0 = 1∈]0 ; β[ (car β> 1). La propriété est vraie au rang 0 ;

Hypothèse de récurrence : supposons que 0 < un < β. Par croissance de la

fonction f , on a f (0) < f (un ) < f (β) ou encore 0 < un+1 < β. L’hérédité est

établie. On a donc montré par récurrence que pour tout entier naturel n, un appartient à l’intervalle ]0 ; β[.

2. On a u1 = f (u0)= ln3> 1 : la propriété est vraie au rang 1.

Hypothèse de récurrence : supposons que un+1 > un alors par croissance de

la fonction f , f (un+1)> f (un ) soit un+2 > un+1 : l’hérédité est établie.

On a donc démontré par récurrence que la suite est croissante.

3. La suite est majorée par β et croissante : elle converge donc vers un nombre inférieur ou égal à β.

II Limite de la suite

1. On a vu que f ′(x)= 2

1+2x .

x > 1⇒ 2x > 2⇒ 1+2x > 3⇒ 1

3 >

1

1+2x

2

3 >

2

1+2x .

2. a. (Hors-programme en 2009)

Puisque f ′(t)6 2

3 , on sait que

β

un

f ′(t) dt6 2

3

(

βun )

et ce quel que soit

n ∈N.

b. Or ∫β

un

f ′(t)dt= [

f (t) ]β

un = f (un )− f (β)= un+1−β.

Donc d’après la question précédente : un+1−β6 2

3

(

βun )

.

Par récurrence : pour n = 0, on a bien 06β−16 1.

Hypothèse de récurrence : supposons que 06 βun 6

(

2

3

)n

; on en dé-

duit par produit par 2

3 :

06 2

3

(

βun )

6

(

2

3

)n+1

. Or on a vu que βun+1 6 2

3

(

βun )

; on en dé-

duit donc que 06βun+1 6

(

2

3

)n+1

.

On a donc démontré par récurrence que pour tout naturel n :

06βun 6

(

2

3

)n

.

c. On sait car 0 < 2

3 < 1 que lim

n→+∞

(

2

3

)n

= 0, donc d’après le théorème des

« gendarmes » : lim n→+∞

βun = 0.

Conclusion : lim n→+∞

un =β.

Asie 5

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome