Correction - exercices – algèbre – 7, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Correction - exercices – algèbre – 7, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (46.0 KB)
4 pages
138Numéro de visites
Description
Correction des exercices d'algèbre – 7. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la suite, lamonotonie de la suite, la limite de la suite.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
FranceSjuin2004.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat S Métropole juin 2004 \

EXERCICE 1 3 points

Commun à tous les candidats

On considère la suite (un ) définie par

{

u0 = 1 un+1 = un +2n+3 pour tout entier naturel n.

1. Étudier la monotonie de la suite (un ).

2. a. Démontrer que, pour tout entier naturel n, un >n2.

b. Quelle est la limite de la suite (un ) ?

3. Conjecturer une expression de un , en fonction de n, puis démontrer la pro- priété ainsi conjecturée.

EXERCICE 2 5 points

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

Dans l’ensemble C des nombres complexes, i désigne le nombre de module 1 et

d’argument π

2 .

1. Montrer que (1+ i)6 =−8i.

2. On considère l’équation (E) : z2 =−8i.

a. Déduire de 1. une solution de l’équation (E).

b. L’équation (E) possèdeune autre solution ; écrire cette solution sous forme algébrique.

3. Déduire également de 1. une solution de l’équation (E’) z3 =−8i.

4. On considère le point A d’affixe 2i et la rotation r de centre O et d’angle 2π

3 .

a. Déterminer l’affixe b du point B , image de A par r , ainsi que l’affixe c du point C , image de B par r .

b. Montrer que b et c sont solutions de (E′).

5. a. Dans le plan complexe rapporté à un repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v )

(unité graphique 2 cm), représenter les points A, B et C .

b. Quelle est la nature de la figure que forment les images de ces solutions ?

c. Déterminer le centre de gravité de cette figure.

EXERCICE 2 5 points

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

1. Montrer que, pour tout entier naturel non nul k et pour tout entier naturel x :

(x−1) (

1+ x+ x2+·· ·+ xk−1 )

= xk −1.

Dans toute la suite de l’exercice, on considère un nombre entier a supérieur ou égal à 2.

2. a. Soit n un entier naturel non nul et d un diviseur positif de n : n = dk.

Montrer que ad −1 est un diviseur de an −1.

b. Déduire de la question précédente que 22004−1 est divisible par 7, par 63 puis par 9.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

3. Soientm et n deux entiers naturels non nuls et d leur pgcd.

a. On définitm′ et n′ parm = dm′ et n = dn′. En appliquant le théorème de Bezout àm′ et n′, montrer qu’il existe des entiers relatifs u et v tels que : munv = d .

b. On suppose u et v strictement positifs.

Montrer que : (amu −1)− (anv −1)ad = ad −1.

Montrer ensuite que ad −1 est le pgcd de amu −1 et de anv −1.

c. Calculer, en utilisant le résultat précédent, le pgcd de 263−1 et de 260−1.

EXERCICE 3 4 points

Commun à tous les candidats

Pour chaque question, une seule des quatre propositions est exacte. Le candidat in- diquera sur la copie le numéro de la question et la lettre correspondant à la réponse choisie. Aucune justification n’est demandée. Une réponse exacte rapporte 1 point ; une réponse inexacte enlève 1/2 point l’absence de réponse est comptée 0 point. Si le total est négatif, la note est ramenée à 0.

Dans l’espace rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→ ,

−→ k )

, on donne le point

S(1 ; −2 ; 0) et le plan P d’équation x+ y −3z+4= 0.

1. Une représentation paramétrique de la droite D passant par le point S et per- pendiculaire au plan P est :

A :

x = 1+ t y = 1−2t z = −3

, t ∈R B :

x = 2+ t y = −1+ t z = 1−3t

, t ∈R

C :

x = 1+ t y = −2−2t z = 3t

, t ∈R D :

x = 2+ t y = −1+ t z = −3−3t

, t ∈R.

2. Les coordonnées du point d’intersection H de la droite D avec le plan P sont :

A : (−4 ; 0 ; 0) B :

(

6

5 ; −9

5 ; 3

5

)

C :

(

7

9 ; −2

3 ; 1

3

)

D;

(

8

11 ; −25

11 ; 9

11

)

3. La distance du point S au plan P est égale à :

A :

p 11

3 B :

3 p 11

C : 9

p 11

D : 9

11

4. On considère la sphère de centre S et de rayon 3. L’intersection de la sphère S et du plan P est égale

A : au point I(1 ; −5 ; 0)

B : au cercle de centre H et de rayon r = 3

10

11 C : au cercle de centre S et de rayon r = 2

D : au cercle de centre H et de rayon r = 3 p 10

11 .

EXERCICE 4 4 points

Commun à tous les candidats

On s’intéresse à la durée de vie, exprimée en semaines, d’un composant électro- nique. Onmodélise cette situation par une loi de probabilité p de durée de vie sans

Métropole 2 juin 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

vieillissement définie sur l’intervalle [0 ; +∞[ : la probabilité que le composant ne soit plus en état de marche au bout de t semaines est

p([0 ; t [)= ∫t

0 λe−λx dx.

Une étude statistique, montrant qu’environ 50% d’un lot important de ces com- posants sont encore en état de marche au bout de 200 semaines, permet de poser p([0 ; 200[)= 0,5.

1. Montrer que λ= ln2

200 .

2. Quelle est la probabilité qu’un de ces composants pris au hasard ait une du- rée de vie supérieure ? 300 semaines ? On donnera la valeur exacte et une va- leur approchée décimale au centième près.

3. On admet que la durée de vie moyenne dm de ces composants est la limite

quand A tend vers +∞ de ∫A

0 λxe−λx dx.

a. Montrer que ∫A

0 λxe−λx dx =

λAe−λA −e−λA+1

λ

b. En déduire dm on donnera la valeur exacte et une valeur approchée déci- male à la semaine près.

Exercice 5 4 points

Commun à tous les candidats

O H

−→ F

x

Un chariot de masse 200 kg se déplace sur une voie rectiligne et horizontale. Il est

soumis à une force d’entraînement constante −→ F de valeur 50 N. Les forces de frot-

tement sont proportionnelles ? la vitesse et de sens contraire ; le coefficient de pro- portionnalité a pour valeur absolue 25 N.m−1.s. La position du chariot est repérée par la distance x, en mètres, du point H à l’ori- gine O du repère en fonction du temps t , exprimé en secondes. On prendra t dans l’intervalle [0 ; +∞[. Les lois de Newton conduisent à l’équation différentielle du mouvement

(E) 25x′+200x′′ = 50, où

x′ est la dérivée de x par rapport au temps t , x′′ est la dérivée seconde de x par rapport au temps t .

1. On note v(t) la vitesse du chariot au temps t ; on rappelle que v(t)= x′(t).

Prouver que x est solution de (E) si et seulement si x′ est solution de l’équa-

tion différentielle (F) v ′ =− 1

8 v +

1

4 .

Résoudre l’équation différentielle (F).

Métropole 3 juin 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

2. On suppose que, à l’instant t = 0, on a : x(0)= 0 et x′(0)= 0.

a. Calculer, pour tout nombre réel t positif, x′(t).

b. En déduire que l’on a, pour tout nombre réel t positif,

x(t)= 2t −16+16e −t 8 .

3. Calculer V = lim t→+∞

v(t) . Pour quelles valeurs de t la vitesse du chariot est-elle

inférieure ou égale à 90% de sa valeur limite V ?

4. Quelle est la distance parcourue par le chariot au bout de 30 secondes ? On exprimera cette distance en mètres, au décimètre près.

Métropole 4 juin 2004

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document