Correction – exercices de mathématique 10, Exercices de Mathématiques Appliqués
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Correction – exercices de mathématique 10, Exercices de Mathématiques Appliqués

PDF (67.1 KB)
7 pages
323Numéro de visites
Description
Correction des exercices de mathématique 10. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: La sphère de centre A et de rayon 9, Les coordonnées des trois points, L’égalité trouvée.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 7
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Centres etrangers S corrige 2006.dvi

Durée : 4 heures

Baccalauréat S Centres étrangers juin 2006

EXERCICE 1 3 points

Commun à tous les candidats

Partie : A Restitution organisée de connaissances En fait la démonstration n’en n’est pas une puisque tous les éléments de la démons- tration sont donnés dans les prérequis.

Partie B

1. VRAI : z2 =− 1

2 i, et z4 =

(

z2 )2 =−

1

4 ∈R.

2. FAUX : si z = a + ib, z = a − ib et ∣

z + z

∣= 0 ⇐⇒ 2a = 0 ⇐⇒ a = 0. Donc tous les imaginaires de la forme bi avec b 6= 0 vérifient la relation sans être nuls.

3. VRAI : z+ 1

z = 0 ⇐⇒

z2+1 z

= 0 ⇐⇒ z2+1= 0 (z 6= 0) ⇐⇒ (z+i)(z−i)= 0 ⇐⇒ z =−i ou z = i.

4. FAUX : Si z = 1 et z ′ = e 2iπ 3 = −

1

2 + i

p 3

2 , alors z + z ′ =

1

2 + i

p 3

2 , |z| = 1 et

|z + z ′| = √

1

4 + 3

4 = p 1= 1 et z ′ 6= 0.

EXERCICE 2 5 points

Réservé aux candidats n’ayant pas choisi l’enseignement de spécialité

1. Si p1, p2, p3 et p4 dans cet ordre, forment une progression arithmétique de raison r , alors p2 = p1+ r, p3 = p1+2r et p4 = p1+3r . On a donc : {

p4 = p1+3r = 0,4 p1+p1+ r +p1+2r +p1+3r = 1 (loi des probabilités totales)

⇐⇒

{

p1+3r = 0,4 4p1+6r = 1

⇐⇒ {

2p1+6r = 0,8 4p1+6r = 1

=⇒ 2p1 = 0,2 ⇐⇒ p1 = 0,1.

On en déduit aussitôt que r = 0,1 et finalement :

p1 = 0,1, p2 = 0,2, p3 = 0,3, p4 = 0,4.

2. a. La probabilité d’obtenir dans l’ordre 1, 2, 4 est p124 = 0,1× 0,2× 0,4 = 0,008.

b. Les tirages donnant trois nombres distincts croissants sont : (1, 2, 3), (1, 2, 4), (1, 3, 4) et (2, 3, 4). La probabilité d’avoir l’un de ces tirages est donc :

ppp3+ppp4+ppp4+ppp4 = 0,006+0,008+0,012+0,024 = 0,05.

3. a. On a un schéma de Bernouilli avec n = 10 et p4 = 0,4. On sait que la pro- babilité d’obtenir i fois le chiffre 4 est (pour 06 i 6 10) :

p(X = i )= (

10

i

)

0,4i (1−0,4)10−i = (

10

i

)

0,4i 0,610−i .

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

b. On a E(X )= 10 ∑

i=0 i ×p(X = i )=

10 ∑

i=0 i ×

(

10

i

)

0,4i0,610−i = 4.

Cela signifie que sur un grand nombre de tirages le 4 sortira en moyenne 4 fois sur 10.

c. On a p(X > 1)= 1−p(X = 0). Or p(X = 0)= 0,610. Donc p(X > 1) = 1−0,610 ≈ 0,9939 ≈ 0,994, soit à peu près 994 chances sur 1000 d’obtenir au moins une fois le 4 en 10 tirages.

4. a. La probabilité d’obtenir n −1 fois un autre chiffre que le 4 et ensuite le 4 au ne tirage est :

Un = 0,6n−1×0,4.

Cette suite est une suite géométrique de premier terme U1 = 0,4 et de raison 0,6. Comme −1< 0,6< 1, cette suite converge vers 0.

b. Sn = 0,4×0,60 +0,4×0,61 +·· ·+0,4×0,6n−1 = 0,4× 1−0,6n

1−0,6 = 1−0,6n .

On a demême lim n→+∞

0,6n = 0, donc lim n→+∞

Sn = 1.

c. On a Sn > 0,999 ⇐⇒ 1−0,6n > 0,999 ⇐⇒ 0,6n < 0,001 ⇐⇒

n ln0,6 < ln0,001 (par croissance de la fonction ln) ⇐⇒ n > ln0,001

ln0,6 car

ln0,6< 0. Comme ln0,001

ln0,6 ≈ 13,5, il faut donc faire 14 tirages.

EXERCICE 2 5 points

Réservé aux candidats ayant choisi l’enseignement de spécialité

Partie A. Quelques exemples

1. 4≡ 1 mod 3, donc 4n ≡ 1n mod 3 et finalement 4n ≡ 1 mod 3. 2. 4 est premier avec 29 (29 est premier). Donc d’après le petit théorème de Fer-

mat 429−1−1≡ 0 mod 29 ou encore 428−1 est divisible par 29. 3. 4= 0×17+4 ;

42 = 0×17+16 ; 43 = 3×17+13 ; 44 = 15×17+1. La dernière égalité montre que 44 ≡ 1 mod 17, d’où

(

44 )k ≡ 1k mod 17 soit

44k ≡ 1 mod 17 ou encore 44k −1≡ 0 mod 17. Conclusion : 44k −1 est divisible par 17.

4. On a 42 = 16= 3×5+1 ou 42 ≡ 1 mod 5 d’où il résulte que 42k ≡ 1 mod 5 ou encore 42k −1≡ 0 mod 5. Conclusion : 4n −1 est divisible par 5 si n est pair. Par contre : de 4≡ 4 mod 5 et 42k ≡ 1 mod 5 il résulte par produit que 42k+1 ≡ 4 mod 5. Conclusion : 4n −1 est divisible par 5 si et seulement si n est pair.

5. Diviseurs premiers de 428 − 1 : la question 2 a déjà donné le nombre 29 ; la question 3 a donné le diviseur premier 17 ; la question 4 a donné le diviseur 5.

D’autre part, 4 ≡ 1 mod 3 entraîne 4n ≡ 1 mod 3 ou encore 4n −1 est divi- sible par 3 qui est premier. Il y a également 5, 43 . . .

Partie B. Divisibilité par un nombre premier

Centres étrangers juin 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1. 4 = 22 ; si p est premier différent de 2, il est premier avec 4, donc d’après le petit théorèmede Fermat 4p−1−1≡ 0 mod p ou 4p−1 ≡ 1 mod p. Le premier premier différent de 2 est 3, donc n = p −1> 1.

2. a. On a donc : 4n ≡ 1 mod p, 4b ≡ 1 mod p et il existe un unique couple de naturels (q ; r ) tel que n = bq + r avec r < b. On a donc 4n = 4bq+r = 4bq ×4r =

(

4b )q ×4r .

On déduit de la seconde congruence que (

4b )q ≡ 1q mod p ≡ 1 mod p.

Donc (

4b )q ×4r ≡ 4r mod p et donc que 4n ≡ 4r mod p.

Finalement comme 4n ≡ 1 mod p, 4r ≡ 1 mod p. b. On vient de démontrer dans la question précédente que si 4n ≡ 1 mod p,

alors n est multiple de b, b étant le plus naturel positif tel que 4b ≡ 1 mod p.

Inversement sin = kb, de 4b ≡ 1 mod p, ondéduit que (

4b )k ≡ 1k mod p

soit 4n ≡ 1 mod p. L’équivalence est donc démontrée. c. D’après la question B. 1 4p−1 ≡ 1 mod p et soit b le plus petit entier tel

que 4b ≡ 1 mod p. D’après la question 2. b. il en résulte que p − 1 est multiple de b ou encore b (non nul) divise p −1.

EXERCICE 3 6 points

Commun à tous les candidats

Partie A Étude de la fonction f

1. On sait que ex 6= 0, quel que soit le réel x ; f (x)= ex

ex ×

1

1+e−x =

ex

ex +1 .

2. On a lim x→−∞

ex = 0, donc lim x→−∞

f (x) = 0. Interprétation graphique : l’axe des abscisses est asymptote horizontale au voisinage de moins l’infini à C .

De même lim x→+∞

e−x = 0, donc lim x→+∞

f (x) = 1. Interprétation graphique : la droite d’équation y = 1 est asymptote horizontale au voisinage de plus l’infini à C .

3. f est dérivable comme quotient de fonctions dérivables, le dénominateur ne s’annulant pas sur R.

x ∈R, f ′(x)=− (−e−x )

(1+e−x )2 =

e−x

(1+e−x )2 . Commeex > 0pour tout réel x, f ′(x)>

0 sur R. Donc la fonction f est croissante sur R (de 0 à 1).

4. Il en résulte le tableau de variations suivant :

x −∞ 0 +∞

f ′(x) + 1/4 +

f (x)

0

1/2

1

Centres étrangers juin 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

5.

1

1 2−1−2

C A

O

An

Partie B

1. Quel que soit le réel x, en utilisant A. 1.

f (x)+ f (−x)= ex

ex +1 +

1

ex +1 =

ex +1 ex +1

= 1.

Lemilieu du segment[M M ′] est donc le point A de coordonnées

(

0 ; 1

2

)

, et ce

point est un centre de symétrie pour la courbe C .

2. a. Soit n ∈N ; on sait d’après la partie A que f (x) > 0. Donc, l’aire de la sur- face comprise entre l’axe des abscisses, la courbe C et les droites d’équa-

tions x = 0 etx = n est l’intégrale ∫n

0 f (x)dx.

Donc par différence avec l’aire du rectangle de côtés 1 et n,

An = ∫n

0 (1− f (x))dx =

n

0

(

1− 1

1+ex

)

= ∫n

0

ex

ex +1 dx =

[

ln (

1+ex )]0

n =

ln2− ln (

1+e−n )

, en utilisant les questions A. 1 et B. 1 (symétrie autour de A).

b. On sait que lim n→+∞

e−n = 0 donc par continuité de la fonction ln, lim

n→+∞ ln

(

1+e−n )

= 0. Ainsi lim

n→+∞ An = ln2.

Partie C

1. Si pour tout x réel e2x

(ex +1)2 =

aex

ex +1 +

bex

(ex +1)2 , alors

e2x

(ex +1)2 −

aex

ex = 1 +

bex

(ex +1)2 ⇐⇒

e2x bex

(ex +1)2 =

aex

ex +1 ⇐⇒

ex (ex b) (ex +1)2

= aex

ex +1 =⇒ a = 1 et b =

−1.

2. Onapour toutλpositif, V (λ)= ∫0

λ π

e2x

(ex +1)2 dx =π

∫0

λ

ex

ex +1 dxπ

∫0

λ

ex

(ex +1)2 dx =

π

[

ln (

1+ex )

+ 1

ex +1

]0

λ = π

(

ln2+ 1

2 − ln

(

1+e−λ )

− 1

1+e−λ

)

.

3. On a toujours lim n→+∞

e−n = 0 et par continuité de la fonction ln,

lim n→+∞

ln (

1+e−n )

= 0.

Donc lim n→+∞

V (λ)=π (

ln2− 1

2

)

.

EXERCICE 4 6 points

Partie A

Centres étrangers juin 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1. Les faces du cube d’arête 1 sont des carrés de côté 1, dont les diagonales ont pour longueur

p 2. En particulier BD = DE = ED =

p 2. Le triangle BDE est

équilatéral.

2. a. I est le centre de gravité du triangle BDE ou l’isobarycentre des points B, D

et E. Les coordonnées de I sont de la forme 1

3 (aB+aD+aD). Avec le repère

choisi on a B(1 ; 0 ; 0), D(0 ; 1 ; 0) et E(0 ; 0 ; 1).

On obtient donc I

(

1

3 ; 1

3 ; 1

3

)

.

b. On a dans le repère choisi G(1 ; 1 ; 1), donc le vecteur 1

3

−−→ AG et le vecteur

−→ AI

ont les mêmes coordonnées.

Autre démonstration : on sait que −→ IB +

−→ ID +

−→ IE =

−→ 0 ⇐⇒

3 −→ IA +

−−→ AB +

−−→ AD +

−→ AE =

−→ 0 ⇐⇒ 3

−→ IA +

−−→ AG =

−→ 0 ⇐⇒

−→ IA =

1

3

−−→ AG .

La relation vectorielle −→ IA =

1

3

−−→ AG signifie que les points A, I et G sont ali-

gnés, et encore plus précisément que le point I appartient à la droite (AG),

ce point ayant l’abscisse 1

3 si le repère choisi sur cette droite est le repère

(A, G).

3. On sait déjà que I centre de gravité du triangle BDE est dans le plan (BDE).

D’autre part −→ IA

1/3 1/3 1/3

 et −−→ BD

−1 1 0

. Le produit scalaire −→ IA ·−−→BD =−

1

3 + 1

3 =

0, donc les vecteurs sont orthogonaux.

Demême −→ BE

−1 0 1

. Le produit scalaire −→ IA ·−→BE =−

1

3 + 1

3 = 0, donc les vec-

teurs sont orthogonaux.

Conclusion le vecteur −→ IA orthogonal à deux vecteurs non colinéaires du plan

(BDE) est normal à ce plan.

Conclusion : I est le projeté orthogonal de A sur le plan (BDE).

Partie B

Quel que soit le réel k, Mk est le point de la droite (AG), d’abscisse k pour le repère (A, G). La droite (AMk ) est donc orthogonale au plan (BDE), donc aussi au plan Pk . Conclusion : le point Nk est le projeté orthogonal de A sur le plan Pk .

1. D’après la partie A, on sait que si k = 1

3 , M 1

3 = I, donc P 1

3 = (BDE) etN 1

3 = B

2. a. Les coordonnées du vecteur −−−→ AMk sont les coordonnées du point Mk , soit

(k ; k ; k).

b. On sait qu’une équation du plan Pk est de la forme kx +k y +kz +d = 0 ; comme il contient Mk , on a k

2+k2+k2+d = 0 ⇐⇒ d =−3k2. L’équation du plan Pk est donc kx+k y +kz −3k2 = 0 soit pour k 6= 0 (cas particulier où M est en A) x + y + z −3k = 0.

c. La droite (BC) est définie par les équations des deux plans x = 1 et z = 0, donc en remplaçant dans l’équation précédente 1+y+0−3k = 0 ⇐⇒ y = 3k −1. Donc Nk (1 ; 3k −1 ; 0).

3. Mk et Nk appartiennent au plan Pk qui est orthogonal aux vecteurs −−−→ AMk ou−−→

AG . Donc pour tout k réel la droite (Mk Nk ) est orthogonale à la droite (AG) ;

Centres étrangers juin 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

Les coordonnées de −−−−−→ Mk Nk sont (1−k ; 2k−1 ; −k), celles de

−−→ BC sont (0 ; 1 ; 0).

−−−−−→ Mk Nk ·

−−→ BC = 2k −1= 0 ⇐⇒ k =

1

2 .

4. Ona Mk N 2 k = (1−k)2+(2k−1)2+(−k)2 = 6k2−6k+2. La distance estminimale

si son carré l’est.

On a à trouver le minimum d’un trinôme :

6k2−6k+2= 6 (

k2−k + 1

3

)

= 6 [(

k − 1

2

)2

− 1

4 + 1

3

]

. Cette expression est mini-

male quand le carré est nul soit encore pour k = 1

2 .

Non demandé : cette distance est égale à

6

(

− 1

4 + 1

3

)

= √

1

2 =

p 2

2 .

5.

Section du cube par le plan P 1 2

A

B C

D

E

F G

H

I

M 1 2

N 1 2

Centres étrangers juin 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

2

bn+2 =

1

bn+1 +

1

bn

bn+2 = 2

1 bn+1

+ 1 bn

je remplace bn :bn+2 = 2

1 bn+1

+ 5bn+1−2 bn+1

je multiplie par bn+1

bn+2 = 2bn+1

1+5bn+1−2 =

2bn+1 5bn+1−1

cqfd.

AM NP = 1

2 |ad bc|

Centres étrangers juin 2006

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome