Corrigé – exercices de géométrie – 11, Exercices de Géométrie analytique et calcul
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Corrigé – exercices de géométrie – 11, Exercices de Géométrie analytique et calcul

PDF (128.5 KB)
6 pages
138Numéro de visites
Description
Corrigé des exercices de géométrie 11. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: La probabilité, la formule de la probabilité conditionnelle, la bissectrice du triangle.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 6
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Nlle Caledonie corrige nov 2006.dvi

[ Corrigé du baccalauréat S Nouvelle-Calédonie \ novembre 2006

EXERCICE 1 4 points

Commun à tous les candidats

1. La probabilité est de 5

1000 =

0,5

100 = 0,005.

2. a. On suppose le cheptel assez important, donc le tirage successif de 10 ani-

maux est une épreuve de Bernoulli de paramètres : n = 10 et de probabi- lité p = 0,005. On a E = n×p = 10×0,005 = 0,05.

b. On a p(A)= (10 0

)

×0,0050 ×0,99510 = 0,99510 ≈ 0,951. On a p(B)= 1−p(A)= 1−0,99510 ≈ 0,049.

3. a. On a l’arbre suivant :

b

b M

0,005

b T0,8

b T0,2

b

M 0,995

b T0,1

b T0,9

b. On p(T) = pM(T)+ pM(T) = 0,005× 0,8+ 0,995× 0,1 = 0,004+ 0,0995 = 0,1035.

c. D’après la formule de la probabilité conditionnelle :

p+(M)= p(+∩M)

p(+) =

0,005×0,8 0,1035

≈ 0,038.

EXERCICE 2 4 points

Partie A

1. a. z1 ∈ R est solution de z3− (4+ i)z2+ (7+ i)z −4= 0 si et seulement si z31 −

(4+ i)z21 + (7+ i)z1−4= 0 ⇐⇒ {

ℜ (

z31 − (1+ i)z 2 1 + (7+ i)z1−4

)

= 0 ℑ (

z31 − (1+ i)z 2 1 + (7+ i)z1−4

)

= 0 ⇐⇒ {

z31 −4z 2 1 +7z1−4= 0

z21 + z1 = 0 ⇐⇒

{

z31−4z 2 1 +7z1−4= 0

z1 = 0 ou z1 = 1 .

Seul le nombre 1 vérifie la première équation. On a donc z1 = 1. b. On doit avoir z3− (4+ i)z2+ (7+ i)z −4= (z −1)(z −2−2i)(az +b).

En identifiant les termes de plus haut degré on obtient a = 1 et en iden- tifiant les termes constants : −4 = b(2+ 2i) ⇐⇒ −2 = b(1+ i) ⇐⇒ b = −2 1+ i

= −2(1− i)

(1+ i)(1− i) =−(1− i)=−1+ i.

Conclusion z3− (4+ i)z2+ (7+ i)z −4= (z −1)(z −2−2i)(z −1+ i). 2. La factorisation précédente donne les trois solutions de l’équation :

S = {1 ; 2+2i ; 1− i}.

Partie A

1. Figure.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1

2

3

4

5

−1

−2

−3

−4

−5

−6

1 2 3−1−2−3−4−5−6−7−8

A

BC

D

E F

O

A′

A′1

A′2

A1

A2

C1

C2

Nouvelle-Calédonie 2 16 novembre 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1

2

−1

−2

1 2−1 +

+

+

+O A

B

C

D

2. On a 2+2i 1− i

= 2(1+ i) 1− i

= 2(1+ i)2

(1− i)(1+ i = (1+ i)2 = 2i.

Le module de ce nombre est 2 et un de ses arguments est π

2 .

Comme 2+2i 1− i

= 2+2i−0 1− i−0

, on a en prenant le module |2+2i−0| |1− i−0|

= OB

OC =

2 ⇐⇒ OB= 2OC. En prenant les arguments on obtient

(−−→ OC ;

−−→ OB

)

= π

2 . Conclusion : le triangle

OBC est rectangle en O.

3. On a de façon immédiate : (−−→ OA ;

−−→ OC

)

= π

4 et

(−−→ OA ;

−−→ OB

)

=− π

4 . La droite (OA)

est donc une bissectrice du triangle (OBC).

4. Par définitionde la rotation : zD−zC = (zO− zC)e−i π

2 ⇐⇒ zD−1+i= (−1+ i) (−i) ⇐⇒ zD−1+ i= i+1 ⇐⇒ zD = 2.

5. On a vu que (−−→ OC ;

−−→ OD

)

= π

2 et on a aussi

(−−→ CD ;

−−→ CO

)

= π

2 . Donc les droites

(OB) et (CD) sont parallèles : le quadrilatère OCDB est donc un trapèze rec-

tangle (et pas un parallélogramme car OB = 2 OC = 2CD.)

EXERCICE 2 5 points

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

1. L’écriture complexe de la rotation r est :

z ′ = zei π

3 = z (

1

2 + i

p 3

2

)

.

En particulier zB = zB

(

1

2 + i

p 3

2

)

= 3 (

1

2 + i

p 3

2

)

= 3

2 + i

3 p 3

2 .

2. On a r (B)=C et zC = (

3

2 + i

3 p 3

2

)(

1

2 + i

p 3

2

)

= 3

4 − 9

4 + i

3 p 3

4 + i

3 p 3

4 =

zC =− 3

2 + i

3 p 3

2 .

Nouvelle-Calédonie 3 16 novembre 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

zD = r (zC)= 3×ei 3π 3 . Donc D est le symétrique de A autour de O et zD =−3.

On obtient successivement zE =− 3

2 − i

3 p 3

2 et zF =

3

2 − i

3 p 3

2 .

3. a. F est l’image de A par six rotations de centre O et d’angle π

3 soit une rota-

tion de 2π soit l’identité, donc r (F)=A. b. Le polygone est composé de six triangles isocèles d’angle au sommet me-

surant π

3 , donc de six triangles équilatéraux. On a donc AB = BC = CD =

DE = EF = FA = 3. Ce polygone est donc un hexagone régulier ce côté 3 et

de centre O.

4. a. Si s′(F)=C, le rapport de cette similitude est : EC

EF =

|zc− zE| |zE− zE|

=

∣− 32 + i 3 p 3

2 + 3

2 + i 3

p 3

2

∣| 32 − i 3 p 3

2 + 3 2 + i

3 p 3

2

= ∣

∣3i p 3 ∣

|3| = p 3.

Le rapport de la similitude s′ est égal à p 3.

On a aussi (−→ EF ,

−−→ EC

)

= arg EC

EF = arg(i

p 3=

π

2 .

La transformation s s′ est une similitude comme composée de deux si-

militudes, son rapport étant le produit des rapports, soit 1

2 × p 3=

p 3

2 , et

dont un argument est la somme des arguments de s et s′, soit π

3 + π

2 =

5π

6 .

b. Comme AD = 6 et AF = 3, que (−−→ AD ,

−→ AF

)

= π

3 , l’image de D par s est le

point C. Mais l’image de F par s′ est C.

Conclusion : l’image de D par s′ ◦ s est C. c. s′ ◦ s est une similitude directe comme composée de deux similitudes di-

rectes : son écriture complexe est donc de la forme z ′ = az +b. On a vu à

la question a que a = p 3

2 e

5iπ 6 .

On vient dedémontrer que s′(D)=C ⇐⇒ − 3

2 +i

3 p 3

2 =

p 3

2

(

− p 3

2 + i

1

2

)

(−3)+

b ⇐⇒ b =− 15

4 + i

9 p 3

4 .

L’écriture complexe est donc : z ′ = p 3

2 e

5iπ 6 z

15

4 + i

9 p 3

4 .

5. a. On a par définition de la symétrie : AC = CA′ ou AC′ = 2AC ;

D’autre part part de façon évidente : AC = CE = EA : le triangle (ACE) est

équilatéral et (−−→ AA′ ,

−→ AE

)

π

3 .

Conclusion : s(A′)= E. Comme E est le centre de la similitude s′, on a s′(E)= E.

b. Par le calcul, on a zA′ +3

2 = −

3

2 + i

p 3

2 ⇐⇒ zA′ = −6+ i

p 3. En utilisant

l’écriture complexe de s′◦s trouvée au 4 c, onobtient : zs ′◦s(A′) = p 3

2 e

5iπ 6 (

−6+ i p 3 )

15

4 + i

9 p 3

4 .

On trouve : zs ′◦s(A′) =− 3

2 − i

p 3

2 = zE.

EXERCICE 3 5 points

Nouvelle-Calédonie 4 16 novembre 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1. a. La fonction f est dérivable et f ′(x)= 1

2

(

1− 2

x2

)

= 1

2

(

x2−2 x2

)

.

Le signe de f ′ est donc celui de x2−2, car x2 > 0, pour x > 0. Or sur ]0 ; +∞[, x2−2> 0 ⇐⇒ x >

p 2.

La fonction est :

— décroissante sur ]0 ; p 2[ ;

— croissante sur ] p 2 ; +∞[.

D’où la courbe représentative de f :

0

1

2

3

0 1 2

p 2

A0 A1A2A3

0,5 u0

2,25 u1

1,5694 u2

1,42189 u3

y = x

2. a. On a quel que soit n, un+1 = 1

2

(

un + 2

un

)

= f (un ).

On vient de voir que u1 = f (u0) = f (

1

2

)

= 2,25 > p 2. L’affirmation est

vraie au rang 1.

Supposons un > p 2. D’après la question 1, la fonction f est croissante sur

[ p 2 ; +∞[. Donc par application de cette croissance f (un )> f (

p 2)=

p 2.

Donc un+1 > p 2. la relation est héréditaire.

Conclusion : quel que soit n > 1,un > p 2.

b. Soit f (x)− x = x

2 +

1

x x =

1

x

x

2 =

2− x2

2x .

On a vu que si x > p 2, 2− x2 6 0.

Conclusion : si x > p 2, f (x)− x 6 0 ⇐⇒ f (x)6 x.

c. On a vu que pour n > 0, un > p 2 ; donc d’après la question précédente

f (un )6 un ; or f (un )= un+1. Conclusion : un+1 6 un pour tout n > 0. La suite (un ) est décroissante.

d. La suite (un ) est décroissante et minorée par p 2. Elle converge donc vers

un réel supérieur ou égal à p 2.

3. La fonction f est définie et continue sur [ p 2 ; +∞[ ; la suite définie parun+1 =

f (un ) converge vers = f ().

est donc solution de l’équation 1

2

(

x + 2

x

)

= x ⇐⇒ 2x = x + 2

x ⇐⇒

2x2 = x2+2 ⇐⇒ x2 = 2 ⇐⇒ x = , seule solution supérieure ou égale à p 3.

La suite (un ) converge vers = p 2.

EXERCICE 4 6 points

Première partie

1. A∈ (P1) ⇐⇒ −9+9= 0 : vrai ; B∈ (P1) ⇐⇒ 14−12+9 = 0 : faux ;

Nouvelle-Calédonie 5 16 novembre 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

C ∈ (P1) ⇐⇒ −7+4−6+9 = 0 vrai ; D ∈ (P1) ⇐⇒ 7−16+9 = 0 : vrai.−−→ AC (−1 ; 1 ; −1), −−→AD (1 ; − 4 −3) : ces vecteurs ne sont pas colinéaires, donc (P1) est le plan (ACD).

2. A ∈ (∆1) ⇐⇒

0 = −1+ t 0 = −8+2t 3 = −10+5t

t = 1 et t = 4. Pas de solution. Donc

faux ;

B ∈ (∆1) ⇐⇒

2 = −1+ t 0 = −8+2t 4 = −10+5t

t = 3 et t = 4. Pas de solution. Donc

faux ;

C ∈ (∆1) ⇐⇒

1 = −1+ t 1 = −8+2t 2 = −10+5t

t = 2 et t = 4,5. Pas de solution. Donc

faux ;

D ∈ (∆1) ⇐⇒

1 = −1+ t −4 = −8+2t 0 = −10+5t

t = 2 et t = 2 et t = 2. Donc vrai ;

3. Un vecteur −→ u directeur de la droite (∆1) a pour coordonnées

−→ u (1 ; 2 ; 5).

−→ v (7 ; 4 ; −3) est un vecteur normal au plan (P1). Or

−→ u · −→v = 7+8−15 = 0. La droite (∆1) est parallèle au plan (P1). Or en 1 et

2 on a trouvé que D est un point de (∆1) et de (P1). Donc la droite (∆1) est

incluse dans (P1).

4. Un point commun à (∆1) et (∆2) a ses coordonnées qui vérifient le système :

−1+ t = 7+2t ′ −8+2t = 8+4t ′ −10+5t = 8− t

⇐⇒

t −2 = 8 t −2 = 8 5t + t ′ = 18

⇐⇒ {

t = 4 t ′ = −2

Onobtient doncune solutionuniquequi donne commecoordonnées (3 ; 0 ; 10).

Les droites (∆1) et (∆2) sont sécantes (et donc coplanaires).

5. Unpoint communauxdeuxplans a ses coordonnées qui vérifient le système : {

7x +4y −3z +9 = 0 x −2y = 0

Enposant y = t , on obtient le systèmeéquivalent :

y = t 7x +4t −3z +9 = 0 x = 2t

⇐⇒

y = t x = 2t z = 6t +3

La bonne réponse est la deuxième.

Deuxième partie

1. On traduit pour un point M(x ; y ; z) l’égalité vectorielle −−→ AM = a−→u ⇐⇒

x −0 = a y −0 = 0 z −3 = −a

On a donc M(a ; 0 ; 3−a).

De même −−−→ BM ′ = b−→v ⇐⇒

x′−2 = 0 y ′−0 = b z ′−4 = b

.

On a donc M ′(2 ; b ; 4+b). Il s’ensuit que

−−−−→ M M ′ (2−a ; b ; a +b +1).

Nouvelle-Calédonie 6 16 novembre 2006

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome