Corrigé – exercices de géométrie – 13, Exercices de Géométrie analytique et calcul
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Corrigé – exercices de géométrie – 13, Exercices de Géométrie analytique et calcul

PDF (80.9 KB)
4 pages
79Numéro de visites
Description
Corrigé des exercices de géométrie 13. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’affixe du point image du point d’affixe z, l’arbre pondéré.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Polynesie S correction juin 2006.dvi

Durée : 4 heures

[ Corrigé du baccalauréat S Polynésie \ septembre 2006

EXERCICE 1 4 points

1. a. On a ca = 2+2i et ba = 2−2i ; or ca = 2+2i= i(2−2i)= i(ba).

Cette égalité signifie que C est l’image de B dans le quart de tour direct de

centre A. Donc le triangle ABC est rectangle en A.

b. On a z−3

z−5+2i =

zzA

zzB . Donc arg

(

z−3

z−5+2i

)

=

(

−−→ AM ,

−−→ BM

)

c. Le nombre z−3

z−5+2i est un réel strictement négatif si et seulement si l’un

des ses arguments est égal àπ. D’après le b, on a donc z−3

z−5+2i ∈ R

− ⇐⇒

(

−−→ AM ,

−−→ BM

)

= π [2π] ⇐⇒ M ∈]AB[. L’ensemble cherché est donc le seg-

ment ouvert ]AB[.

2. a. Si z ′ est l’affixe du point image du point d’affixe z dans la rotation r de

centreΩ et d’angle − π

2 , cette affixe vérifie z ′−ω=−i (zω) ⇐⇒

z ′ =−iz+ω(1+ i) ⇐⇒ z ′ = z ′ =−iz+ (2− i)(1+ i) ⇐⇒ z ′ =−iz+3+ i .

b. ABC étant rectangle isocèle en A, le centre E du cercle circonscrit Γ est le

milieu de [BC] d’affixe 5 et son rayon est égal à 2.

Une rotation est une isométrie donc l’image du cercle Γ est le cercle Γ′

dont le centre est E′, image de E par r et de même rayon 2.

On a alors : zE′ = z

E =−izE+3+ i=−5i+3+ i= 3−4i.

Une équationparamétriquedeΓ′ est alors : zzE ′ = 2e iθ , θ ∈ [0 ; 2π[ donc :

z = 3−4i+2eiθ , θ ∈ [0 ; 2π[ .

EXERCICE 2 4 points

1. a. On dresse l’arbre pondéré suivant :

B

2 3

B23

b B 2 3

b N1 3

N 1 3

b B 4 5

b N1 5

N

1 3

B 4 5

b B 4 5

b N1 5

N1 5

b B 1

Les valeurs prises par X sont (de haut en bas) : 0,1, 1, 2, 1, 2, 2.

b. On a P (X = 0)=P (BBB) =

(

2

3

)3

=

8

27 .

Corrigé du baccalauréat S

c. — La probabilité demandée s’obtient en suivant la troisième branche.

Elle est égale à P (BNB)= 2

3 ×

1

3 ×

4

5 =

8

45 .

— On a demême P (NBB)= 1

3 ×

4

5 ×

4

5 =

16

75 .

P (BBN )= 2

3 ×

2

3 ×

1

3 =

4

27 .

Finalement P (X = 1)=P (BBB)+P (BNB)+P (BBN ) = 8

45 +

16

75 +

4

27 =

120+144+100

27×25 =

364

675 .

2. P (A)=

(

2

3

)k−1

×

1

3 =

2k−1

3k .

PA(B). On sait donc que l’on a tiré une noire au k-ième tirage. Il reste donc

4 blanches et une noire. On tire (nk) boules blanches avec une proba-

bilité de PA(B)=

(

4

5

)nk

.

— Si seule la k-ième boule tirée est noire c’est que N =A∩B.

On a donc p(N)= p(A∩B)=PA(B)×P (A)=

(

4

5

)nk

×

2k−1

3k =

22nk−1

3k ×5nk .

EXERCICE 3 7 points

1. a. En écrivant f (x)= 2x3e−x−4x2e−x les deux termes de la somme ont pour

limite moins l’infini, on obtient lim x→−∞

f (x)=−∞.

De la même façon en plus l’infini, les deux termes ont pour limite 0 (car,

pour toutn ∈N, lim x→+∞

xne−x = 0 (croissances comparées)), donc lim x→+∞

f (x)=

0.

b. La dérivée de la fonction f est donnée par

f ′(x)= e−x (

6x2−8x−2x3+4x2 )

= e−x (

−2x3+10x2−8x )

=

2xe−x (

x2+5x−4 )

.

c. Comme quel que soit x ∈ R, e−x > 0, le signe de la dérivée est celui de

x (

x2+5x−4 )

. Le trinôme a pour racines 1 et 4, donc le signe de la déri-

vée dépend de la position de x par rapport aux nombres 0, 1 et 4. D’où le

tableau de variations :

x −∞ 0 1 4 +∞

f (x)

f

trinôme

x − + + +

+ + − +

+ − + −

0

0 0

0 0 0

−∞

0

− 2 e

64 e4

0

d. Courbe représentative (C ) :

Polynésie 2 septembre 2006

Corrigé du baccalauréat S

1

−1

−2

−3

−4

−5

−6

1 2 3 4 5 6 7 8 9−1−2 −→ ı

−→

2. a. I1 =

∫1

0 xe−x dx.

Avec

{

u(x)= x dv(x)= e−x

du(x)= 1 v(x)=−e−x onobtient en intégrant par parties, toutes

les fonctions étant dérivables et leurs dérivées continues,

I1 = [−xe −x ]10+

∫1

0 e−x dx =

[

xe−x −e−x ]1 0 = 1−

2

e .

b. L’égalité In =nIn−1− 1

e donne pour n = 2, I2 = 2I1−

2

e = 2−

5

e .

Pour n = 3, I3 = 3I2− 1

e = 3

(

2− 5

e

)

1

e = 6−

16

e .

c. L’aire du domaine défini est égal (en unités d’aire) à la valeur absolue de

l’intégrale

∫1

0

(

2x3−4x2 )

e−x dx = 2

∫1

0 x3e−x dx − 4

∫1

0 x2e−x = 2I3 − 4I2

(par linéarité de l’intégrale).

On a donc

∫1

0

(

2x3−4x2 )

e−x dx = 2

(

6− 16

e

)

−4

(

2− 5

e

)

= 4− 12

e .

Conclusion A = 12

e −4≈ 0,4.

Effectivement sur la figure, sur l’intervalle [0 ; 1], la fonction est négative

et l’aire vaut moins de 1

2 carreau (cm2).

3. a. Pour tout x de

[

1

b ; 1

a

]

, on définit v(x) par v(x)= u

(

1

x

)

. v est la composée

de la fonction inverse x 7→ 1

x , décroissante sur

[

1

b ; 1

a

]

et à valeurs dans

[a ; b] et de la fonctionu, supposée croissante sur [a ; b]. Par composition,

on obtient une fonction décroissante sur

[

1

b ; 1

a

]

.

b. On a donc g (x)= f

(

1

x

)

=

(

2

x3 −

4

x2

)

e− 1 x .

Enposant 1

x =α, g (α)=

(

2α3−4α2 )

e−α. Onobtient alors facilement lim α→0

g (α)=

lim x→+∞

g (x)= 0 et lim α→+∞

g (α)= lim x→0

g (x)= 0

c. De même qu’au 2 a, on démontrerait que si u est décroissante, alors v

est croissante. Le tableau de variations de g se déduit donc de celui de f

après avoir remarqué que si 1< 4, alors 1

4 < 1. Les intervalles de variations

sont donc

]

0 ; 1

4

]

,

[

1

4 ; 1

]

et [1 ; +∞[ : d’où le tableau :

Polynésie 3 septembre 2006

Corrigé du baccalauréat S

x 0 1 4 1 +∞

g (x)

0

64 e4

− 2 e

0

EXERCICE 4 5 points

1. Un vecteur −→ n 1 normal à (P1) est

−→ n 1

−2

1

1

. Un vecteur −→ n 2 normal à (P2) est

−→ n 1

1

−2

4

. Ces deux vecteurs sont non nuls et −→ n 1 ·

−→ n 2 =−2×1+1×(−2)+1×

4= 0. Ces vecteurs étant orthogonaux, les deux plans sont perpendiculaires.

2. En posant z = t les coordonnées de la droite commune aux deux plans vé-

rifient

{

−2x+ y = 6− t

x−2y = 9−4t ⇐⇒

{

−2x+ y = 6− t

2x−4y = 18−8t ⇒ −3y = 24−

9t ⇐⇒ y = −8+3t et en reportant dans l’une des équations des plans x =

−7+2t .

Conclusion : M(x ; y ; z) ∈ (P1∩ (P2)= (D ⇐⇒

x = −7+2t

y = −8+3t

z = t

.

3. a. On a −18−4−1−6 = 0 Faux et −9+8−4−9 = 0 Faux

b. AM2 = (x+9)2+ (y+4)2+ (z+1)2 = (2+2t)2+ (−4+3t)2+ (t+1)2 = 14t2−

14t +21= 7 (

2t2−2t +3 )

.

c. f (t)= 2t2−2t+3= 2

(

t2− t + 3

2

)

= 2

[(

t − 1

2

)2

1

4 +

3

2

]

= 2

[(

t − 1

2

)2

+

5

4

]

>

2× 5

4 =

5

2 > 0. Ce trinôme est donc décroissant sur ]−∞ ;

1

2 ], croissant sur

[ 1

2 ; +∞[ et a unminimum en

1

2 .

Le point correspondant est Mmini = I

(

−6 ; − 13

2 ; 1

2

)

.

4. a. La représentation paramétrique de (D) donne les coordonnées d’un vec-

teur directeur de (D), donc un vecteur normal à (Q), c’est le vecteur −→ q

2

3

1

.

Une équation de (Q) est donc : 2x+3y + z+α = 0. A ∈ (Q) ⇐⇒

−18−12−1+α = 0 ⇐⇒ α= 31.

Une équation de (Q) est donc :M ∈ (Q) ⇐⇒ 2x+3y + z+31 = 0.

b. Le triangle AMI est rectangle en I. Le côté [AI] a une longueur inférieure à

celle de l’hypoténuse [AM] : I est bien le projeté orthogonal de A sur (D) .

Polynésie 4 septembre 2006

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome