Corrigé – exercices de géométrie – 6, Exercices de Géométrie analytique et calcul
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Corrigé – exercices de géométrie – 6, Exercices de Géométrie analytique et calcul

PDF (50.8 KB)
4 pages
58Numéro de visites
Description
Corrigé des exercices de géométrie 6. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’espace muni d’un repère orthonormal, les éléments caractéristiques.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
LibanSmai2006.dvi

[ Baccalauréat S Liban mai 2006 \

EXERCICE 1 5 points

Commun à tous les candidats

Dans l’espace muni d’un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→ ,

−→ k )

, on donne les points

A(2 ; 1 ; 3), B(−3 ; −1 ; 7) et C(3 ; 2 ; 4).

1. Montrer que les points A, B et C ne sont pas alignés.

2. Soit (d) la droite de représentation paramétrique

x = −7+2t y = −3t z = 4+ t

a. Montrer que la droite (d) est orthogonale au plan (ABC).

b. Donner une équation cartésienne du plan (ABC).

3. Soit H le point commun À la droite (d) et au plan (ABC).

a. Montrer que H est le barycentre de (A ; −2), (B ; −1) et (C ; 2). b. Déterminer la nature de l’ensemble Γ1, des points M de l’espace tels que

(

−2−−→MA −−−→MB +2−−→MC )

· (−−→ MB −−−→MC

)

= 0

En préciser les éléments caractéristiques.

c. Déterminer la nature de l’ensemble Γ2, des points M de l’espace tels que ∥

∥−2 −−→ MA −−−→MB +2−−→MC

∥= p 29

En préciser les éléments caractéristiques.

d. Préciser la nature et donner les éléments caractéristiques de l’intersection des ensembles Γ1 et Γ2.

e. Le point S (−8 ; 1 ; 3) appartient-il À l’intersection des ensembles Γ1 et Γ2.

EXERCICE 2 5 points

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

Le plan complexe est muni d’un repère orthonormé direct (

O, −→ u ,

−→ v )

.

On prendra 2 cm pour unité graphique. Soit A le point d’affixe i et B le point d’affixe 2.

1. a. Déterminer l’affixe du point B1 image de B par l’homothétie de centre A et de rapport

p 2.

b. Déterminer l’affixe du point B′ image de B1 par la rotation de centre A et

d’angle π

4 .

Placer les points A, B et B′.

2. On appelle f la transformation du plan dans lui-même qui, à tout point M d’affixe z, associe le point M ′ d’affixe z ′ tel que

z ′ = (1+ i)z+1.

a. Montrer que B a pour image B′ par f .

b. Montrer que A est le seul point invariant par f .

c. Établir que pour tout nombre complexe z distinct de i, z ′− z i− z

=−i. Interpréter ce résultat en termes de distances puis en termes d’angles.

En déduire une méthode de construction de M′ À partir de M , pour M distinct de A.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

3. a. Donner la nature et préciser les éléments caractéristiques de l’ensemble Σ1 des points M du plan dont l’affixe z vérifie |z−2| =

p 2.

b. Démontrer que z ′−3−2i= (1+ i)(z−2). En déduire que si le point M appartient À Σ1, alors son image M ′ par f appartient À un cercle Σ2, dont on précisera le centre et le rayon.

c. Tracer Σ1 et Σ2 sur la même figure que A, B et B′.

EXERCICE 2 5 points

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

Dans le plan complexe muni du repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v )

, on considère

les points A d’affixe 3i et B d’affixe 6 ; unité graphique : 1 cm.

Partie A

1. Montrer qu’il existe une similitude directe et une seule qui transforme A en O et O en B. Préciser ses éléments caractéristiques.

2. Montrer qu’il existe une similitude indirecte et une seule qui transforme A en O et O en B.

Partie B

1. Soit f la transformation du plan dans lui-même qui, À tout point M d’affixe z, associe le point M ′ d’affixe z ′ =−2iz+6 où z désigne le conjugué de z. Montrer que f possède un point invariant et un seul. On note K ce point.

2. Soit h l’homothétie de centre K et de rapport 1

2 .

On pose g = f h. a. Montrer que g est une isométrie laissant invariant le point K.

b. On désigne par M ′′ l’image du point M d’affixe z par la transformation g .

Montrer que l’écriture complexe de g est z ′′ =−iz+2+2i où z ′′ est l’affixe deM ′′.

c. Montrer qu’il existe sur l’axe (

O, −→ v )

un unique point invariant par g ; on

le note L.

Reconnaître alors la transformation g .

d. En déduire que la transformation f est la composée d’une homothétie h

suivie de la réflexion d’axe (KL). Préciser les éléments caractéristiques de h′.

3. Déterminer les droites ∆ telles que f (∆) et ∆ soient parallèles.

EXERCICE 3 7 points

Commun à tous les candidats

Partie A : étude d’une fonction

Soit f la fonction définie sur l’intervalle [0 ; +∞[ par

f (x)= x ln(x+1).

Sa courbe représentative (C ) dans un repère orthogonal (

O, −→ u ,

−→ v )

est donnée en annexe.

1. a. Montrer que la fonction f est strictement croissante sur l’intervalle [0 ; +∞[. b. L’axe des abscisses est-il tangent À la courbe (C ) au point O ?

Liban 2 mai 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

2. On pose I= ∫1

0

x2

x+1 dx.

a. Déterminer trois réels a, b et c tels que, pour tout x 6= −1,

x2

x+1 = ax+b+

c

x+1 .

b. Calculer I.

3. À l’aide d’une intégration par parties et du résultat obtenu à la question 2, calculer, en unités d’aires, l’aire A de la partie du plan limitée par la courbe (C ) et les droites d’équations x = 0, x = 1 et y = 0.

4. Montrer que l’équation f (x)= 0,25 admet une seule solution sur l’intervalle [0 ; 1]. On note α cette solution. Donner un encadrement de α d’amplitude 10−2.

Partie B : étude d’une suite

La suite (un ) est définie surN par un = ∫1

0 xn ln(x+1)dx.

1. Déterminer le sens de variation de la suite (un ).

La suite (un ) converge-t-elle ?

2. Démontrer que pour tout entier naturel n non nul, 06 un 6 ln2

n+1 .

En déduire la limite de la suite (un ).

EXERCICE 4 3 points

Commun à tous les candidats

La durée de vie d’un robot, exprimée en années, jusqu’À ce que survienne la pre- mière panne est une variable aléatoire qui suit une loi exponentielle de paramètre λ, avec λ> 0. Ainsi, la probabilité qu’un robot tombe en panne avant l’instant t est égale à

p(X 6 t)= ∫t

0 λe−λx dx.

1. Déterminer λ, arrondi à 10−1 près, pour que la probabilité p(X > 6) soit égale à 0,3.

Pour la suite de l’exercice, on prendra λ= 0,2 . 2. À quel instant t , à un mois prés, la probabilité qu’un robot tombe en panne

pour la première fois est-elle de 0,5 ?

3. Montrer que la probabilité qu’un robot n’ait pas eu de panne au cours des deux premières années est e−0,4.

4. Sachant qu’un robot n’a pas eu de panne au cours des deux premières an- nées, quelle est, à 10−2 près, la probabilité qu’il soit encore en état demarche au bout de six ans ?

5. On considère un lot de 10 robots fonctionnant de manière indépendante.

Déterminer la probabilité que, dans ce lot, il y ait au moins un robot qui n’ait pas eu de panne au cours des deux premières années.

Liban 3 mai 2006

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

Annexe

Exercice 3

Représentation graphique de la fonction f obtenue à l’aide d’un tableur

Courbe (C )

0 1 2 3 0

1

2

3

4

5

0

1

2

3

4

5

0 1 2 3 x

y

Liban 4 mai 2006

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome