Corrigé - exercitations mathématique appliquée 6, Exercices de Algèbre linéaire
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Corrigé - exercitations mathématique appliquée 6, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (56.6 KB)
4 pages
206Numéro de visites
Description
Algèbre – correction des exercices 6. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la factorisation, les probabilités.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
NlleCaledoScorrectionmars2012.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat S Nouvelle-Calédonie \ Série obligatoire mars 2012

EXERCICE 1 5 points Commun à tous les candidats

Partie A :

1. P (

i p 2 )

= (

i p 2 )3−

(

2+ i p 2 )(

i p 2 )2+2

(

1+ i p 2 )(

i p 2 )

−2i p 2=

−2i p 2+4+2i

p 2+2i

p 2−4−2i

p 2= 0 ⇐⇒ i

p 2 est solution dans C de l’équa-

tion P (z)= 0. 2. a. Développons :

(

z− i p 2 )(

z2+az+b )

= z3 + az2 + bz z2i p 2− azi

p 2−

bi p 2= z3+

(

a− i p 2 )

z2+ (

bai p 2 )

zbi p 2.

Par identification avec l’énoncé, on obtient : 

a− i p 2 = −2− i

p 2

bai p 2 = 2+2i

p 2

bi p 2 = −2i

p 2

⇐⇒

a = −2 b+2i

p 2 = 2+2i

p 2

b = −2 ⇐⇒

a = −2 b = 2 b = 2

On a donc P (z)= (

z− i p 2 )(

z2−2z+2 )

b. En utilisant la factorisation précédente :

P (z)= 0 ⇐⇒ (

z− i p 2 )(

z2−2z+2 )

⇐⇒ {

z− i p 2 = 0

z2−2z+2 = 0 On retrouve la racine i

p 2 ; résolution de l’équation du second degré :

z2−2z+2= 0 ⇐⇒ (z−1)2−1+2= 0 ⇐⇒ (z−1)2+1= 0 ⇐⇒

(z−1)2 =−1 ⇐⇒ (z−1)2 = i2 ⇐⇒ {

z−1 = i z−1 = −i ⇐⇒

{

z = 1+ i z = 1− i

Les solutions sont donc : i p 2, 1+ i, 1− i.

Partie B :

1.

1

−1

−2

1−1−2

b

b

b

b

b

b

b

A

B

J

K

D

L

C

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

2. On a zK = e 3iπ 4 = cos

3π

4 + i sin

3π

4 =−

p 2

2 + i

p 2

2 .

K est le milieu du segment [JL] ce qui se traduit en coordonnées par : 

xK = 1

2

(

xJ+ xL )

yK = 1

2

(

yJ+ yL )

⇐⇒

− p 2

2 =

1

2 (0+ xL)p

2

2 =

1

2

(p 2+ yL

)

⇐⇒ {

xL = − p 2

yL = 0

Conclusion : zL =− p 2.

3. On a |zA|2 = 12+12 = 2 |zB|2 = 12+ (−1)2 = 2 ∣

zJ ∣

2 = (p

2 )2 = 2

|zL|2 = (

− p 2 )2 = 2.

On a donc OA = OB = OJ = OL = p 2 : les points A, B, J et L appartiennent à un

même cercle de centre O et le rayon p 2.

4. a. Un argument de zJ est π

2 et un argument de zD est

3π

4 , donc l’angle de la

rotation est π

4 .

b. Par définition de la rotation de centre O et d’angle π

4 , on a :

zC− zO = ei π

4 (zL− zO) ⇐⇒ zC = ei π

4 zL = (p

2

2 + i

p 2

2

)

(

− p 2 )

=−1− i.

5. On a successivement :

O est milieu de [BD] et [AC], donc ABCD est un parallélogramme ;

AC = BD = 2, donc ABCD est un rectangle ;

(AC) et (BD) sont perpendiculaires, donc ABCD est un losange, donc finale- ment : ABCD est un carré.

EXERCICE 2 4 points Commun à tous les candidats

1. a.

A1 6

B 1 4

B3 4

A 5 6

B 2 5

B3 5

b. D’après la loi des probabilités totales : p(B) = p(ApA(B)+p (

A )

×pA(B)= 1

6 × 1

4 + 5

6 × 2

5 =

1

24 + 1

3 =

1

24 +

8

24 =

9

24 =

3

8 = 0,375.

c. pB (A)= p(AB) p(B)

= 1 6 ×

1 4

3 8

= 1

24 × 8

3 =

1

9 .

2. a. Les parties étant indépendantes la variable X suit une loi binomiale de

paramètres n = 10 et p = 3

8 .

La probabilité de gagner exactement trois parties est égale à :

p(X= 3)= (

10

3

)

(

3

8

)3

× (

1− 3

8

)10−3 = (

10

3

)

(

3

8

)3

× (

5

8

)7

≈ 0,2357 ≈ 0,236 au

millième près.

Nouvelle-Calédonie 2 mars 2012

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

b. On a p(X> 1) = 1− p(X = 0) = 1−× (

3

8

)0

× (

5

8

)10

= 1− (

5

8

)10

≈ 0,9909 ≈

0,991 aumillième près.

c. À partir du tableau donné on calcule les probabilités P (X= k−1) par dif- férence entre deux valeurs consécutives. On constate que P (X = 7) est la première valeur inférieure à 0,1. Donc N = 7.

k 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 P (X< k) 0,009 1 0,063 7 0,211 0 0,446 7 0,694 3 0,872 5 0,961 6 0,992 2 0,999 0 0,999 9

P (X= k−1) 0,009 1 0,054 6 0,147 3 0,235 7 0,247 6 0,178 2 0,089 1 0,030 6 0,006 8 0,000 9

EXERCICE 3 5 points Candidats n’ayant pas choisi l’enseignement de spécialité

VRAI ou FAUX ?

Pour chacun des énoncés suivants, indiquer si la proposition correspondante est vraie

ou fausse et proposer une justification de la réponse choisie.

1. Énoncé 1 :

OUI : exemple an = π

4 −

1

2n .

2. Énoncé 2 :

FAUX : on a z1 = e 2iπ 3 qui a pour argument

2iπ

3 et z20 = e

2i×20π 3 = e

40iπ 3 . Or

40π

3 =

36π+4π 3

= 12π+ 4π

3 , donc z20 a pour argument

4π

3 6=

2π

3 . Donc les

points O, M1 et M20 ne sont pas alignés.

3. Énoncé 3 :

Proposition 3 :

FAUX : si la courbe 3 est la représentation graphique de f , la courbe 1 est celle de F puisque c’est la seule qui contient l’origine (F (0)= 0). Or on voit sur la courbe 1 que F

(

π

4

)

= 0, mais f (

π

4

)

6= 0. Donc la courbe 1 n’est pas la représentation graphique de la primitive F .

4. Énoncé 4 :

Proposition 4 : Calculons la distance de A au plan P :

d(A ; P)= |3|

22+ (−1)2+12 =

3 p 6 =

p 6

2 ≈ 1,225.

La distance est inférieure au rayon du cercle : la réponse est VRAI.

5. Énoncé 5 :

Proposition 5 :

On sait que la fonction définie par x 7−→ 2 est une solution particulière de (E). D’autre part les solutions de l’équation (E′) : y ′+2y = 0 sont les fonctions de la forme K e−2x .

Les solutions de (E) sont donc les fonctions définies par y = 2+K e−2x . Or y(0)= 0 ⇐⇒ 2+K e0 = 0 ⇐⇒ 2+K = 0 ⇐⇒ K =−2. La fonction solution est donc définie par : y = 2−2e−2x . On voit avec les limites en +∞ et −∞ que la représentation graphique est la courbeC3. Donc FAUX

EXERCICE 4 6 points Commun à tous les candidats

PARTIE A :

Nouvelle-Calédonie 3 mars 2012

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1. Posons : {

u′(x) = ex v(x) = x =⇒

{

u(x) = ex v ′(x) = 1

Toutes les fonctions étant continues car dérivables sur [0 ; 1], on peut procé- der à une intégration par parties : ∫1

0 xex dx =

[

xex ]1 0−

∫1

0 ex dx =

[

xex ]1 0−

[

ex ]1 0 = e−0− (e−1)= 1.

2. a. A (OAA′)= 1

2 a×aea =

1

2 a2ea .

A (ABB′A′)= 1

2 (aea +e)× (1−a)=

1

2

(

aea a2ea +e−ae )

.

b. Les segments [OA] et [AB] étant au dessus de la courbeC l’aire de la partie hachurée est égale à la somme des aires du triangle et du trapèze précé- dents diminuée de l’aire de la partie du plan limitée par l’axe des abs- cisses, la courbe C et les droites d’équation x = 0 et x = 1, soit : 1

2 a2ea +

1

2

(

aea a2ea +e−ae )

− ∫1

0 xex dx =

1

2

(

a2ea +aea a2ea +e−ae )

−1= 1

2 (aea ae+e−2).

PARTIE B :

1. Toutes les fonctions sont dérivables sur [0 ; +∞[, donc : g ′(x)= ex −e+ xex . Puis g ′′(x)= ex +ex + xex = ex (2+ x).

2. On sait que ex > 0 quel que soit le réel x, et sur [0 ; +∞[, 2+x> 2> 0 : donc sur [0 ; +∞[, g ′′(x)> 0 : on conclut que la fonction g ′ est croissante (strictement) sur [0 ; +∞[.

3. On a g ′(0)= 1−e< 0 et g ′(1)= e> 0. Donc la fonction g ′ monotone croissante et croissante sur [0 ; 1] de g ′(0)< 0 à g ′(1)> 0 s’annule une seule fois sur cet intervalle. Il existe donc un réel α ∈ [0 ; 1] tel que g ′(α)= 0. La calculatrice donne : 0,5<α< 0,6.

4. Sur l’intervalle [0 ; α], g ′(x) < 0 : la fonction est donc décroissante sur cet intervalle.

Sur l’intervalle [α ; +∞], g ′(x) > 0 : la fonction est donc croissante sur cet intervalle.

5. D’après tous les résultats précédents, l’aire de la surface hachurée est égale à : 1

2 g (a). Or on a vu que la fonction g a sur sur [0 ; +∞[ et également sur [0 ; 1]

un minimum en x =α. L’aire minimum est donc égale à :

1

2 g (α)

Non demandé : cette aire vaut approximativement 0,0882 unité d’aire.

Nouvelle-Calédonie 4 mars 2012

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome