Exercice - Math - le nombre complexe, Exercices de Génie Mathématiques avancée

Exercice - Math - le nombre complexe, Exercices de Génie Mathématiques avancée

PDF (32.0 KB)
2 pages
746Numéro de visites
Description
Exercices de math sur le nombre complexe. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le domaine de définition de f, le repère orthonormé.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
RouenCsept1974*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C 1975 Rouen \

EXERCICE 1

On considère le nombre complexe :

z = 1

2 [sinϕ+ i(1+cosϕ)]

ϕdésigneunnombre réel variable, différent deπ, appartenant à l’intervalle [0 ; 2π] .

1. Calculer en fonction de ϕ le module et l’argument de chacun des nombres z

et z ′ =− 1

z .

2. On désigne par M et M ′ les images respectives de z et z ′ construites dans le

plan euclidien rapporté au repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

; déterminer l’en-

semble (Γ) des points M et l’ensemble (

Γ ′ )

des points M ′ lorsque ϕ varie.

EXERCICE 2

1. On pose f (t)= Log

t

t +1

.

Quel est le domaine de définition de f ?

Quel est la dérivée de f ?

2. Pour tout nombre réel x, strictement positif, on pose

g (x)= ∫x

1

Log t

(1+ t)2 dt .

Calculer g (x) au moyen d’une intégration par parties

3. Étudier lim x→+∞

g (x), lim x→+0+

g (x).

PROBLÈME

Le plan euclidien est rapporté au repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

a et k sont deux réels (a 6= 1). Ta, k est l’application affine du plan dans lui-même qui au point M(x ; y) fait cor- respondreM1

(

x1 ; y1 )

tel que

x1 = ka

1−a x+

1−k

1−a y

y1 = a(k−1)

1−a x+

1−ak

1−a y

Partie A

1. Déterminer suivant les valeurs de a et k l’ensemble des points invariants par Ta, k .

2. Étudier pour Ta, k la possibilité d’être bijective et montrer que lorsque Ta, k n’est pas une bijection, elle est une projection que l’on précisera.

Terminale C A. P. M. E. P.

3. L’application Ta, k peut-elle être involutive ? Préciser alors sa nature et la défi- nir géométriquement.

Partie B

On considère dans cette partie les applications Ta, k pour lesquelles on a : a = k. L’application Tk , k sera notée plus brièvement Tk ? On pose M2 = Tk (M) et plus généralement, pour tout entier n supérieur à 1 : Mn = Tk (Mn−1).

1. Montrer par récurrence que Mn a pour coordonnées :

{

xn = y + (

kn−1+kn−2+ . . .+k )

(y x) yn = y +

(

kn +kn−1+ . . .+k )

(y x)

Dans quels cas le pointMn admet-il une position limite N quand n augmente indéfiniment ?

Quel est l’ensemble des points N ?

2. Soit k =− 1

2 . On considère les trois points

A(−1 ;+2), B(+4 ; +2) et C(+3 ; −1)

et on désigne par M le centre de gravité du triangle ABC.

Calculer les coordonnées du centre de gravité du triangle A1B1C1.

Que peut-on dire du centre de gravité Mn du triangle AnBnCn quand n aug- mente indéfiniment ?

3. L’application Tk peut-elle être une symétrie orthogonale par rapport à une droite ?

Rouen 2 septembre 1974

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome