Exercice - Math - les nombres, Exercices de Génie Mathématiques avancée

Exercice - Math - les nombres, Exercices de Génie Mathématiques avancée

PDF (38.8 KB)
3 pages
564Numéro de visites
Description
Exercices de math sur les nombres. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la fonction numérique de la variable réelle, la continuité de f, l’ensemble des nombres complexes.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
ToulouseCsept1974*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C 1975 Toulouse \

EXERCICE 1

Étudier les restes des quatre nombres : 2, 22, 23, 24 dans la division par 5, et démon- trer que, quel que soit l’entier strictement.positif n, le nombre

174n+2+324n−1+3 est divisible par 5.

EXERCICE 2

Soit f la fonction numérique de la variable réelle définie sur R+ par :

f (0) = 0 f (x) = −2xLog x x ∈]0 ; 1[ (Log : logarithme népérien) f (x) = −xex−1+1 ∀x ∈ [1 ; +∞[

1. Étudier la continuité de f sur R+

2. La fonction f est-elle dérivable sur R+ ?

3. Étudier la variation de la fonction f (on ne demande pas la construction de la courbe représentative).

PROBLÈME

Partie A

Soit E l’ensemble des matrices carrées 2×2 à termes réels de la forme :

m =

(

a b

0 a

)

E est muni des lois addition et multiplication définies par : a . b) (a’ b’) ( a + a’

m+m′ =

(

a b

0 a

)

+

(

ab

0 a

)

=

(

a+ab+b

0 a+a

)

m×m′ =

(

a b

0 a

)

×

(

ab

0 a

)

=

(

aaab′+ab

0 aa

)

C est l’ensemble des nombres complexes notés

z = a+bi, (a ; b) ∈R2

On considère l’application ϕ :

ϕ : C → E

a+bi 7−→

(

a b

0 a

)

1. Démontrer que ϕ est un isomorphisme de (C, +) sur (E, +). L’application ϕ est-elle un isomorphisme de (C, ×) sur (E, ×) ?

2. Démontrer que (E,+, ×) est un anneau. Cet anneau est·il commutatif ? Est-il unitaire ? Quels sont les éléments inversibles de cet anneau ?

Terminale C A. P. M. E. P.

3. ϕ associe à z = a+bi la matricem =

(

a b

0 a

)

à z ′ = a′+b′i la matricem′ =

(

ab

0 a

)

On notera zTz ′ le nombre complexe dont l’image par ϕ estm×m′. On définit ainsi une loi de composition interne dans C. Démontrer que ϕ est un isomor- phisme de (C, +, T) sur (E, + , ×).

En déduire la structure de (C, +, T).

Quelle est la restriction de la loi T à R ?

4. a. On note

z(0) = 1, z(1) = z, ∀n ∈N⋆, z(n) = z(n−1) T z

Calculer i(2) et i(n) pour n> 2.

En posant z = a+bi, calculer z(n).

b. Résoudre, dans C, les équations

z(2) = 1

z(n) = 1 n étant un entier naturel donné supérieur à 2

z(n) =α,α étant un réel donné, n un entier naturel donné supérieur ou égal à 2.

c. Résoudre, dans C, l’équation

z(2)− z−6+4i= 0

Partie B

1. Soit P un plan vectoriel de base (

−→ ı ,

−→

)

. Soit F l’application linéaire de P vers

P dont la matrice dans la base (

−→ ı ,

−→

)

estm =

(

a b

0 a

)

, (a ; b) ∈R2.

a. Dans quels cas F est-elle bijective ?

b. Suivant les valeurs de a et b, quel est l’ensemble des vecteurs invariants

par F ? (On notera (X ; Y ) les coordonnées d’un vecteur −→ u , et

(

X ′ ; Y ′ )

celles de F (

−→ u )

.

2. Soit Π un plan affine de repère (

O, −→ ı ,

−→

)

associé au plan vectoriel π. Soit f

l’application affine de Π vers Π ayant F pour application linéaire associée et telle que le point O soit invariant.

a. Exprimer en fonction de coordonnées (x ; y) d’un point M les coordon- nées

(

x′ ; y ′ )

de son image M ′ = f (M).

b. Dans le cas particulier où a = 1

2 et b = 5, quelle est l’équation de la

courbe Γ′ transformée de la courbe Γ d’équation y2 = x ?

Préciser sa nature et ses éléments.

c. Soit le point I0 de coordonnées (4 ; −3) et les points I1, I2, . . . , In images respectives par f des points I0, I1, . . . , In−1.

Déterminer les coordonnées des points I1, I2, . . . , In en fonction de a et b.

Dans le cas particulier où a = 1

2 et b = 5, lorsque n augmente indéfini-

ment dans N, le point In a-t-il une position limite ?

Toulouse 2 septembre 1974

Terminale C A. P. M. E. P.

d. Soit Gn le barycentre des points I0, I1, . . . , In affectés de coefficients tous égaux à 1.

Donner les coordonnées de Gn en fonction de a et b.

Dans le cas particulier où a = 1

2 et b = 5, lorsque n augmente indéfini-

ment dans N, le point Gn a-t-il une position limite ?

Toulouse 3 septembre 1974

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome