Exercice - Math - les suites arithmétiques réelles, Exercices de Génie Mathématiques avancée

Exercice - Math - les suites arithmétiques réelles, Exercices de Génie Mathématiques avancée

PDF (37.0 KB)
2 pages
573Numéro de visites
Description
Exercices de math sur les suites arithmétiques réelles. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la fonction, la base canonique.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
PortugalCjuin1974*.dvi

[ Baccalauréat C Portugal juin 1974 \

EXERCICE 1

Soit S l’ensemble des suites arithmétiques réelles, c’est-à-dire de toutes les applica-

tions u : N → R ,del a f or me : n 7−→ un = a +nb

(a, b constantes réelles). Étant donné deux entiers distincts p, q supérieurs à 1, on considère dans S les deux relations binaires, notées respectivement

(

γp )

et (

γq )

ainsi définies :

u (

γp )

v ⇐⇒ [

(∀λ∈N)(n =λp)=⇒ (un 6 vn) ]

u (

γq )

v ⇐⇒ [

(∀λ∈N)(n =λqp)=⇒ (un 6 vn) ]

Démontrer que ces deux relations sont équivalentes.

EXERCICE 2

Soit la fonction f : R→R telle que

f (x)= (2x −1)2.

On lui associe deux fonctions α et β en posant pour tout x réel :

α(x)= sup x6t6x+1

f (t)

(ce qui signifie queα(x) est lemaximum de la restriction de f au segment [x ; x+1]).

β(x)= ∫x+1

x f (t)dt .

Calculer explicitement α(x) et β(x). Constater, et si possible justifier, que, pour tout x réel, α(x) > β(x). Tracer sur une même figure (axes orthonormés) les représentations de leurs graphes.

PROBLÈME

Les parties A, B, C peuvent être abordées indépendamment

Partie A

Soit le plan vectoriel réel R2 ; (1, 0) et (0, 1) forment la base canonique. Étant donné un endomorphisme f de ce plan - c’est-à-dire une application linéaire de ce plan dans lui-même -, on dira qu’une base (u, v) de R2 est adaptée à f si les deux condi- tions suivantes sont réalisées :

(1)

{

v f (u) est colinéaire à u u+ f (v) est colinéaire à v.

1. Montrer que si (u, v) est adaptée à f , (v, u) est adaptée à − f . 2. Soit s la symétrie : (x ; y) 7−→ (−x ; y).

Vérifier que (

1+ p 2 ; 1

)

et (

1 ; 1+ p 2 )

forment une base adaptée à s.

Combien existe-t-il de bases adaptées à s et dont le premier vecteur (

x1 ; y1 )

. est donné ? On achèvera de les déterminer en calculant en fonction de xl et YI le second vecteur.

3. À un endomorphisme g on associe sa matrice dans la base canonique. Quand cette base est adaptée à g, décrire la forme de la matrice. 2

Le baccalauréat de 1974 A. P. M. E. P.

Partie B

Si a,b sont deux réels, on note ga, b l’endomorphisme deR dematrice

(

a −1 1 b

)

dans

la base canonique. Soit D l’ensemble des éléments (x ; y) de R vérifiant :

sup (

|x|, |y | )

6 1.

Soit ∆ l’ensemble de ceux qui vérifient :

|x|+ |y |6 1.

Soit ∆(a, b) l’image de ∆ par ga, b .

1. Démontrer : δ(1 ; 1)= D. 2. Démontrer : [∆(a ; b)⊂ D] ⇐⇒ [(a ; b)∈ D]

(L’interprétation, d’ailleurs conseillée, de ces résultats sur une figure ne sau- rait tenir lieu de démonstration).

Partie C

On donne le nombre complexe c = i−1 p 2 .

À chaque élément z = x + iy de C on associe son image (x ; y) dans R2 muni de la structure euclidienne habituelle.

1. Définir géométriquement la transformation h : z 7−→ cz, considérée comme un endomorphisme du plan euclidien, et sa réciproque h−1.

Démontrer que l’on a, pour tout vecteur w du plan :

(2) h(w)+h−1(w)=− p 2.w

2. Rechercher deux réels α et β tels que :

(α+c)(βc)= 1

3. Soit u un vecteur non nul du plan. Montrer que (u, h(u)) et (

u, −h−1(u) )

sont des bases adaptées à h (voir partie A).

Démontrer, à l’aide de (2) ou de C - 2., qu’il n’existe pas d’autre base, adaptée à h, de premier vecteur u.

Portugal 2 juin 1974

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome