Exercices - algèbre 10, Exercices de Algèbre linéaire

Exercices - algèbre 10, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (44.4 KB)
3 pages
177Numéro de visites
Description
Exercices de mathématique - algèbre 10. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’équation, le système.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
ParisCsept1977.dvi

[ Baccalauréat C Paris 1 septembre 1977 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Résoudre dans Z×Z

1. l’équation

3x−5y = 6

2. le système

{

3x−5y = 6 y = x2 (mod5).

EXERCICE 2 4 POINTS

Soit R⋆+ l’ensemble des nombres réels strictement positifs. On considère l’application F de R⋆+ dans R définie par

F (x)= ∫x

1

et

t dt

On n’essaiera pas de « calculer l’intégrale ».

1. Étudier le sens de variation de F .

2. Étudier le signe de la fonction f de R dans R définie par

f (x)= F (x)−Log x,

où Log désigne la fonction logarithme népérien.

En déduire lim x→0 x>0

F (x) et lim x→+∞

F (x).

3. Soit (C ) la courbe représentative de F dans un plan affine euclidien P muni d’un repère orthonormé. On admet, pour tout réel t , l’inégalité

et > te t 2 .

Que peut-on en déduire sur la branche infinie de (C ) lorsque x tend vers+∞ ?

Tracer dans P la courbe (C ).

PROBLÈME 12 POINTS

Partie A

Soit A l’ensemble des matrices de la forme

(

a c

0 b

)

où (a, b, c) décrit R3. On note I

la matrice

(

1 0 0 1

)

.

1. Créteil–Versailles

Le baccalauréat de 1978 A. P. M. E. P.

1. On donne A =

(

a c

0 b

)

élément de A .

Démontrer que, pour tout entier n, n > 1, il existe un nombre réel γn tel que

An =

(

an γn 0 bn

)

.

Démontrer que, si a 6= b,

γn = c an bn

ab .

Dans le cas où a = b, exprimer γn en fonction de a, c, n.

2. On désigne par A ′ l’ensemble des éléments A =

(

a c

0 b

)

de A pour lesquels il

existe un entier n> 1 tel que An = I.

a. Montrer que |a| = |b| = 1.

b. Montrer que A est de l’une des formes suivantes :

A = I, A =−I, A =

(

1 c 0 1

)

, A =

(

1 c 0 −1

)

.

c. Conclure que tout élément A de A ′ vérifie A2 = I.

Partie B

Soit E un espace vectoriel sur R, de dimension deux, muni d’une base (

−→ ı ,

−→

)

. L’ap-

plication identique de E est notée e . Etant donné une application linéaire g de E dans E, on note, pour tout entier k > 2, g k la composée de k applications égales à g ; g 1 désigne, suivant l’usage, g .

Exemple préliminaire : on considère l’application linéaire u de E dans E définie par

u (

−→ ı

)

= −→ et u

(

−→

)

=− −→ ı +

−→ .

1. Montrer que l’équation u=e, dont l’inconnue est l’entierm strictement positif, admet au moins une solution. Résoudre l’équation.

2. Montrer que, pour tout vecteur non nul −→ v de E,

−→ v et u

(

−→ v

)

forment une partie

libre.

Objet du problème : On s’intéresse aux applications linéaires f de E dans E, dis- tinctes de e, pour lesquelles il existe un entier strictement positif q tel que f q = e. Pour chaque application f , on désigne par p le plus petit entier strictement positif tel que f p = e. On distingue, pour une telle application, les deux cas suivants :

1. Cas A : il existe au moins un vecteur non nul −→ w tel que f

(

−→ w

)

soit colinéaire à −→ w .

Ce vecteur −→ w étant fixé, on choisit une base de E dont le premier vecteur est

−→ w .

a. Montrer que la matrice de f relativement à cette base est de la forme

(

a c

0 b

)

b. Que vaut p ? Quelles sont toutes les applications f de ce cas A ?

2. Cas B : Pour tout vecteur −→ v non nul,

−→ v et f

(

−→ v

)

forment une partie libre.

Paris – Créteil – Versailles 2 septembre 1977

Le baccalauréat de 1978 A. P. M. E. P.

a. Montrer que p = 2 est impossible, en considérant l’image par f du vec-

teur f (

−→ v

)

− −→ v ou du vecteur f

(

−→ v

)

+ −→ v .

b. Soit −→ v0 un vecteur non nul de E. On pose, pour tout entier k > 1,

−→ vk =

f k (

−→ v0

)

. Montrer, dans l’ordre que l’on préférera, que

(

−→ v0 ,

−→ v1

)

est une base de E et que, dans cette base, la matrice de

f est de la forme (

0 c||1 b )

c =+1 ou c =−1 ; (on ne cherchera ni à déterminer le signe de c, ni à calculer b) ;

f (

−−−→ vp−1

)

= −→ v0 , les vecteurs

−→ vk sont tousnonnuls et la somme

p−1 ∑

k=0

−→ vk

est nulle.

Partie C

On définit un produit scalaire sur l’espace vectoriel E : il associe à deux vecteurs −→ x

et −→ y de E le réel noté

−→ x ·

−→ y .

1. Étant donné une application linéaire g de E dans E et un entier r supérieur ou égal à deux, on pose :

Φg , x

(

−→ x ,

−→ y

)

= −→ x ·

−→ y +

r−1 ∑

k=1 g k

(

−→ y

)

(x).

Montrer que l’application Φg , x de E2dans R est, elle aussi, un produit scalaire sur E.

2. On prend pour g une application f de la partie B et pour r l’entier p associé. Onnote

(

E, Φ f )

l’espace vectoriel euclidien obtenu enmunissant E duproduit scalaire Φ f , p désigné parΦ f .

Démontrer que

a. f est une isométrie de (

E, Φ f )

,

b. si p est strictement supérieur à deux, f est une rotation de (

E, Φ f )

.

c. On prend ici f =u ,où u est l’application considérée au début de B.

Calculer Φu (

−→ ı ,

−→ ı

)

, Φu (

−→ ,

−→

)

et Φu (

−→ ı ,

−→

)

.

Interpréter la valeur du rapport Φu

(

−→ ı ,

−→

)

Φu

(

−→ ı ,

−→ ı

) . Vérifier cette interprétation

en tenant compte de la valeur de l’entier p associé à u.

Paris – Créteil – Versailles 3 septembre 1977

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome