Exercices de algèbre commutative et géométrie algébrique, Exercices de Mathématiques
Caroline_lez
Caroline_lez28 January 2014

Exercices de algèbre commutative et géométrie algébrique, Exercices de Mathématiques

PDF (194.5 KB)
3 pages
545Numéro de visites
Description
Exercices de mathématiques sur les algèbre commutative et géométrie algébrique. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: k designe un corps suppose algebriquement clos, exercices de 1 à 19.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document

ACGA 2012-2013

Algèbre commutative et géométrie algébrique

TD Chapitre 2

Dans tous les exercices, k désigne un corps supposé algébriquement clos.

Exercice 1. Soit f, g deux polynômes dans k[X] de degrés respectifs n et m. Si n ≥ m et si r est le reste de la division de f par g. Montrer que

Res(f, g) = (−1)nmbn−dm Res(g, r),

où d = deg r et bm est le coefficient dominant de g. Expliquer comment calculer le résultant en utilisant l’algorithme d’Euclide. Calculer le résultant de

f = 2X5 + 3X4 + 3X2 + 2X − 5, g = X3 + 2X2 − 1.

Exercice 2. Calculer le résultant resY (f, g) des polynômes

f = X2 −XY + Y 2 − 1, g = 2X2 + Y 2 − Y − 2

par rapport à la variable Y . Déterminer l’ensemble algébrique V(〈f, g〉).

Exercice 3. Soient f et g deux polynômes de k[X]. Fabriquer un polynôme dont les racines sont les sommes d’une racine de f et d’une racine de g. Frabriquer un polynôme à coefficients dans Z qui a

√ 2 + 3 √

7 pour racine.

Exercice 4. Soient f et g deux polynômes de degrés n et m respectivement, à coefficients dans k de la forme

f = an(X − α1) · · · (X − αn), g = bm(X − β1) · · · (X − βm).

On pose

Ψ(f, g) := amn b n m

∏ 1≤i≤n

∏ 1≤j≤m

(αi − βj).

Montrer: (i) Ψ(g, f) = (−1)mnΨ(f, g); (ii) si le reste de la division euclidienne de f par g est le polynôme r de degré d, Ψ(f, g) = (−1)nmbn−dm Ψ(g, r); (iii) Si b est une constante, Ψ(f, b) = bn.

En déduire Res(f, g) = Ψ(f, g).

Exercice 5. Soit V la courbe de R2 donnée par la paramétrisation {(t3 + t, t2), t ∈ R}. Trouver son équation algébrique, c’est-à-dire, trouver un polynôme f ∈ R[X,Y ] tel que V(f) = V . Même question pour la courbe {( t2

1+t2 , t

3

1+t2 ), t ∈ R}.

Exercice 6. Soit f, g ∈ C[X,Y ]. Montrer que V(〈f, g〉) est de cardinal fini si et seulement si f et g sont premiers entre eux.

Exercice 7. Considérons le polynôme f = 2X2Y 2 −X2 + Y 2 et l’idéal I de k[X,Y ] engendré par les polynômes f1 = X

2Y + Y et f2 = Y 2 − 1. On prend l’ordre lex sur N2 avec X > Y .

a) Effectuer la division de f par l’ensemble ordoné {f1, f2}.

b) Effectuer la division de f par {f2, f1}.

docsity.com

c) Montrer que f ∈ I.

d) Montrer que le polynôme g = X2 + 1 appartient à I et que I est engendré par f2 et g.

e) Effectuer la division de f par {f2, g}.

f) Effectuer la division de f par {g, f2}.

Exercice 8. Calculer le reste de f par F = {fi} pour chacun des cas suivants en utilisant respectivement les ordres lex, grlex et grevlex. Le corps de base est Q.

a) f = X7Y 2 +X3Y 2 − Y + 1, f1 = XY −X2, f2 = X − Y 3

b) f = XY 3Z +XY 2Z2 +X2Z3, f1 = X − Y 2, f2 = Y − Z2, f3 = Z2 − 1.

Exercice 9. (Intersection des idéaux monomiaux)

a) Soientm1 etm2 deux monômes de k[X1, · · · , Xn]. Montrer que 〈m1〉∩〈m2〉 = 〈ppcm(m1,m2)〉.

b) Soient I1, I2, I3 des idéaux monomiaux de k[X1, · · · , Xn]. Montrer que (I1 + I2) ∩ I3 = (I1 ∩ I3) + (I2 ∩ I3).

c) Calculer 〈X3, XY Z2, Y 2Z〉 ∩ 〈Z2, XY 2〉 dans k[X,Y, Z].

Exercice 10. (Quotient des idéaux monomiaux)

a) Soient m1 et m2 deux monômes de k[X1, · · · , Xn]. Montrer que

〈m1〉 : 〈m2〉 = 〈 m1

pgcd(m1,m2)

〉 .

b) Soient m,m1, ...,ms des monômes. Montrer que

〈m1, ...,ms〉 : 〈m〉 = 〈m1〉 : 〈m〉+ · · ·+ 〈ms〉 : 〈m〉.

c) Calculer 〈X3, XY Z2, Y 2Z〉 : 〈Z2, XY 2〉 dans k[X,Y, Z]. (Rappelons qu’on a toujours (I :

∑ i Ji) = ∩i(I : Ji) pour des idéaux I, Ji d’un anneau A.)

Exercice 11. Déterminer si les familles suivantes forment une base de Gröbner de l’idéal qu’elle engendre (dans Q[X,Y, Z]):

a) G = {X2 − Y,Z −X3} pour l’ordre lex avec X > Y > Z;

b) G = {X2 − Y,Z −X3} pour l’ordre grlex;

c) G = {X2 − Y,Z −X3} pour l’ordre grevlex.

Si la réponse est négative, trouver une base de Gröbner pour l’ordre en question.

Exercice 12. Soit I l’idéal de k[X,Y, Z] engendré par f1 = X 2 − Y Z et f2 = XY − Z2. On

prend l’ordre lex avec X > Y > Z.

a) Trouver une base réduite de Gröbner de I.

b) Le polynôme h = X4 +XY 3 − 2XZ3 appartient-il à I?

docsity.com

c) Déterminer l’ensemble algébrique V(I) ainsi que V(I1) où I1 = I ∩ k[Y,Z].

Exercice 13. Considérons l’idéal I de C[X,Y, Z] engendré par les polynômes

f1 = X − Z, f2 = Y − Z2, f3 = Z4 + 2Z2 − 1.

a) Montrer que l’ensemble {f1, f2, f3} est une base de Gröbner de I.

b) Montrer que cette base est réduite.

c) Les polynômes g1 = X 2 + Y 2 + Z2 − 1 et g2 = X2 − Y + Z2 appartiennent-ils à I?

d) Déterminer l’ensemble algébrique V(I).

Exercice 14. Soit I l’idéal de k[X,Y ] engendré par

f = XY − 1, g = XY 2 +X2 − 4.

Calculer ResY (f, g) le résultant par rapport à Y ; engendre-t-il l’idéal I ∩ k[X]? Même question pour f = XY − 1 et g = X2 + Y 2 − 4.

Exercice 15. Supposons que I = 〈X2 − Y Z,XY −Z2〉 dans k[X,Y, Z]. Déterminer I ∩ k[Y, Z] et I ∩ k[X,Y ].

Exercice 16. (Intersection des idéaux de k[X1, · · · , Xn]) Soient I = 〈f1, ..., fr〉 et J = 〈g1, ..., gs〉 deux idéaux de k[X1, · · · , Xn].

a) Si X0 est une nouvelle variable, montrer que

I ∩ J = 〈X0f1, ..., X0fr, (1−X0)g1, ..., (1−X0)gs〉 ∩ k[X1, · · · , Xn],

où l’intersection de droite est prise dans k[X0, X1, · · · , Xn].

b) Soit I = 〈X21 +X1, X2 + 1〉 et J = 〈X1X22 〉 des idéaux de k[X1, X2]. Déterminer I ∩ J .

Exercice 17. (Quotient) Soit I un idéal de k[X1, · · · , Xn] et g ∈ k[X1, · · · , Xn].

a) Supposons que {h1, · · · , hr} engendrent l’idéal I ∩ 〈g〉. Montrer que {h1/g, · · · , hr/g} en- gendrent l’idéal I : 〈g〉.

b) Calculer 〈XZ − Y 2, X3 − Y Z〉 : 〈X,Y 〉 dans k[X,Y, Z].

Exercice 18. Soit V = {(t4, t3, t2), t ∈ k} ⊂ A3k. Déterminer l’idéal I(V ) de k[X,Y, Z]. Même question pour W = {(t5, t4, t3), t ∈ k}.

Exercice 19. (Radical) Soit I = 〈f1, . . . , fr〉 ⊂ k[X1, · · · , Xn] un idéal et f ∈ k[X1, · · · , Xn]. Montrer que f ∈

√ I si et seulement si

1 ∈ Ĩ := 〈f1, . . . , fr, 1−Xn+1f〉 ⊂ k[X1, · · · , Xn, Xn+1],

ou de même, Ĩ = k[X1, · · · , Xn, Xn+1]. Déterminer si f ∈

√ I pour f = Y −X2 + 1 et I = 〈XY 2 + 2Y 2, X4 − 2X2 + 1〉.

Exercice 20. Considérons l’idéal I = 〈X6 −X3Y + 1, X2 −XZ + 1〉 de C[X,Y, Z].

a) Déterminer I1 := I ∩ k[Y, Z] et I2 := I ∩ k[Z].

b) Déterminer les solutions (y, z) ∈ V(I1) qui s’étendent en une solution (x, y, z) ∈ V(I). Même question pour z ∈ V(I2).

docsity.com

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome