Exercices de biologie cellulaire et physiologie, Exercices de Concepts de physique
Kilian_Te
Kilian_Te29 January 2014

Exercices de biologie cellulaire et physiologie, Exercices de Concepts de physique

PDF (53.8 KB)
2 pages
216Numéro de visites
Description
Exercices de sciences physiques sur biologie cellulaire et physiologie. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: exercices et questions de 1 à 7.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
corrigéexamTP2000

Maîtrise de Biologie cellulaire et physiologie : Epreuve écrite de TP/TD, 1ère session, 2000. Corrigé

Le barème donné ici est sur 36 points. La note obtenue a été multipliée par 20/36 pour obtenir la note sur 20.

Question 1 (6points) - La CPEB est présente en quantités à peu près constantes pendant la maturation ovocytaire (western). - Rapidement (entre 0 et 2h) après ajout de Pg, elle est phosphorylée (apparition d'un signal en autoradiographie). - Plus tardivement, elle est de nouveau phosphorylée. Cette hyperphosphorylation entre 2 et 6 h après l'ajout de Pg se traduit par une différence de mobilité electrophorétique ("shift"). Remarque : l'incorporation d'orthophosphate 32P dans une protéine met en évidence une modification post-traductionnelle (phosphorylation) de cette protéine, et non une néosynthèse de cette protéine. Ne pas confondre avec l'incorporation de méthionine 35S!

Question 2 (4 points) Puisque la méthode utilisée permet de séparer les peptides, cette expérience permet de dire que la phosphorylation "précoce" de la CPEB a lieu sur un seul peptide (un seul peptide radiomarqué "early"), et que la phosphorylation plus tardive a lieu sur plusieurs peptides.

Question 3 (6 points) - Ce peptide est le seul phosphorylé rapidement, lors de la stimulation de l'activité de polyadénylation dépendante du CPE et de la CPEB. Il y a donc corrélation entre phosphorylation de ce peptide et activation de la polyadénylation, ce qui permet de proposer l'hypothèse selon laquelle c'est la phosphorylation de ce peptide qui permet l'activation de la polyadénylation. - La phosphorylation de S174 et/ou de S180 permet l'activation de la polyaénylation. Remarque : le et/ou est ici important. Rien dans cette expérience ne permet de supposer que c'est la phosphorylation simultanée des 2 résidus qui est importante.

Question 4 (4 points) Si l'hypothèse énoncée plus haut (importance de la phosphorylation de S174 et/ou S180) est exacte, alors :

- Dans CPEB-AA, la/les sérines importantes ont été substituées par des analogues non phosphorylables. Cette protéine devrait donc être inactive, voire se comporter comme un "dominant négatif", c-à-d inhiber l'activité de la CPEB endogène. - Dans CPEB-DD, la/les sérines importantes ont été substituées par des acides aminés non phosphorylables, mais chargés négativement comme un groupement phosphate. Si cette charge négative "mime" la présence d'un groupement phosphate, la CPEB-DD devrait se comporter comme un mutant constituvement actif.

Question 5 (7 points) - La CPEB-AA (inactif) inhibe la polyadénylation du rapporteur c-mos, la traduction de cette protéine et la GVBD, même en présence de Pg : elle se comporte effectivement comme un dominant négatif. - La CPEB-DD provoque ces évènements même en absence de Pg : elle se comporte comme un constituvement actif. Ces résultats montrent que la présence d'une charge négative sur le résidus 174 et/ou 180 de la CPEB est nécessaire et suffisante pour provoquer l'activation de la polyadénylation, donc de la traduction de c-mos, donc la GVBD (voir TD). Cette charge négative est normalement par un phosphate à la suite de l'ajout de progestérone.

Question 6 (4 points) La Pg stimule une kinase qui phosphoryle les résidus S174 et /ou S180 de la CPEB. Cela permet la polyadénylation de l'ARNm c-mos, la traduction de cet ARNm, et la néosynthèse de protéine c-mos démarre la maturation ovocytaire mise en évidence par la GVBD.

Question 7 (5points) Remarque : question très ouverte. N'importe quelle réponse pas absurde, avec une suggestion de stratégie

docsity.com

expérimentale, a donné le maximum de points. Voici 2 suggestions de questions à se poser : - Clarifier le rôle respectif des sérines 174 et 180. Dans ce but, recommencer les manips précédentes avec les simples mutants. - Identifier la kinase responsable de la phosphorylation. Dans la suite de l'article, les auteurs ont recherché les kinases connues pour être activées rapidement après l'ajout de Pg. En particulier, ils ont apporté des arguments indiquant que la kinase Eg2 (clonée et étudiée à Rennes...) pourrait être la responsable de la phosphorylation de la CPEB.

docsity.com

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome