Exercices de géométrie 4, Exercices de Géométrie Algorithmique

Exercices de géométrie 4, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (38.7 KB)
3 pages
113Numéro de visites
Description
Exercices de géométrie sur l’application. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les élément de E, la loi de composition des applications.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
OrleansToursCsept1976*.dvi

[ Baccalauréat C Orléans–Tours septembre 1976 \

EXERCICE 1

f est la fonction réelle de la variable réelle x définie sur l’intervalle I= [

π

4 ; π

4

]

par :

f (x)= |x|+ tg x

1. Étudier cette fonction et tracer sa courbe représentative dans un repère ortho- normé.

2. Montrer qu’il existe un réel unique x0 appartenant à I tel que :

f (x0)= π

8 .

3. Calculer ∫ π

4

π 4

f (x)dx.

Quelle est la valeur moyenne de f sur l’intervalle I ?

EXERCICE 2

On dispose de deux urnes dont l’une contient deux boules marquées 1, deux boules marquées 2 et deux boules marquées 3 et l’autre contient trois boules marquées 1, deux boules marquées 2 et une boule marquée 3. On tire une boule dans chaque urne et on suppose que chaque couple de boules a la même probabilité d’être tiré.

1. Montrer que la probabilité d’obtenir 3 comme somme des nombres écrits est 5

18 .

2. On considère la variable aléatoire X qui, à chaque couple de boules, associe la somme des nombres écrits sur ces boules.

Donner la loi de probabilité deX. Calculer l’espérancemathématique et l’écart- type de X.

PROBLÈME

V étant un espace vectoriel réel, et V ′ et V ′′ deux sous-espaces vectoriels donnés de V , on se propose d’étudier l’ensemble E des endomorphismes de V ′ de noyau V ′′ et d’image V .

Partie A

V est un plan vectoriel de base B = (

−→ ı −→

)

, V ′ est la droite vectorielle de base −→ v ′ =

−→ ı +

−→ et V ′′ est la droite vectorielle de base

−→ v ′′ = a

−→ ı +b

−→ , où a et b sont deux

réels différents de 0.

1. On suppose a 6= b

a. Montrer que (−→ v ′ ,

−→ v ′′

)

est une base de V .

b. Soit p la projection vectorielle sur V ′′ parallèlement V ′. Est-ce que p est élément de E ?

Le baccalauréat de 1977 A. P. M. E. P.

c. Soit f un élément de E . Écrire sa matrice dans la base B′ = (−→ v ′ ,

−→ v ′′

)

.

En déduire que f est la composée d’une homothétie vectorielle et d’une projection vectorielle que l’on déterminera. Y a-t-il commutativité de la composition ?

d. Démontrer que E est égal à l’ensemble des endomorphismes h p, où h décrit l’ensemble H des homothéties vectorielles de V .

e. E est-il stable pour la loi de composition des applications ? Même ques- tion pour l’addition des applications.

f. Montrer que l’application : H → E

h 7−→ h p

est un isomorphisme de groupe, les ensembles H et E étant munis de la loi de composition des applications de V dans V . Préciser l’élément neutre de (E , ◦) et l’élément symétrique d’un élément donné de E .

2. On suppose a = b

a. Peut-on définir la projection vectorielle p de la partie A ?

b. Soit f1, l’endomorphisme de V dont la matrice dans la base B est :

(

1 −1 1 −1

)

Vérifier que f1 est élément de E .

c. Soit f un endomorphisme de V , de matrice

(

α γ

β δ

)

dans la base B.

Donner les conditions nécessaires et suffisantes sur α, β, γ, δ pour que f soit élément de E .

d. En déduire que E est égal à l’ensemble des endomorphismes h f1 , où h décrit H . E est-il stable pour la loi de composition des applications ?

Partie B

V est un espace vectoriel réel de dimension 2 ou 3. Si f est un élément de E , on notera Ker f = V ′ et Im f = V ′′.

1. Donner un exemple de sous-espaces V ′ et V ′′ tels que E soit l’ensemble vide. On supposera dans la suite du problème que E n’est pas l’ensemble vide.

2. f et g étant deux éléments de E :

a. Montrer que V ′ ⊂Ker (g f ) et Im (g f )⊂ V ′′.

b. Si V ′ = V ′′, montrer que : ∀ −→ v ∈ V , g f

(

−→ v

)

= 0.

E est-il stable pour la loi de composition des applications ? Rapprocher ce résultat de celui trouvé en première partie 2. d.

c. Si V ′ et V ′′ sont deux sous-espaces supplémentaires de V , montrer que

quel que soit −→ v appartenant à Ker (g f ), f

(

−→ v

)

= 0 et montrer que

Im (g f ) = V ′′. E est-il stable pour la loi de composition des applica- tions ?

3. V ′′ est une droite vectorielle de V et V ′′ un sous-espace supplémentaire de V ′′

dans V .

a. Montrer que pour tout élément f de E , f (

V ′′ )

⊂ V ′′. En déduire que pour

tout vecteur −→ v de V , f

(

−→ v

)

et −→ v sont colinéaires.

b. Démontrer que la restriction de f à V ′′ est une homothétie vectorielle.

Orléans–Tours 2 septembre 1976

Le baccalauréat de 1977 A. P. M. E. P.

c. Démontrer que E est égal à l’ensemble des endomorphismes h p, où h décrit l’ensemble des homothéties vectorielles de V , p étant la projec- tion vectorielle sur V ′′ parallèlement à V ′.

N. B. - Dire que E est stable pour la loi de composition des applications signifie :

∀( f , g )∈ E2, g f E .

Orléans–Tours 3 septembre 1976

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome