Exercices de géométrie algorithmique – 11, Exercices de Géométrie Algorithmique
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Exercices de géométrie algorithmique – 11, Exercices de Géométrie Algorithmique

PDF (39.7 KB)
3 pages
123Numéro de visites
Description
Exercices de géométrie algorithmique – 11. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le cercle circonscrit au carré ABCD, le cercle circonscrit au carré DEFG.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
MetropoleCgr3juin1991.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C Métropole groupe 3 1 juin 1991 \

EXERCICE 1 4 points

Le plan complexe est muni d’un repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

. À tout point

M du plan affixe z, z 6= 0, on associe le point M ′ d’affixe

z ′ = 1

2

(

z + 1

z

)

1. On pose z = x + iy x et y sont des réels.

a. Exprimer en fonction de x et y la partie réelle x′ et la partie imaginaire y

de z ′.

b. Déterminer l’ensemble E des points M tels que M ′ appartienne à l’axe réel.

2. On suppose que M décrit le cercle de centre O et de rayon 2. On écrit alors z sous la forme

z = 2eit , t ∈ [0 ; 2π].

a. Exprimer x′ et y ′ en fonction de t .

b. En déduire que M ′ décrit une conique C dont on déterminera le centre et les sommets.

EXERCICE 2 5 points

Dans le plan orienté on considère un carré ABCD de centre O tel que (

−−→ DA ,

−−→ DC

)

= π

2 .

Soit E le milieu du segment [CD]. On considère alors le carré DEFG de centre O′ tel

que (

−−→ DE ,

−−→ DG

)

= π

2 .

1. Faire une figure soignée avec AB = 6 cm.

2. Soit s la similitude directe de centre D qui transforme A en B.

a. Déterminer les éléments caractéristiques de s.

Préciser l’image de E par s.

En déduire l’angle (

−→ AE ,

−→ BF

)

.

b. On note Γ le cercle circonscrit au carré ABCD et I le point d’intersection des droites (AE) et (BF).

Placer Γ et I sur la figure.

Montrer que I appartient à Γ.

c. Montrer que les droites (ID) et (BF) sont orthogonales.

3. Soit Γ′ le cercle circonscrit au carré DEFG.

Placer Γ′ sur la figure.

Montrer que I appartient à Γ′.

4. Établir que les points C, G et I sont alignés.

1. Besançon, Dijon, Grenoble, Lyon, Nancy-Metz, Reims, Strasbourg

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

PROBLÈME 11 points

A

1. Déterminer les solutions h sur R de l’équation différentielle (E) :

y ′′+4y ′+4y = 0.

2. On considère l’équation différentielle (F)

y ′′+4y ′+4y =−4x.

a. Déterminer les nombres réels a et b tels que la fonction ϕ : x 7−→ ax +b soit solution de (F).

b. Montrer qu’une fonction f est solution de (F) si, et seulement si, f ϕ est solution de (E).

c. En déduire toutes les solutions de (F).

d. Donner la solution f de (F) qui vérifie

f (0)= 2 et f ′(0)=−2.

B

Soit f la fonction définie sur l’intervalle [0 ; +∞[ par :

f (x)= xe−2x +e−2x +1− x.

On appelle C la courbe représentative de f .

On se propose d’étudier cette fonction ainsi que l’équation f (x)= 0.

1. a. Calculer la fonction f ′ dérivée de f .

Dresser le tableau de variations de f ′ sur [0 ; +∞[.

Indiquer la limite de f ′ en +∞.

En déduire le signe de f ′ sur [0 ; +∞[.

b. Dresser le tableau de variations de f sur [0 ; +∞[. Indiquer la limite de f en +∞.

c. Montrer que C admet une asymptote d que l’on déterminera.

Construire d et C , sur un même graphique.

2. a. Établir que l’équation f (x) = 0 admet sur [0 ; +∞[ une solution et une seule. On note α cette solution.

b. Justifier l’encadrement : 16α6 2.

C

On se propose d’étudier une méthode d’approximation de α. On observe pour cela que α est l’unique solution de l’équation g (x) = x g est la fonction définie sur l’intervalle J = [1 ; +∞[ par :

g (x)= xe−2x +e−2x +1.

1. Étudier les variations de g sur J. On ne demande pas de construire sa courbe représentative.

En déduire que pour tout élément x de J, g (x) appartient encore à J.

Métropole groupe 3 2 juin 1991

Baccalauréat C A. P. M. E. P.

2. Montrer que pour tout x de J, on a :

g ′(x) ∣

∣6 3

e2 .

En déduire que pour tout x de J, on a :

|g (x)−α|6 3

e2 |x α|.

3. Soit (un ) la suite d’éléments de J définie par

u0 = 1 et un+1 = g (un ) ,

pour tout entier n, positif ou nul.

a. Montrer que pour tout entier n positif ou nul on a :

|un+1−α|6 3

e2 |un α| .

b. En déduire que pour tout entier n, positif ou nul, on a :

|un α|6

(

3

e2

)n

.

c. Déterminer la limite de la suite (un ).

d. Déterminer un indice p pour lequel on est sûr d’avoir ∣

up α

∣6 10−3.

Calculer up à l’aide de votre calculatrice (on donnera la partie entière et les trois premières décimales).

Métropole groupe 3 3 juin 1991

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome