Exercices de mathématique de l'ingégnieur , Exercices de Logique mathématique
Christophe
Christophe3 March 2014

Exercices de mathématique de l'ingégnieur , Exercices de Logique mathématique

PDF (88.9 KB)
3 pages
1000+Numéro de visites
Description
Exercices de mathématique de l'ingénieur sur une épreuve de mathématique. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: exercices.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document

Année 2012-2013 1ère session NOM DU MODULE : MATHÉMATIQUE INGÉNIEUR

CODE DU MODULE : MA116 NOM DU RESPONSABLE : TESSON PATRICE

Filière : Télécommunication, Année : 1ère., Semestre : S1 Date de l’examen : 22 janvier 2013. Durée de l’examen : 1h30

Solutions

Problème 1. I) On considère le signal g , définie par ( T R+* ) :

g(t) = 2T( t + T 2) pour t [-T/2 , 0[ g(t) = -

2 T( t -

T 2) pour t [0 , T/2[ g(t) = 0 ailleurs

I.1) Esquisser son graphe.

g(t) 1

T/2 -T/2

I.2) Calculer explicitement Ĝ(), si elle existe, la transformée de Fourier de g(t). Le signal est clairement sommable, sa transformée de Fourier existe (CS). On note qu'il est réel pair

Ĝ() = 2 cos(2t) (1 – 2t/T) dt = (IPP)…= 2  2/

0

T 4(1 - cos(T)) T(2)2 = …= T/2 sinc

2(T/2) (réel pair)

I.3) Calculer son énergie E.

E = |  



Ĝ() |2 d | g(t) |2 dt = … = T/3  



II) On définit le signal t f(t) = g(t - n T)  n

II.1) Esquisser son graphe.

f(t)

1

T/2 -T/2

II.2) On considère sa série de Fourier en exponentielles complexes : SF{f(t)} = cn exp(i n t)  



Rappeler la définition du coefficient cn

En considérant l'intervalle d'intégration (-T/2, T/2), montrer que cn = 1 T Ĝ (

n T ).

cn = 1/T exp(-i n  

2/

2/

T

T

2 T t ) f(t) = 1/T exp(-i n 

2/

2/

T

T

2 T t ) g(t) = 1/T exp(-i 2 





n T t ) g(t) =

1 T Ĝ (

n T )

II.3) Calculer le développement en série de Fourier en exponentielles complexes de f(t)

p. 1/3

cn = 1 T Ĝ (

n T ) = 1/2 sinc

2(n/2)

on a en particulier: c0 = 1/2 = < f >T la valeur moyenne cn = 0 pour n = 2k pairs k  Z*

cn = 2

2 (2k+1)2 pour n = 2k+1 impairs k  Z

SF{ f(t) } = 1/2 +  Zk

2 2 (2k+1)2 exp( i(2k+1)

2 T t)

II.4) Calculer le développement en série de Fourier classique de f(t) a0/2 = < f >T = 1/2

an = cn + cn* = 2 cn = 4

2 (2k+1)2 pour n = 2k+1 impairs k  Z

an = 0 pour n = 2k pairs k  Z* bn = i(cn – cn*) = 0 cohérent avec le fait que f est pair.

SF{ f(t) } = 1/2 +  

1k

2 2 (2k+1)2 cos((2k+1)

2 T t)

II.5) Calculer la valeur moyenne Fmoy et la valeur efficace Feff de f(t) < f >T = 1/2

(Feff )2 = 1/T | f(t) |2 dt = 1/T | g(t) |2 dt = 1/T | g(t) |2 dt = E/T = 1/3 d'où Feff =  

2/

2/

T

T  

2/

2/

T

T  



1 3

III) On refait les calculs avec les distributions III.1) Dériver g(t) deux fois au sens des distributions. Calculer la transformée de Fourier de g"(t) au sens

des distribution et en déduire l'expression Ĝ () g"(t) = 2/T ( (t + T/2) – 2.(t) + (t - T/2) )

d'où la par TF : (i2)2 Ĝ() = 2/T ( exp(i 2T/2) 2 + exp(-i 2T/2) ) = 2/T (2i sin(T/2)2

On déduit …..Ĝ() = T/2 sinc2(T/2) III.2) Montrer que f(t) peut s'exprimer en terme de convolution avec un peigne de Dirac, puis montrer que

F̂ () sa transformée de Fourier au sens des distributions s'écrit : 1T  n

Ĝ ( nT ) ( – n T)

Rappelons que : g(t-nT) = ( t  nT *g(t) d'où f(t) = ( ШT *g)(t)

F̂ () = Ĝ() . TF{ ШT (t) } = Ĝ() . 1 T Ш1/T() =

1 T 

n Ĝ (

n T ) ( –

n T)

III.3) Calculer la transformée de Fourier au sens des distributions de cn exp(i n t)  



et déduire que cn = 1 T Ĝ (

n T )

TF{ cn exp(i n  



2 T t) } =  cn TF{ exp(i n





2 T t) } = cn ( - 





n T )

Au sens des distributions f(t) =  cn exp(i n 



2 T t) d'où TF{ f(t) } = F̂ () =  cn ( -





n T )

Par identification avec le résultat de III.2) on a cn = 1 T Ĝ (

n T )

p. 2/3

Problème 2.

Calculer l'intégrale suivante : J() = 1 1

0 1 - t

dt en terme de fonction Beta

Préciser la condition sur pour qu'elle converge. Application : Calculer la valeur numérique de J(2) et J(1/2)

On pose u = t c'est à dire t = u1/ d'où dt = du 1  u

1/0

Pour t = 0  u = 0 pour  > 0 Pour t = 1  u = 1

Finalement J() = 1

 1

0 1 - u

1  u

1/du = 1  (1-u)

-1/2 u1/du  1

0

Par identification avec la définition de Beta J() = 1  B(-1/2 +1;

1 ) =

1  B(1/2;

1 ) =

1 

 (1/) (1/ + 1/2))

Beta définie convergente pour des arguments>0 J() CV pour  > 0.

Valeurs particulière : J(2) =  2 J(1/2) =

8 3

Problème 3. Soient m R et R*+ des paramètres et la fonction :

x fm(x) = 1

2 exp( - (x - m)

2

2  )

1) Déterminer, si elle existe, sa transformée de Fourier : F̂m () = Fm () = F { fm (t) } fmest sommable donc sa transformée de Fourier existe !

A partir du dictionnaire du cours on a :TF {exp( - a x2) } =  a exp( -

2 2 a )

D'après la propriété du décalage sur x : TF {exp( - a (x-m)2) } = exp( - i 2  m )  a exp( -

2 2 a )

En identifiant la paramètre a = 1

2  soit  a =  2 et avec la linéarité il vient

F̂m () = 1

 2 exp( - i 2  m ) 22. exp( - 2 2 22 ) =  exp( - i 2  m ) exp( - 2 2 22 )

F()= exp( - i  m ) exp( - 2 

2 )

2) En déduire que : fm1fm2fm3 Expliciter les expressions de : K ; m3 et 3 D'après la propriété de la transformée de Fourier d'un produit de convolution

TF { fm1fm2} = TF { fm1} . TF { fm2}

TF { fm1fm2}() = exp( - i 2  m1 ) exp( - 2 2 22 ) exp( - i 2  m2 ) exp( - 2 2 22 )

TF { fm1fm2}() = exp( - i 2  ( m1 + m2) ) exp( - 2 2 2(2 + 2) )

Soit TF { fm1fm2}() = exp( - i 2  m3 ) exp( - 2 2 22 )

On a donc : K = 1 m3 = m1 + m2 et 2 = 2 + 2 c'est-à-dire 3 = 12+ 22

p. 3/3

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome