Exercices de mathématiques sur les distributions et analyse de Fourier, Exercices de Méthodes Mathématiques
Caroline_lez
Caroline_lez29 January 2014

Exercices de mathématiques sur les distributions et analyse de Fourier, Exercices de Méthodes Mathématiques

PDF (204.4 KB)
3 pages
647Numéro de visites
Description
Exercices de mathématiques concernant les distributions et analyse de Fourier. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: exercices de 1 à 5, fonctions, calculs.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document

DANF 2012-2013

Distributions et Analyse de Fourier

TD n◦ 9

Exercice 1. Les réponses sont les suivantes:

a) 1

b) 2

c) 2

d) 2

e) 1

f) 3

Exercice 2. (a) Soit φ ∈ C∞0 (Rn).

|〈fj , φ〉 − 〈f, φ〉| = ∫ |fj − f |φdx

= ∫ K:=supp(φ) |fj − f |φdx

= ||φ||∞ · ∫ K |fj − f |dx

≤ ||φ||∞.||fj − f ||L1(K) → 0.

(b) Soit θ : R→ R la fonction suivante:

θ(x) = e−1/x 2 1R+

alors θ ∈ C∞(R) est positive sur ]0,+∞[ et vaut 0 ailleurs. Posons

f(x, y) := θ(x)θ(y)

alors f ∈ C∞(R2) satisfait les conditions demandées. (c) Si f était analytique, alors f est égale à son développement de Taylor en voisinage de

(0, 0), i.e.:

f(x, y) = ∑ n,m

an,mx nym

avec

an,m = (∂/∂x)n(∂/∂y)mf

n!m! (0, 0)

. Or f ≡ 0 en dehors de Q, et (0, 0) est une limite de Rq\Q, on déduit par continuité que an,m = 0 pour tout n,m ∈ N. Ainsi f = 0 au voisinage de (0, 0), ce qui donne une contradiction avec la définition de f .

(d) Soit ϕ ∈ C∞0 ([0, 1]) une fonction telle que ∫ ϕ = 1 et posons ϕ̃(x) :=

∫ x 0 ϕ(t)dt. Alors ϕ̃

vérifie que

ϕ̃(x) =

{ 1 si x ≥ 1 0 si x ≤ 0

et g(x, y) := ϕ̃(x)ϕ̃(y) satisfait les conditions demandées. (e) Notons Qj := {(x, y) : x > 1/j, y > 1/j}. Alors gj(x, y) = 1 sur Qj et = 0 en dehors de

Q. Nous allons montrer que limj gj = 1Q dans D′(R2). Pour φ ∈ C∞0 (R2), on a∫ R2 |gj − 1Q|φdxdy ≤ µ

( supp(φ) ∩ (R2\(Q ∪Qj))

) → 0

docsity.com

où µ désigne la mesure de Lebesgue. Le résultat s’en déduit.

Exercice 3. (a) D’abord on remarque que supp(u)∩]−∞, 0[= ∅, d’où supp(u) ⊂ [0,+∞[. Puis, comme u = sin sur l’ouvert ]0,+∞[, on a supp(u) ⊃]0,+∞[. Puisque supp(u) est toujours fermé, on doit avoir supp(u) = [0,+∞[.

(b) On suppose que u est d’ordre 0. Par hypothèse sur u, on a u−H. sin est de support contenu dans {0}. Comme H. sin est une fonction localement intégrable, donc d’ordre 0, on voit que u−H. sin l’est aussi et que u−H. sin = Cδ avec C ∈ C une constante.

(c) Soit φ ∈ C∞0 (R), on calcule

〈f, φ〉 = ∫∞ 0

1  sin(

x  )φ(x)dx

= [− cos(x )φ(x)] ∞ 0 +

∫∞ 0 cos(

x  )φ ′(x)dx par IPP

= φ(0) + [. sin(x )] ∞ 0 −

∫∞ 0  sin(

x  )φ ′′(x)dx par IPP

= φ(0) + 0 + . ∫∞ 0 sin(

x  )φ ′′(x)dx

En prenant la limite → 0, on trouve bien 〈f, φ〉 → φ(0), d’où lim→0 f = δ dans D′(R).

Exercice 4. (a) On calcule:

〈(1− ex)δ, φ〉 = 〈δ, (1− ex)φ〉 = (1− e0)φ(0) = 0,

d’où (1− ex)δ = 0, ou encore exδ = δ. On dérive cette dernièreégalité:

exδ + exδ′ = δ′

d’où (1− ex)δ′ = exδ = δ. (b) En posant u = exv, on déduit que

(exv + exv′)− exv = exv′ = δ

soit v′ = e−xδ = δ. Donc v = H+c, où H est la fonction de Heaviside et c ∈ C est une constante. Ensuite les solutions u sont

{exH + cex, c ∈ C}

(c) On dérive l’équation au (b) pour obtenir:

u′′ − u′ = δ′

i.e. si u est une solution de u′ − u = δ, alors u′ donne une solution (particulière) de u′ − u = δ′. Donc

(exH)′ = exH + exδ

est une solution particulière de l’équation u′ − u = δ′. Pour déduire toutes les solutions, on remarque les solutions de u′ − u = 0 sont exactement les distributions de la forme {cex, c ∈ C}, donc

{ex(H + δ + c), c ∈ C}

donne toutes les solutions cherchées.

Exercice 5. (a) Par l’intégration par parties, on voit que

〈eijωx, φ〉 = 1 (ijω)2

〈eijωx, φ′′〉 = − 1 j2ω2

〈eijωx, φ〉.

Comme n∑

j=−n

1 j2ω2

converge, on voit que n∑

j=−n 〈eijωx, φ〉 converge, donc u est une distribution bien

définie. (b) Le calcul au (a) montre que u est d’ordre ≤ 2.

docsity.com

(c) On calcule:

〈T 2π ω eijωx, φ〉 =

∫ R eijωxφ(x− 2π

ω )dx =

∫ R eijω(x+

2π ω )φ(x)dx =

∫ R eijωxφ(x)dx,

donc 〈T 2π ω eijωx, φ〉 = 〈eijωx, φ〉.

(d) On a

〈eiωxu, φ〉 = lim n→∞

n∑ j=−n

∫ R eiωxeijωxφ(x)dx = lim

n→∞

n+1∑ j=−(n−1)

eijωxφ(x)dx = 〈u, φ〉.

Ici on a utilisé le fait que la série étant absolument convergente, on peut échanger l’ordre de la sommation.

(e) Par définition, si φ ∈ C∞0 (K) avec K un compact,

〈v, φ〉 = lim n→∞

n∑ k=−n

φ( 2πk

ω ) ≤ C.||φ||∞

où C désigne le cordinal de l’ensemble fini K ∩ {2πkω , k ∈ Z}. Ainsi v est bien définie d’ordre 0. (f) Il suffit de démontrer u = cv sur I où I est un intervalle ouvert de 0 tel que

I ∩ {2πk ω , k ∈ Z

} = {0}, R = ∪k∈Z(I + {2πk/ω}).

D’après (d), on a (eiωx − 1)u = 0. Or, si on note f := eiωx − 1 définie sur I, alors Z(f) = {0}, donc supp(u|I) ⊂ {0} Ensuite comme f(0) = 0 et f ′(0) 6= 0, on déduit qu’au voisinage de 0 (par forcément égal à I) u = c.δ avec c une constante. Du coup on a u = cv sur I et par périodicité de u et de v, on a u = cv dans D′(R).

docsity.com

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome