Exercices de physique des dispositifs 4 - correction, Exercices de Physique des dispositifs à impulsions
Eleonore_sa
Eleonore_sa5 May 2014

Exercices de physique des dispositifs 4 - correction, Exercices de Physique des dispositifs à impulsions

PDF (284.7 KB)
3 pages
282Numéro de visites
Description
Exercices de physique des dispositifs sur les oscillateurs mécaniques. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Étude énergétique. Isochronisme. l'oscillateur élastique.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
ExoII.Les oscillateurs mécaniques (5,5pts)CORRECTION

2005 Amérique du Sud Correction Sans calculatrice

II. LES OSCILLATEURS MÉCANIQUES (5,5 points)

Partie A : pendule simple.

1. Étude énergétique. Le système étudié est la masse du pendule dans le référentiel terrestre supposé galiléen.

L'énergie cinétique en G de la masse m animée de la vitesse vG est: EC = G 1

.m.v ² 2

L'énergie mécanique du pendule simple en G est la somme de son énergie cinétique et de son énergie potentielle (de pesanteur):

Em = EC + EP

Em = G 1

.m.v ² 2

+ m.g.L.(1 – cos  )

Les frottements sont négligés dans cette étude donc l'énergie mécanique se conserve au cours du

mouvement du pendule.

L'énergie mécanique étant une constante du mouvement, on peut écrire entre les positions G0 et Gi: Em(G0) = Em(Gi)

0G

1 .m.v ²

2 + m.g.L.(1 – cos 0 ) =

iG

1 .m.v ²

2 + m.g.L.(1 – cos m )

Or: cos 0 = cos(0) = 1 donc m.g.L.(1 – cos 0 ) = 0 J

et iG

v = 0 m.s-1 car pour  = m le pendule est abandonné sans vitesse.

soit 0G

1 .m.v ²

2 = m.g.L.(1 – cosm )

en simplifiant par m il vient alors:

0G m v 2.g.L(1 cos )  

Remarque: La valeur de la vitesse est forcément positive, on ne retient que la solution positive.

A.N: 0G

v 2 10 1,0 (1 0,95)     = 20 0,050 1,0  1,0 m.s-1.

2. Isochronisme.

Dans le cas des "petites oscillations" la période du pendule est indépendante de l'amplitude m. Analyse dimensionnelle : On a: [T0] = T

[g] = L.T–2 car g est homogène à une accélération

[L] = L

[m] = 1 et [] = 1 car un angle qui s'exprime en radians n'a pas de dimension physique [m] = M

 expression T0 = 2 g

L :

on a: [T0] =  

1/ 2

1/ 2

g

L donc [T0] =

1/ 2 2 1/ 2

1/ 2

L .T

L

 

finalement [T0] = T–1

La période n'est pas homogène à une durée, cette expression ne convient pas.

 expression: T0 = 2 m L

on a: [T0] =  

1/ 2

m

1/ 2L

 donc [T0] =

1/ 2

1

L = L–1/2

La période n'est pas homogène à une durée, cette expression ne convient pas.

 expression: T0 = 2 L

g

on a: [T0] =  

1/ 2

1/ 2

L

g donc [T0] =

1/ 2

1/ 2 2 1/ 2

L

L .T  =

1

1

T = T.

La période est homogène à une durée, cette expression convient.

 expression: T0 = 2 m

L

on a : [T0] = 1/ 2

1/ 2

M

L = M1/2.L–1/2

La période n'est pas homogène à une durée, cette expression ne convient pas.

Finalement la seule expression correcte est: T0 = 2 L

g

Partie B : oscillateur élastique.

1. Étude dynamique. Le système étudié est le solide (S) dans le référentiel terrestre supposé galiléen. Le solide est soumis à trois forces:

- son poids P = m. g

- la force de rappel du ressort . .F k x i 

- la réaction normale de la tige, N

R (car pas de frottements)

Deuxième loi de Newton appliquée au solide (S): P + F + N

R = m. G

a

En projection selon l'axe (Ox) il vient: 0 – k.x + 0 = m.ax = m. d²x

dt²

Finalement: d²x

dt² +

k .x 0

m  (1)

1.3. Une solution de l’équation différentielle est : x(t) = Xm cos( 0

2 .t

T

+ ).

Exprimons les dérivées première et seconde de x(t):

dx

dt = –Xm.

0

2

T

.sin(

0

2 .t

T

+).

d²x

dt² = –Xm.

2

0

2

T

     

.cos( 0

2 .t

T

+) = –

2

0

2

T

     

. x(t)d²x

dt² +

2

0

2

T

     

. x(t) =0( 2)

En identifiant les équations (1) et (2), il vient:

2

0

2

T

     

= k

m

P

F

N R

2

0

2

     

T

=

m

k  T0 = 2

m

k

2. Étude énergétique. 2.1. L’énergie mécanique du système {ressort + solide} est: Em = Ec + Ep L'énergie potentielle de pesanteur étant choisie nulle, la seule énergie potentielle qui intervient est

l'énergie potentielle élastique: Ep = ½.k.x²

en choisissant l'origine de l'énergie potentielle à l'origine O où x = 0.

L'énergie cinétique est définie par EC = ½ m.v² , le vecteur vitesse n'a pas composante suivant la verticale,

on peut donc écrire EC = ½ m.vx² avec vx = dx

dt .

L'énergie mécanique est donc: Em = ½ .m.

2 dx

dt

     

+ ½ .k.x²

2.2. L'énergie potentielle du système {ressort + solide} est maximale pour x =  Xm car Ep = ½.k.x².

Les dates correspondantes sont: t = 0,0 s t = 0,50 s t = 1,0 s t = 1,50 s et t = 2,0 s.

Comme il n'y a pas de frottements, l'énergie mécanique se conserve au cours du mouvement. Si l'énergie

potentielle est maximale alors l'énergie cinétique est nulle (voir tracés des tangentes en pointillés: celles-

ci sont horizontales donc dx

dt = 0 et donc Ec =0 ).

Pour t = 0,0 s: Em = Ep = ½.k.Xm²

A.N: Em = ½  4,0  (0,10)² = 2,0  1,010 –2 = 2,010–2 J = 20 mJ.

Partie C : comparaison des périodes.

Période du pendule simple: T0 = 2 L

g Période du pendule élastique: T0 = 2

m

k

Sur la Lune l'intensité de la pesanteur, notée g, est environ six fois plus faible que sur la Terre.

La période du pendule élastique étant indépendante de g, et sa masse restant constante alors la période du

pendule élastique ne varie pas.

Par contre la période du pendule pesant va augmenter, car g diminue pour L constant.

Hypothèse 1 Hypothèse 2 Hypothèse 3

T0 ne varie pas T0 augmente T0 diminue

Correcte pour le pendule

élastique

Correcte pour le pendule

simple

Energie

potentielle

maximale

t 0,50

dx 0

dt 

   

 

t 1,0

dx 0

dt 

   

 

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome