Exercices de physique des particules sur le plutanium - correction, Exercices de Physique des particules
Eleonore_sa
Eleonore_sa30 April 2014

Exercices de physique des particules sur le plutanium - correction, Exercices de Physique des particules

PDF (149.7 KB)
1 page
232Numéro de visites
Description
Exercices de physique des particules sur le plutanium - correction. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Le numéro atomique, le noyau d’hélium, la variation de masse au cours de la fission.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Exercice III: Le plutonium (4 points)

Amérique du nord 2009 EXERCICE III : LE PLUTONIUM (4 points) CORRECTION

1.1. Le numéro atomique de l’élément chimique plutonium étant Z = 94, tous ses isotopes possèdent 94 protons. Le noyau de plutonium 238 possède 238 nucléons donc 238 – 94 = 144 neutrons (et 94 protons).

Le noyau de plutonium 239 possède 239 nucléons soit 145 neutrons (et 94 protons). 1.2. Deux noyaux sont isotopes s’ils possèdent le même nombre de protons mais un nombredifférent de neutrons.

1.3. Une « particule alpha » correspond à un noyau d’hélium : 42He

1.4. Le noyau de plutonium 238 est un émetteur de particules alpha. * 238 4 A94 2 ZPu He Y 

Loi de conservation du nombre de nucléons : 238 = 4 + A, soit A = 234. Loi de conservation de la charge électrique : 94 = 2 + Z, soit Z = 92

L’équation de désintégration est : * 238 4 23494 2 92Pu He U 

1.5. Le noyau fils est émis dans un état excité, il se désexcite en émettant un rayonnement électromagnétique gamma.

1.6. Dans le commentaire on parle de matière fissile, les noyaux de plutonium 239 et 241 sont susceptibles de subir une fission. La fission est une réaction nucléaire provoquée. Sous l’impact d’un neutron, un gros noyau, dit fissile, est scindé en deux noyaux plus petits et plus stables. Cette réaction s’accompagne d’un dégagement d’énergie.

239 1 135 102 1

94 0 52 42 0Pu n Te Mo 3 n   

2.1. Exprimons la variation de masse au cours de la fission :

m = ∑mfinales - ∑minitiales = m( 135

52Te ) + m( 102

42 Mo ) + 3m( 1

0 n ) – m( 239

94 Pu ) – m( 1

0 n )

m = m( 13552Te ) + m( 102

42 Mo ) + 2m( 1

0 n ) – m( 239

94 Pu )

m = (134,9167 + 101,9103 +21,0089 – 239,0530)  1,66043×10-27 = – 3,4570×10-28 kg

m < 0 car toute réaction nucléaire s’accompagne d’une perte de masse.

La perte de masse est donc de 3,457010–28 kg.

2.2. Elib = m.c² où m est la variation de masse (et non le défaut de masse)

Elib = – 3,4570×10-28×(2,9979×108)² = – 3,1070×10–11 J

Elib = – -

-

,

,

11

13

3 1070 10

1 6022 10

 = –193,92 MeV

Le système {réactifs} cède de l’énergie au milieu extérieur, on la compte négativement. Pour le système {milieu extérieur}, l’énergie reçue est compté positivement.

3.1. Elib = E ( 239

94 Pu ) – (E ( 135

52Te ) – E ( 102

42 Mo )

Elib = 1,79103 – 1,12103 – 8,64102 - = –194 MeV Les deux valeurs obtenues sont identiques si l’on conserve trois chiffres significatifs.

3.2 Te :E /A = 1,12×103/135 = 8,30 MeV/nucléon Mo :E /A = 8,64×102/102 = 8,47 MeV/nucléon Pu :E /A = 1,79×103/239 = 7,49 MeV/nucléon

Le noyau le moins stable est celui qui a l’énergie de liaison par nucléons la plus faible, soit le plutonium. Les noyaux formés sont plus stables que le noyau de plutonium fissile.

3.3. L’énergie de liaison par nucléon du plutonium étant plus faible que celles des noyaux fils (molybdène et tellure), ses nucléons sont moins liés entre eux. Le noyau père Pu est donc moins stable, il se casse sous l’impact d’un neutron, en libérant 194 MeV vers le milieu extérieur.

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome