Exercices de physique mathématiques 3 , Exercices de Physique Mathématiques
Eleonore_sa
Eleonore_sa12 May 2014

Exercices de physique mathématiques 3 , Exercices de Physique Mathématiques

PDF (262.9 KB)
5 pages
367Numéro de visites
Description
Exercices de physique mathématiques sur la chute d'une balle de ping-pong. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Les valeurs du poids et de la poussée d'Archimède, l'équation, les chiffres significatifs.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 5
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Chute d'une balle de ping-pong (5,5pts)

2003 – Amérique du nord II – Chute d'une balle de ping-pong (5,5 points)……

Au cours d'une séance de travaux pratiques, un professeur propose à un groupe formé d'Adrien, Benoît et Amélie d'étudier la chute d'une balle de ping-pong dans l'air. Les élèves disposent de l'enregistrement du mouvement de chute (voir document 1 page suivante).Données :

masse de la balle m = 2,3 g rayon de la balle r = 1,9 cm ; accélération de la pesanteur g = 9,8 m.s-2

masse volumique de l'air  = 1,3 kg.m-3

volume de la sphère : Vs = 3 4

3 r

L'objectif de la séance est la modélisation de la chute par une méthode numérique en faisant l'hypothèse que les frottements dépendent de la vitesse. La première étape consiste à faire le bilan des forces s'exerçant sur la balle. Chacun se met alors au travail. Au bout de quelques minutes, ils confrontent leurs résultats : Leur surprise est grande ; les trois schémas sont différents ! Ils appellent leur professeur. Le professeur: Chacun d'entre vous a à la fois raison et tort, car chaque schéma correspond à une situation particulière. Réfléchissez !

Adrien: Moi je pense qu'il y a trois forces : le poids de la balle P , la poussée

d'Archimède  et une force de frottement F . Amélie :Je crois que j'ai compris. Un des schémas correspond à l'instant initial, juste quand la balle est lâchée ; un autre représente les forces à une date t quelconque et un autre la situation au bout d'un temps de chute plus grand. Benoît : Ne peut-on pas négliger la poussée d'Archimède devant le poids ? Amélie : Bonne idée, fais le calcul ! Benoît trouve effectivement que la poussée est 62 fois plus petite que le poids.

Adrien : Du coup, cela devient plus simple ! Maintenant on va appliquer la deuxième loi de Newton au centre d'inertie au système.

Il obtient l'équation suivante (notée équation 1) : dv

m = m.g - F dt

Suite à cette première partie du dialogue, vous pouvez répondre aux questions 1, 2 et 3 (page suivante). Amélie :C'est bien beau, mais on ne connaît pas F ! Le professeur: Plusieurs modèles sont envisageables. Je vous propose de faire

l'hypothèse que la valeur de la force de frottement F est proportionnelle au carré de la vitesse : F = k.v2. Vous pouvez déterminer la valeur de k à partir des valeurs expérimentales du document 1 que voici : Amélie : L'une des courbes représente l'accélération en fonction du temps a(t) et l'autre la vitesse v(t). Benoît : Bon, on sait qu'à t = 0, on doit avoir v0 = 0 puisque la balle a été lâchée sans vitesse initiale. Adrien : Tu as raison. On voit que la vitesse tend vers une limite vlim. Je crois que j'ai trouvé comment calculer la valeur de k d'après l'enregistrement. Adrien se livre alors à quelques calculs et obtient l'équation suivante :

 9,8 0,15. ² dv

v dt

(équation 2)

A la suite de cette deuxième partie, vous pouvez répondre aux questions 4, 5 et 6 (page suivante). Ces résultats étant validés, le professeur propose de résoudre l'équation (2) par la méthode numérique d'Euler à l'aide d'un tableur. Benoît : Ça me revient ! il faut connaître les conditions initiales. On a dit qu'à t = 0 on avait v0 = 0 donc on connaît (dv/dt ) t =0 .

Amélie : Et après, il y a le pas d'itération t, il doit être petit.

Benoît : On pourrait essayer t = 0,05 s. Amélie : Voyons si je peux calculer les premières valeurs. On part de ao = 9,8 m.s-2 et

vo= 0. On admet que dv/dt est proche de v/t, donc v = (9,8 – 0,15.v2).t soit

v = 0,49 m.s-1 au départ.

Benoît : C'est bien cela ! On dit que pendant le petit intervalle de temps t, la valeur de la

dérivée de la vitesse est constante. On peut en déduire v et la nouvelle valeur de v. Amélie : Si j'ai bien compris, entre t = 0 s et t1 = 0,05 s, la vitesse est passée de v0 = 0 à v1= 0,49 m.s-1. Benoît : Mais oui ! Et maintenant on calcule la nouvelle valeur de l'accélération, je trouve : (dv/dt)t1 = 9,76 m.s-2. Ainsi de suite, on procède par itérations successives. Amélie et Benoît continuent leurs calculs à la main pendant qu'Adrien effectue les calculs avec le tableur d'un ordinateur. Adrien : Ça y est ! j'ai fini ! Tenez, je vous imprime le début de ma page de calculs …….. mais j'ai effacé trois cases, je vous avertis ! (Voir les premières lignes du tableau en annexe à rendre avec la copie).Amélie : On a les mêmes résultats que toi, et sans tableur ! Mais tous ces chiffres après la virgule, ça me fait bien rire ! A la suite de cette dernière partie, vous pouvez répondre aux questions 7 et 8. Questions

1) Faire correspondre chaque schéma d'élève à une des propositions d'Amélie. Justifier.

2) Calculer le rapport des forces entre le poids et la poussée d'Archimède. Conclure.

3) Retrouver alors l'équation (1) trouvée par Adrien. Indiquer l'axe de projection qui a été utilisé.

4) Identifier sur le document 1 (page précédente) les deux courbes représentées. Justifier.

5) Déterminer, à partir du document 1, la vitesse limite vlim de la balle. En déduire la valeur expérimentale de k. Retrouver l'équation (2).

6) Dans le cas d'une sphère de rayon r se déplaçant dans un fluide de masse

volumique , la valeur théorique de k (notée kt) a pour expression :

kt = 0,22... r2

Calculer la valeur théorique kt. Comparer k et kt et conclure.

7) a) Évaluer le temps caractéristique de l'évolution du système. Le choix du pas d'itération vous semble-t-il satisfaisant ? Justifier.

b) Compléter les trois cases vides du tableau donné en annexe (à rendre avec la copie). Justifier.

c) Justifier très brièvement l'exclamation d'Amélie à propos de la précision des résultats des calculs d'Adrien.

8) a) Comparer les valeurs expérimentales (courbes 1 et 2) et les valeurs calculées avec la méthode d'Euler (courbes 3 et 4) qui sont rassemblées dans le graphe ci-dessous:

b) Avant de conclure sur la validité du modèle utilisé pour la force de frottement, que faut - il modifier dans le calcul numérique ?

c) Quel autre modèle pourrait - on proposer pour la force de frottement ? Expliquer brièvement ce qui serait modifié dans l’équation (2) qui sert de base à la méthode d’Euler.

EXERCICE II : ANNEXE à rendre avec la copie

Tableau des calculs utilisant la méthode d'Euler :

TempsVitesseAccélération

t(s) v (m/s) dv/dt (m/s2)

0 0 9,8

0,05 0,49

0,1 9,65646893

0,15 1,4610227

0,2 1,93501329 9,23835853

0,25 2,39693122 8,93820811

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome