Exercices sur la modélisation mathématique - 1, Exercices de Modélisation mathématique et simulation. Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Marseille

Exercices sur la modélisation mathématique - 1, Exercices de Modélisation mathématique et simulation. Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Marseille

PDF (40.2 KB)
3 pages
94Numéro de visites
Description
Exercices sur la modélisation mathématique sur les couples solutions de l’équation - 1. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’équation d’inconnue z, la partie réelle de z.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
LilleCjuin1982.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C juin 1982 Lille \

EXERCICE 1 4 points

1. Résoudre dans Z2 l’équation

(1) 9x −22y = 55.

2. Déterminer les couples solutions de l’équation (1) tels que le plus grand com- mun diviseur de x et de y soit 55.

EXERCICE 2 4 points

1. Résoudre dans C l’équation d’inconnue z

z4− (10i−5)z2−14i−48= 0.

2. On appelle z1, z2, z3, z4 les solutions de cette équation en supposant que

ℜ (z4)<ℜ (z3)< 0<ℜ (z2)<ℜ (z1)

où ℜ (zi ) représente la partie réelle de zi avec i ∈ {1, 2, 3, 4}.

Soit M1 et M2 les points du plan complexe d’affixes respectives 2+ i et 1+3i.

Déterminer les deux similitudes laissant le point O d’affixe 0 invariant et trans- formant M1 en M2. On précisera les éléments caractéristiques de ces simili- tudes.

PROBLÈME 12 points

Soit F l’espace vectoriel sur R des applications de [

π

2 ; π

2

]

dans Rmuni de l’addi-

tion des fonctions et de leur multiplication par un scalaire.

Soit E l’ensemble des applications de [

π

2 ; π

2

]

dans R définies par

f : [

π

2 ; π

2

]

→ R

x 7−→ ex (a +b sinx +c cosx)

a, b et c sont trois réels quelconques.

Partie A

On appelle g l’élément de E correspondant au cas où a = 0, b = c = 1.

1. Étudier les variations de g , démontrer que g réalise une bijection de [

π

2 ; π

2

]

sur un intervalle J, que l’on déterminera.

Si l’on appelle g l’application telle que

: [

π

2 ; π

2

]

→ J

x 7−→ g (x)

étudier la dérivabilité de la fonction réciproque h = g̃−1. Préciser h′(1).

Terminale C A. P. M. E. P.

2. Tracer la courbe représentative C de dans un plan affine euclidien P muni d’un repère orthonormé R (unité 2 cm).

Construire la tangente à C au point d’abscisse 0. Tracer dans le même repère la courbe représentative C ′ de h.

3. a. À l’aide éventuellement d’une double intégration par parties, calculer

I =

π

2

π

2

ex (sinx +cosx)dx.

b. Calculer l’aire A du domaine D du plan compris entre C , les droites d’équations y = x, x = π2 et x =−

π

2 dans le repère R.

En déduire l’aire A ′ du domaine D′ du plan compris entreC ′, les droites d’équations y = x, y = π2 et y =−

π

2 dans le repère R.

Partie B

1. Démontrer que E est un sous-espace vectoriel deF admettant pour baseB = (

f1, f2, f3 )

, avec

f1 : [

π

2 ; π

2

]

→ R

x 7−→ ex .

f2 : [

π

2 ; π

2

]

→ R

x 7−→ ex sinx.

f3 : [

π

2 ; π

2

]

→ R

x 7−→ ex cosx.

2. Soit f un élément de E de coordonnées (a ; b ; c) dans la base B. Démontrer que la fonction dérivée première f ′ et la fonction dérivée seconde f ′′ sont des éléments de E dont on donnera les coordonnées dans la base B. Préciser f

(

π

2

)

, f ′ (

π

2

)

, f ′′ (

π

2

)

en fonction de a, b, c.

3. Soit ϕ l’endomorphisme de E qui, à la fonction f de coordonnées a, b, c dans la base B associe la fonction de coordonnées

a′ = 3a +4b, b′ =−2a −3b et c ′ = 2a +2b c,

dans la même base.

a. Déterminer D, ensemble des éléments de E invariants par ϕ et vérifier que

D= {

f ∈ E / f ′ (

π

2

)

= f ′′ (

π

2

)

= 0 }

b. Déterminer P, ensemble des éléments de E changés parϕ en leur opposé et vérifier que

P= {

f ∈ E / f (

π

2

)

= 0 }

c. Démontrer queD et P sont supplémentaires dans E . En déduire la nature de ϕ et l’ensemble des éléments de E vérifiant

f (

π

2

)

= f ′ (

π

2

)

= f ′′ (

π

2

)

= 0.

4. Soit Φ l’application de E ×E dans R définie par

Φ( f , g )= f (

π

2

)

g (

π

2

)

+ f ′ (

π

2

)

g ′ (

π

2

)

+ f ′′ (

π

2

)

g ′′ (

π

2

)

Lille 2 juin 1982

Terminale C A. P. M. E. P.

a. Démontrer queΦ est un produit scalaire défini sur E . Dans toute la suite du problème, E est muni de ce produit scalaire.

b. Vérifier que le plan vectoriel P et la droite vectorielle D introduits en B 3. sont orthogonaux et préciser alors ϕ.

5. a. Vérifier que, pour le produit scalaireΦ, la baseB n’est pas orthonormée.

b. On donne

g1 : [

π

2 ; π

2

]

→ R

x 7−→ exπ

2 (2−2sinx +cosx)

Vérifier que g1 est normé. Trouver g2 normé, orthogonal à g1 apparte-

nant à P et tel que g ′′2

(

π

2

)

> 0.

Soit g3 le vecteur normé de D tel que g3 (

π

2

)

> 0. Déterminer g ′′3 et dé-

montrer que (

g1, g2, g3 )

est une base orthonormée qu’on notera B′.

Lille 3 juin 1982

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome