Exercices sur la modélisation mathématique 7, Exercices de Modélisation mathématique et simulation
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Exercices sur la modélisation mathématique 7, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (46.5 KB)
4 pages
641Numéro de visites
Description
Exercices sur la modélisation mathématique - étude d'une modélisation - 7. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Indiquer les coordonnées d’un vecteur, Prouver que f est un antidéplacement.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
CentresetrangersS2000.dvi

[ Baccalauréat S Centres étrangers juin 2000 \

Exercice 1 5 points

Les deux questions de cet exercice sont indépendantes et on donnera les réponses sous forme de fractions. Une urne contient 6 boules bleues, 3 boules rouges, et 2 boules vertes, indiscer- nables au toucher.

1. On tire simultanément au hasard 3 boules de l’urne.

a. Calculer la probabilité de chacun des évènements suivants :

E1 : « Les boules sont toutes de couleurs différentes. »

E2 : « Les boules sont toutes de la même couleur. »

b. On appelle X la variable aléatoire qui, à tout tirage de trois boules associe le nombre de boules bleues tirées.

Établir la loi de probabilité de X .

Calculer l’espérance mathématique de X .

2. Soit k un entier supérieur ou égal à 2.

On procède cette fois de la façon suivante : on tire au hasard une boule de l’urne, on note sa couleur, puis on la replace dans l’urne avant de procéder au tirage suivant.

On effectue ainsi k tirages successifs.

Quelle est la valeur minimale de k pour que la probabilité de ne tirer que des boules bleues soit au moins mille fois plus grande que la probabilité de ne tirer que des boules rouges ?

Exercice 2 (obligatoire) 5 points

On se propose d’étudier une modélisation d’une tour de contrôle de trafic aérien, chargée de surveiller deux routes aériennes représentées par deux droites de l’es- pace.

L’espace est rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→ ,

−→ k )

d’unité 1 km. Le plan (

O, −→ ı ,

−→

)

représente le sol.

Les deux « routes aériennes » à contrôler sont représentées par deux droites (D1) et (D2) , dont on connaît des représentations paramétriques :

(D1)

x = 3+a y = 9+3a z = 2

avec a ∈R (D2)

x = 0,5+2b y = 4+b z = 4−b

avec b ∈R.

1. a. Indiquer les coordonnées d’un vecteur −→ u1 directeur de la droite (D1) et

d’un vecteur −→ u2 directeur de la droite (D2).

b. Prouver que les droites (D1) et (D2) ne sont pas coplanaires.

2. Onveut installer au sommet Sde la tour de contrôle, de coordonnées S(3 ; 4 ; 0,1), un appareil de surveillance qui émet un rayon représenté par une droite no- tée (R) . Soit (P1) le plan contenant S et (D1) et soit (P2) le plan contenant S et (D2).

a. Montrer que (D2) est sécante à (P1).

b. Montrer que (D1) est sécante à (P2).

c. Un technicien affirme qu’il est possible de choisir la direction de (R) pour que cette droite coupe chacune des droites (D1) et (D2). Cette affirmation est-elle vraie ? Justifier la réponse.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

Exercice 2 (spécialité) 5 points

Dans le plan orienté, on considère un losange ABCD tel que

AB = BC = CD = DA = 5 et (−−→ AB ,

−−→ AD

)

= π

3 .

On désigne par I, J, K, L et O les milieux respectifs des segments [AB], [BC], [CD], [DA] et [BD]. On note (∆) la médiatrice de [AB] et (∆′) la médiatrice de [CD].

1. Soit f l’isométrie du plan définie par f (A)=B, f (B)=O, f (D)=C.

a. Prouver que f est un antidéplacement.

b. Démontrer que s’il existe un pointM invariant par f , alorsM est équidis- tant des points A, B, C, D.

c. L’isométrie f admet-elle un point invariant ?

2. Soit σ la symétrie orthogonale d’axe (∆) et r la rotation de centre B et d’angle

π

3 .

a. Démontrer que f = r σ.

b. A-t-on f =σr ?

3. Soit s1, la symétrie orthogonale d’axe (BC).

a. Déterminer l’axe de la symétrie orthogonale s2, telle que r = s1 ◦ s2.

b. En déduire que f peut s’écrire sous la forme f = s1◦t1, où t1 est une trans- lation que l’on précisera.

4. Soit t2 la translation de vecteur 1

2

−−→ AD ; on note t− 12 sa réciproque et on pose

g = t− 12 ◦ f .

a. Déterminer g (D), g (I), g (O). En déduire la nature précise de la transfor- mation g .

b. Démontrer que f = t2 ◦ g . A-t-on f = g t2 ?

Centres étrangers 2 juin 2000

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

Problème 10 points

Les buts du problème sont l’étude de la fonction f définie sur l’intervalle ]0 ; + ∞[ par :

f (x)= ln

(

e2x −1 )

ex ,

puis la recherche de primitives de cette fonction.

Partie A - Étude de fonctions auxiliaires

1. On définit la fonction g sur l’intervalle ]1 ; +∞[ par :

g (x)= 2x− (x−1) ln(x−1).

a. On admet le résultat suivant : lim x→0

x lnx = 0. En déduire la limite de g (x)

lorsque x tend vers 1.

b. Calculer g ′(x) pour x appartenant à l’intervalle ]1 ; +∞[.

c. Résoudre l’inéquation 1− ln(x −1) > 0, d’inconnue x appartenant à l’in- tervalle ]1 ; +∞[.

d. Étudier le sens de variation de g sur l’intervalle ]1 ; +∞[.

e. Montrer que l’équation g (x) = 0 a une solution unique, notée α, dans l’intervalle

[

e+1 ; e3+1 ]

et étudier le signe de g (x) sur chacun des in- tervalles ]1 ; α[ et ]α ; +∞[.

2. Soit ϕ la fonction définie sur l’intervalle ]1 ; +∞[ par :

ϕ(x)= ln (

x2−1 )

x

a. Déterminer lim x→1

ϕ(x) et prouver que lim x→+ ∞

ϕ(x)= 0.

b. Calculer ϕ′(x) et montrer que ϕ′(x) est du signe de g (x2) sur l’intervalle ]1 ; +∞[.

c. Montrer que ϕ est croissante sur l’intervalle ]

1 ; p α [

et décroissante sur l’intervalle

]p α ; +∞

[

.

Partie B - Étude de la fonction f

1. Vérifier que, pour tout x appartenant à l’intervalle ]0 ; +∞[, on a

f (x)=ϕ (

ex )

.

2. En déduire :

a. La limite de f (x) lorsque x tend vers 0.

b. La limite de f (x) lorsque x tend vers +∞.

c. Le sens de variation de f sur l’intervalle ]0 ; +∞[ et que f admet unmaxi- mum en ln(

p α).

3. Montrer que, pour tout x de l’intervalle ]0 ; +∞[, f (x)6 2 p α

α−1 .

4. Reproduire le tableau suivant et le compléter en donnant des valeurs appro- chées à 10−2 près :

x 0,1 0,5 1 1,5 2 3 f (x)

Centres étrangers 3 juin 2000

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

5. Représenter graphiquement f dans un repère orthogonal, d’unités 5 cm en abscisse et 10 cm en ordonnée, On prendra 10 comme valeur approchée de α.

Partie C - Recherche de primitives de f

1. Vérifier que f est solution de l’équation différentielle :

y ′+ y = ex

ex −1 −

ex

ex +1 .

2. On pose h(x)= ex

ex −1 −

ex

ex +1 .

a. Trouver une primitive H de h sur l’intervalle ]0 ; +∞[.

b. En déduire les primitives F de f sur l’intervalle ]0 ; +∞[.

Centres étrangers 4 juin 2000

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome