Exercices sur la modélisation mathématique - 7, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

Exercices sur la modélisation mathématique - 7, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (47.2 KB)
3 pages
169Numéro de visites
Description
Exercices sur la modélisation mathématique sur l’ensemble C des nombres complexes 7. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: résoudre l’équation, étudier les variations de f .
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Nancy-MetzC sept 1982.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C septembre 1982 Nancy-Metz \

EXERCICE 1 4 points

1. Dans l’ensemble C des nombres complexes, on considère l’équation

z2+2z+2= 0.

a. Résoudre cette équation. On note z1 et z2 ses racines.

b. Calculer zn1 + z n 2 pour l’entier naturel n non nul.

2. Dans C, résoudre l’équation

z+1

z−1 = 1.

On pose C′ =C {1}.

Montrer que l’application f de C′ vers C′ définie par f (z) = z+1

z−1 est une ap-

plication involutive.

3. Former une équation du second degré admettant f (z1) et f (z2) pour racines.

EXERCICE 2 5 points

Soit f la fonction numérique de la variable réelle x définie par

f (x)= Log (

x+ √

x2+1 )

.

1. Montrer que :

tout réel x vérifie (

x+ p x2+1

)(

x+ p x2+1

)

= 1.

2. Déterminer l’ensemble de définition de f et montrer que f est une fonction impaire.

3. Étudier les variations de f .

4. Tracer la courbeC représentatrice de f dansun repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

Préciser les branches infinies et la tangente au point d’abscisse 0.

5. Montrer que f admet une fonction réciproque f −1. Déterminer f −1. Tracer la courbe C ′ représentatrice de f −1.

60 C Nice. Septembre 1982. 4 points. 1. Étudier l’ensemble de déflDÎtion et les va- riations (sans en chercher les 0 limites et sans les représenter graphiquement) des deux fonctions de IR dans IR : x2 f : x 1-+ Log(l + x) - x + 2" x2 x3 g : x 1-+ Log(l + x) - x + 2" - 3" Calculer f(O) et g(O). 2. Déduire de la question précédente que : x2 x2 x3 VXE Rt, x - 2" < Log(l + x) < x - 2" + 3" . 1 . Log(l + x) - x + x2 limi’ erc er SI a lonctlon cp : x 1-+ ., a Une te x quand x tend vers zéro par valeurs positives. C h h FONCflONS NUMÉRIQUES 61 C Rouen. Septembre 1982. Extrait. P est un plan vec- toriel euclidien, muni d’une base orthonormée (7, J) ; est un plan affme, de plan vectoriel associé P, muni d’un repère (0 ; T.l>. Soit f la fonction numérique de la va- riable réelle x défInie par : f(x) = e ;X - e-". 1. a) Étudier les variations de f. b) Tracer sur un même graphique, en prenant 5 cm comme unité de longueur, les courbes :

Terminale C A. P. M. E. P.

(C’) représentative de la fonction x 1-+ e ;X dans le repère (0 ; T,J) ; (C”) représenta- tive de la fonction x 1-+ - e-" dans le même repère ; (C) représentative de la fonction f dans lemême repère. 2. Montrer que f admet une fonction réciproque f-1. On pose y = f(x). Exprimer e ;X puis x en fonction de y. En déduire f-1(y). Calculer la fonction dérivée de f - 1. Tracer la courbe représentative de f -1 sur le graphique du 1). 3. Â. est un nombre réel positif. Calculer l’aire S). de l’ensemble des points m dont les coordonnées vérifIent : O x Â. (O’ . 2) f(x) y e ;X n expnmera cette aire en cm admet-elle une limite quand Â. tend vers + oo ? 62 o Soit g la fonction de R dans IR défInie par : +x g(x) = Log – 2-x Prouver que g est une fonction impaire a) Étudier les variations de g b) Construire la courbe représentative (c) de g dans un repère orthonormé (A, T, J) 3. a) Prouver que la res- triction f de g à] - 2,2[ est une bijection de ] - 2,2[ sur IR. b) Défmir l’application f-1 ; en particulier préciser f-1(X). 63 64 6. Coniques 109 C Caen. Juin 1983. 3,5 points. Dans le plan affme euclidien muni d’un repère orthonormé (0, 7, l>. on note E l’ensemble des points M(x, y) tels que : x2 + 4 y2 - 21xl - 3 = 0 Étudier et construire E. En particulier, préciser les axes de symétrie, les points où les tangentes sont parallèles aux axes et les demi-tangentes aux points d’abscisse nulle. 110 C Paris, Créteil, Versailles. Septembre 1982. 4 points. Dans le plan affme euclidien muni d’un repère orthonormé (0 ; T,J) on considère l’ensemble E des points M dont les coordonnées (x, y) vérifIent la relation : (x - 1)2 + (y - 1)2 = (x + ; - 4y 1. Démontrer que E est une conique de centre 0 ; préciser les éléments caractéristiques : foyers, directrices, excentricité, axe principal. 2. On dé- fInit une application f du plan euclidien orienté dans luimême qui à chaque point M d’affIxe z associe le point Mf d’affIXe z’ / . 1 1 - i ellD1e par : z = -2- z Quelle est la nature de l’application f ? Préciser les éléments caractéristiques de f· 3. Détermi- ner l’image de E par f ; on précisera les éléments caractéristiques de cette image. 111 Deux points A et B et un réel strictement positif a étant construire une ellipse admet- tant A comme sommet du grar comme sommet du petit axe, et 2a comme longueur du gt Discuter. 112 113 A tout nombre complexe z = x + iy, on fait c0l !epondre, dam (P) rapporté au repère orthonormé (0 ; i,j), le point coordonnées x et y. a) Trouver et construire dans le plan (P) l’ensemble (H) des dont l’afftxe z vérifIe la relation : Z2 + Z2 = 1 (1) b) Calculer les arguments des nombres complexes z de modl satisfont à (1) et situer sur (H) les images de ces nombres. d PROBLÈMES On appelle E le sous-espace vectoriel de F, engendré par la famille (fl’/2’/3, f4)’ a) Soit f, l’élément de E, égal à afl + bf2 + Cf3 + df4 avec (a, b, c, d) E 1R4. Montrer que la dérivée d’ordre n, de f, qu’on note J<"l, est défmie par J<"l(x) = [a(x + n) + b] e ;X + (- 1)"[c(x - n) + d] e-X ? (TI est conseillé d’utiliser ce résultat dans la suite du problème.) b) Montrer que E est de dimension 4. (On pourra utiliser le fait que, si afl + bf2 + Cf3 + df4 est l’application nulle 0, ses trois premières dérivées sont nulles). 2. a) Étudier les variations de l’application f, déflDÎe sur IR, par f(x) = (4x - 6)e ;X + (2x + l)e-X - x2 + X - 5. (Pour l’étude des branches infmies de la courbe re- présentative (C) on fera seulement une étude précise des limites de f en + 00, et en - 00.) Donner une allure de la courbe (C), dans un plan (P) rapporté à un repère ortho- normé. b) Évaluer l’aire géométrique de la portion de (P) comprise entr : : la courbe (C) et les droites d’équations x = 0, x = 1 et y = O. On recherchera une primitive de f en utilisant le 2.-a). 3. On appelle G, l’application de F dans F défInie par : G(f) = f" - 21’ + f· Montrer que G est un endomorphisme de F. Soit h un élément tel que G(h) = 0, et g l’élément de F déflDÎ par g(x) = e-X ? h(x). Évaluer la dérivée seconde de g, en déduire que g est une application afftne, puis que f E F ; G(f) = O est le plan vectoriel de base (fI’ f2)’ 4. On appelle G l’ la restriction de G à l’ensemble de départ E. Montrer que G1 est un endomorphisme de E. Déterminer f E E ; G 1 (f) = O et g E E ; g = G 1 (f) avec f E E . Soit l’application f = 8f3 - 4f4’ Trouver un élément fo du plan engendré par f3 etf4 tel que G1(fo) = f . d) Trouver une application polynôme, Po, du second degré, telle que, G po) = p, p étant l’application polynôme défInie par p(x) = x + 5x - 9. e) Prouver que l’ensemble S = f E F /G(f) = f + p est non vide et le

Nancy-Metz 2 septembre 1982

Terminale C A. P. M. E. P.

déterminer. f) Déterminer l’élément f de S, tel que f(O) = - 10 et 1’(0) = o. 176 C Paris, Créteil, Versailles. Septembre 1982. 12 points. PROBLÈMES 1. a) Donner une condition nécessaire et suffisante portant sur a, b, c pour que chaque courbe Ca ?b" et l’asymptote correspondante se coupent en un point ; ce point est-il unique ? b) On appelle 8 l’espace vectoriel des fonctions de IR dans IR. Démontrer que F est un sous-espace vectoriel de 8 de dimension trois dont on donnera une base. 2. On appelle cp l’application qui à chaque fonction Ia.b.c ap- partenant à , associe la fonction CP(1a.b.’) défmie par : Vx E IR, CP(Ia,b„)(X) = la.b)4 - x). a) Démontrer que CP(Ia,b,’) appartient à F et que cp est un automorphisme de F. Déterminer cp 0 cp. Trouver les fonctions Ia.b.c telles que CP(1a.b.’) = fa,b.’ ; En dé- duire la nature de l’application cp. Donner alors un élément de symétrie des courbes Ca,b.c correspondantes. d) Trouver les fonctions fa.b.c telles que cp(fa.b.c) = - Ia,bc’ Donner un élément de symétrie des courbes Ca ?b ?c correspondantes. 3. On appelle ’P l’application qui à chaque fonction la b,c appartenant à , associe la fonction ’P(fa b c) défmie pour tout x rêel par : 2 ; t ’P(Ia.b.C)(X) = (x - 4x + 5)fa,b,c(X) où f .b.c est la fonction dérivée de Ia.b,c· Démontrer que ’P est un endomorphisme de F. Déter- miner Ia,b,c E F ; ’P(Ia.b.c) = 0 , 0 étant l’application nulle. 177 C Septembre 1982. Extrait. Soit un plan affme euclidien Pmuni d’un repère orthonormé direct O ; u, V). Dans tout le problème cx est un nombre réel donné, élément de 0, [. A tout réel t sont associés les points M, et N, du plan P dont es coordonnées respectives sont : MJl + tcoscx ;O) NJ-l ;t sin cx). A) Soit G, le milieu du segment [M" N,] et (C,) le cercle de diamètre [M" N,]. 1. Montrer que l’ensemble des points G" lorsque t parcourt IR, est une droite. 2. Montrer qu’il existe dans P un unique point, noté dans distinct de No et tel que, pour tER, T appartienne au cercl coordonnées de T ne sont pas exi- gées. 3. Montrer que pour tout réel t les angles des couples t (TMo, TM,) et (TNo, TN,) sont égaux. D) A tout point M de coordonnées (x, y) dans le repère (C plan P on associe son affIXe z = x + iy. Soit S l’applica dans P qui au point M d’affixe z associe le point M’ d’afft : + iy’, (x’, y’)E 1R2, défIni par : z’ = iztgcx - (1 + itgcx). 1. Montrer que S admet un unique point invariant K dont or les coordonnées dans le repère (0 ; u, V). Reconnaître l’application S. VérifIer que pour tout réel t S( 2. Montrer que K, le point invariant de S, appartient, pour t au cercle (C,). En déduire que K = T. C) On considère l’application S’ de P dans P qui au point M associe le point M’ d’affIxe z’ défmi par : z’ = iz tg cx - (1 + itgcx), où z désignant le nombre complexe conjugué de z. 1. Montrer que S’admet un unique point invariant K’ calculera les coordonnées. 2. VérifIer que pour tout réel t S’(M,) = N, et que les angles dt de droites (K’Mo, K’M,) et (K’N" K’No) sont égaux. D) On désigne par F l’ensemble des applications affmes f de telles que, pour tout réel t, f(M,) = N,. 1. Soit te IR. Montrer que M, est le barycentre des points 1 affectées de coefficients convenables dépendant de t et précisera. 2. Soit f une application de P dans P qui au point z = x + iy, (x, y) E 1R2, associe le point M’ d’affIXe z’ = (x’, y’) E 1R2. Montrer que f appartient à F si, et seulement s il existe des complexes p, q et r tels que : z’ = pz + qz + r r = - (1 + itgcx) (quel que soit M dans P) p + q = itgcx 3. Avec les notations de la question précédente, pour quels cl et q l’application f est-elle une similitude directe ? J

Nancy-Metz 3 septembre 1982

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome