Exercices sur la théorie de calcul 2, Exercices de Théorie de calcul. Université Bordeaux I
Eusebe_S
Eusebe_S10 April 2014

Exercices sur la théorie de calcul 2, Exercices de Théorie de calcul. Université Bordeaux I

PDF (33.7 KB)
2 pages
158Numéro de visites
Description
Exercices sur la théorie de calcul 2. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Étudier les variations de g . Placer le point correspondant sur la courbe Cf .
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
AmeriqueNordCjuin1987.dvi

[ Baccalauréat C Amérique du Nord juin 1987 \

EXERCICE 1 4 POINTS

On considère l’application de C− {−i} dans C définie par

Z = f (z)= z− i

iz−1 .

On notem l’image de z, A celle de i, et B celle de −i.

1. Interpréter géométriquement le module et l’argument de z− i

iz−1 .

2. Déterminer et construire l’ensemble (E1) des pointsm tel que Z soit réel.

3. Déterminer et construire l’ensemble (E2) des pointsm tel que |Z | = 1.

EXERCICE 2 4 POINTS

Calculer une primitive de chacune des fonctions f et g de R dans R définie par :

f (x)= sin4 x et par : g (x)= cos3 x.

PROBLÈME 12 POINTS

Le plan est rapporté à un repère orthonormé (0, i, j), (unité 5 cm). A. - Soit g l’application de ]0 ; +∞] dans R définie par :

g (x)= x lnx.

1. Étudier les variations de g .

2. Déterminer les limites de g aux bornes de son intervalle de définition.Montrer que g admet un prolongement par continuité en 0.

3. Tracer la courbe représentative Cg de g dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

On précisera l’allure de Cg au voisinage de l’origine.

B. - On considère maintenant l’application f de [0 ; +∞] dans R définie par :

{

f (0) = 0, f (x) = |x ln(x)| si x 6= 0.

1. Étudier les variations de f et tracer sa courbe représentative C f dans lemême

repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

2. Calculer, en cm2, l’aire de la partie de plan comprise entre C f , la première

bissectrice et les droites d’équation x = 1

e et x = e.

3. Démontrer qu’il existe un réel unique α appartenant à l’intervalle ]1 ; e[ tel

que f (α)= 1

e .

Placer le point correspondant sur la courbe C f .

Donner, à l’aide de la calculatrice, une valeur approchée par défaut deα à 10−2

près.

C. - On définit la suite numérique (un ) par son premier terme u0, (u0 étant réel stric- tement positif et différent de 1), et pour tout n, par un+1 = f (un ), où f désigne l’ap- plication définie au B.

Le baccalauréat de 1987 A. P. M. E. P.

1. Pour quelles valeurs de u0 la suite (un ) est-elle stationnaire ?

2. On choisit u0 ∈

]

0 ; 1

e

[

. Démontrer que

a. n ∈N, 0< un < 1

e .

b. La suite (un ) est strictement croissante.

c. La suite (un ) converge vers 1

e .

3. On choisit maintenant u0 ∈

]

1

e ; 1

[

. Montrer que u1 ∈

]

0 ; 1

e

[

. La suite (un )

est-elle convergente ?

4. a. Pour u0 > e montrer que la suite (un ) est strictement croissante.

b. Montrer que, pour tout x supérieur à e, on a f ′(x)> 2.

c. En déduire que un+1−un > 2(un un−1)·

d. Montrer que un+1−un > 2n (u1−u0)·

e. Montrer que un+1 > u0+ (u1−u0) (

2n+1−1 )

. En déduire la nature de la suite (un ).

5. Que dire de la suite (un ) si on choisit u0 =α, α étant la valeur introduite au B. 3 ?

Amérique du Nord 2 juin 1987

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome