Exercices sur les applications de R dans R, Exercices de Mathématiques
Emmanuel_89
Emmanuel_8928 February 2014

Exercices sur les applications de R dans R, Exercices de Mathématiques

PDF (95.0 KB)
5 pages
583Numéro de visites
Description
Exercices de mathématique sur les applications de R dans R.Les principaux thèmes abordés sont les suivants:Limite - Continuité,Applications dérivables,Applications réciproques,Fonctions convexes.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 5
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
polycomplet.dvi

5. Applications de R dans R

5.1 Limite - Continuité

Ex. 1 Simplifier x 1

ln(x2) . Etudier les limites de x 1 x , (x3 − x + 2)

1 ln(x2) et de√

x2 + x− x lorsque x → +∞.

Ex. 2 Etudier les limites quand x → 0+ de f(x) = (x+ sin x)(1− cosx) (x+ sin(x

2 ))(1− cos(2x)) ,

g(x) =

√ x+ x2 −√x√ 3x ln(1 + x)

, h(x) = (x−2 + 1) √ x

Ex. 3 Soit f : R → R une fonction telle qu’en tout point x les limites f(x+0) et f(x− 0) existent et sont égales. f est-elle nécessairement continue ? Ex. 4 Soit f : [0, 1] → [0, 1] une application continue. Montrer qu’il existe (au moins) un nombre x ∈ [0, 1] tel que f(x) = x. Ex. 5 Soit f : R → R une application continue, vérifiant lim|x|→∞ f(x) = +∞. Montrer que f admet un minimum sur R (i.e., il existe x̄ ∈ R tel que f(x̄) ≤ f(x) pour tout x ∈ R). Ex. 6 Soit f : R → R une application continue. Montrer l’équivalence des deux assertions suivantes : (a) lim

|x|→+∞ |f(x)| = +∞ ;

(b) pour tout m > 0, l’image réciproque de [−m,m] est bornée. Ex. 7 Pour chacune des fonctions suivantes, dire si elle est ou non uni- formément continue sur son ensemble de définition : a) x 7→ ln x ; b) x 7→ x2 ; c) x 7→ √x ; d) x 7→ sin x. Ex. 8 ∗ Soit f : R → R une application uniformément continue. Montrer qu’il existe deux constantes a ≥ 0 et b ≥ 0 telles que

|f(x)| ≤ a|x|+ b, ∀x ∈ R.

13

5.2 Applications dérivables

Ex. 1 Soit f une fonction dérivable sur R. On définit

g(x) = f(sin2 x) et h(x) = sin2 (

f(x) )

.

Exprimer les dérivées de g et de h en fonction de f et f ′.

Ex. 2 Montrer, en utilisant la définition de la dérivée en 0, que

lim x→0

sin x

x = 1, lim

x→0

cosx− 1 x

= 0, lim x→0

ex − 1 x

= 1, lim x→0

ln(1 + x)

x = 1.

Ex. 3 Calculer la dérivée logarithmique, puis la dérivée usuelle de

f(x) = x5 cos3 x sin4 x

(1 + x2)ex ·

Ex. 4 Soit f : R → R dérivable telle que f ′(x) → 0 lorsque x → +∞. Montrer que f(x+ 1)− f(x) → 0 lorsque x → +∞.

Ex. 5 (Extrait de la colle de Novembre 2002) Soient f et g deux fonctions dérivables sur R. On note F (x) =

∫ x

0 f(t) dt (resp. G(x) =

∫ x

0 g(t) dt) la

primitive de f (resp. de g) s’annulant en 0. Etudier la validité de chacune des assertions suivantes. On justifiera sa réponse en donnant une preuve courte lorsque l’assertion est vraie, et un contre-exemple lorsqu’elle est fausse. (A1) f(x) ∼ g(x) lorsque x → 0 ⇒ F (x) ∼ G(x) lorsque x → 0. (On supposera en outre que f et g sont positives ou nulles, pour simplifier.) (A2) f(x) ∼ g(x) lorsque x → 0 ⇒ f ′(x) ∼ g′(x) lorsque x → 0. (A3) f(x) ∼ g(x) lorsque x → +∞ ⇒ ef(x) ∼ eg(x) lorsque x → +∞.

Ex. 6 ∗ On dit qu’une application f : I → R est höldérienne d’exposant α > 0 s’il existe une constante C > 0 telle que

∀x, y ∈ I |f(x)− f(y)| ≤ C|x− y|α.

i) Montrer que x → √x est höldérienne d’exposant 1/2 sur I = [0, 1]. ii) Montrer que si f : I → R est höldérienne d’exposant α > 1, alors f est constante. (Indication : montrer que f est dérivable et que sa dérivée est nulle sur I.)

14

Ex. 7 ∗ Soit f :]a, b[→ R une fonction dérivable et telle que f ′(x) a une limite (finie) l′ lorsque x → a. i) Montrer que f(x) a aussi une limite finie lorsque x → a. (Indication : vérifier que le critère de Cauchy est satisfait.) ii) On prolonge f par continuité en a. Montrer que f est dérivable en a et que f ′(a) = l′. iii) Application : Soit la fonction f(x) = Argthx + Argth x2 définie et dérivable sur ] − 1, 1[. Montrer que f se prolonge en −1 en une fonction dérivable. (On rappelle que Argth ′(x) = 1

1−x2 .)

Ex. 8 (Extrait de la colle de Novembre 2002) Soit f une fonction de classe C1 sur R. On s’intéresse à la réflexion sur la courbe C = {(x, f(x)), x ∈ R} d’un rayon lumineux arrivant de l’infini en décrivant la demi-droite {(x, y) ∈ R2, x = x0 et y > f(x0)}. 1. Soient ~v, ~n et ~r des vecteurs directeurs respectivement du rayon incident (vertical), de la normale à la courbe en (x0, f(x0)) et du rayon réfléchi. On choisit ~v, ~n et ~r de telle sorte qu’ils pointent vers la partie de R2 au dessus de la courbe C, et que ~v et ~r soient de norme 1. On rappelle que dans ces conditions les lois de l’optique géométrique se traduisent par la relation

~v · ~n = ~n · ~r.

Exprimer ~r en fonction de f ′(x0). 2. Calculer l’ordonnée (notée g(x0)) du point situé à l’intersection du rayon réfléchi et de l’axe des ordonnées. 3. Montrer que la fonction g est constante lorsque f(x) = 1

2 x2.

4. Est-ce encore vrai lorsque f(x) = 1− √ 1− x2 ? Que se passe-t-il lorsque

x0 → 0 ? 5. Donner l’interprétation physique des résultats obtenus aux questions 3 et 4.

15

5.3 Applications réciproques

Ex. 1 a. Montrer que arctan(x) + arctan( 1 x ) = π

2 sgn(x) pour tout x ∈ R∗.

b. Montrer que arccos(x) + arcsin(x) = π 2 pour tout x ∈ [−1, 1].

Ex. 2 Soient x ∈ R \ {π 2 + kπ, k ∈ Z} et n =

[

x π + 1

2

]

. Montrer que arctan(tan(x)) = x− nπ.

Ex. 3 (Extrait de l’examen de Janvier 2003) Calculer A = cos(arccos(1 3 ) +

arcsin(1 2 )), B = sin(arccos(1

4 ) + π

3 ), C = cos(1

2 arctan 1), D = arctan(tan 2).

5.4 Fonctions convexes

Ex. 1 Montrer que |ab| ≤ (a2 + b2)/2 pour tout a, b ∈ R, puis que a2 + ab+ b2 > 0 pour tout (a, b) 6= (0, 0). Montrer que |ab| ≤ εa2 + 1

4ε b2 pour tous

ε > 0, a, b ∈ R. Application : Montrer que pour tous x, y ∈ R,

1

3 x2 + x sin y − 3

4 cos2 y ≥ −3

4 ·

Ex. 2 Inégalité de Young : Soient p et p′ deux nombres dans [1,+∞[ et tels que 1/p+ 1/p′ = 1. Montrer, en utilisant la concavité du logarithme, que

ab ≤ a p

p +

bp ′

p′ ∀a, b ≥ 0.

Ex. 3 Montrer que ( √ x+

√ y)/

√ 2 ≤ √x+ y ≤ √x+√y pour tous x, y ≥ 0.

Ex. 4 Montrer

xp + yp ≤ (x+ y)p ≤ 2p−1(xp + yp) ∀x, y ≥ 0, ∀p ≥ 1.

16

Ex. 5 Prouver 2

π x ≤ sin x ≤ x ∀x ∈ [0, π

2 ].

Ex. 6 Soit f : I → R une fonction de classe C1 et telle que f ′ est convexe, et soit a ∈ I. On introduit la fonction taux d’accroissement en a

τa(x) =

f(x)− f(a) x− a si x ∈ I, x 6= a,

f ′(a) si x = a.

Montrer que

τa(x) =

∫ 1

0

f ′(a+ t(x− a)) dt ∀x ∈ I.

En déduire que τa est convexe sur I. Application : Vérifier que la fonction lnx

x−1 est concave sur ]0,+∞[.

Ex. 7 Soit f : [a, b] → R une application dérivable et convexe. Montrer que le maximum de f est atteint en a ou en b.

17

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome