Exercices sur les principes de géométrie algébrique, Exercices de Mathématiques Appliqués
Caroline_lez
Caroline_lez28 January 2014

Exercices sur les principes de géométrie algébrique, Exercices de Mathématiques Appliqués

PDF (92.7 KB)
1 page
446Numéro de visites
Description
Exercices de mathématiques sur les principes de géométrie algébrique. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: exercices, la suite exacte longue de cohomologie.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document

M2, Géométrie Algébrique I, Cours de Claire Voisin 2006-2007

Corrigé (très partiel !) du TD 2

Exercice 17

(1) On prend le recouvrement ouvert standard de P1 par U0 = {x0 6= 0} et U1 = {x1 6= 0} (x0, x1 sont des coordonnées homogènes xées sur P1). Donc si on pose x = x1/x0 on a U0 = Spec(k[x]) et U1 = Spec(k[ 1x ]). La résolution de ƒech du faisceau structural OPn est

0 −→ OPn −→ i0∗OU0 ⊕ i1∗OU1 −→ i01∗OU0∩U1 −→ 0

Pour calculer H1(P1k,OP1k) on prend les sections globales puis le 1er groupe de cohomologie du complexe obtenu. Comme les sections globales de OPn sont les constantes, on a

0 −→ k i−→ k[x]⊕ k[ 1 x

] d0−→ k[x, 1 x

] d1−→ 0

(qui n'est plus une suite exacte !). On a i(f) = (f, f), et d0(a(x), b( 1x)) = a(x)−b( 1 x). Donc H

1(P1k,OP1k) est le noyau de d1 modulo l'image de d0, et comme d0 est manifestement surjective, H1(P1k,OP1k) = 0.

(2) On utilise le fait que sur l'espace projectif on a O(1) ' O(H) pour n'importe quel hyperplan H. Donc OPnk (−1) est isomorphe au faisceau d'idéaux de H, et on a une suite exacte

0 → OPnk (−1) → OPnk → OH → 0

(on devrait noter i∗OH au lieu de H, où i : H → Pnk est l'immersion fermée, mais l'abus de notation est courant, comme on l'a vu notamment à l'exercice 3 du TD3). En tensorisant par O(`) pour ` ≥ 0, comme ce faisceau est (localement libre donc) plat, la suite reste exacte :

0 → OPnk (`− 1) → OPnk (`) → OH(`) → 0

Prenons la suite exacte longue de cohomologie :

0 → H0(Pnk ,OPnk (`− 1)) → H 0(Pnk ,OPnk (`)) → H

0(Pnk ,OH(`)) = H0(H,OH(`)) →

→ H1(Pnk ,OPnk (`− 1)) → H 1(Pnk ,OPnk (`)) → H

1(Pnk ,OH(`)) = H1(H,OH(`)) → . . .

On sait que H0(Pnk ,OPnk (`)) → H 0(H,OH(`)) est surjective (l'énoncé nous l'a rappelé). De plus, dans

l'exercice on a en fait n = 1, et sur P1, un hyperplan est juste un point ! Donc les faisceaux sur H n'ont pas de cohomologie en degré ≥ 1, d'où H1(H,OH(`)) = 0. Ainsi la suite exacte donne unisomorphisme H1(Pnk ,OPnk (`− 1)) ' H

1(Pnk ,OPnk (`)). Si on suppose par récurrence que H 1(Pnk ,OPnk (`− 1)) = 0 (on a

montré le cas `− 1 = 1 dans la première question) alors on obtient H1(Pnk ,OPnk (`)) = 0.

docsity.com

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome