Exercitation – algèbre – 1 correction, Exercices de Algèbre linéaire. Université Bordeaux I
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Exercitation – algèbre – 1 correction, Exercices de Algèbre linéaire. Université Bordeaux I

PDF (74.8 KB)
4 pages
180Numéro de visites
Description
Correction de l'exercitation – algèbre – 1. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la courbe représentative de la fonction f dans ³ un repère orthonormal, la limite de f.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
AmeriqueduSudSnov.2004.dvi

[ Baccalauréat S Amérique du Sud novembre 2004 \

EXERCICE 1 7 points

Soit f la fonction définie sur [0 ; +∞[ par

f (x)= xe−x .

On note Γ la courbe représentative de la fonction f dans un repère orthonormal( O,

−→ ı ,

−→

) (unité graphique : 10 cm).

Partie A

1. a. Déterminer la limite de f en +∞.

b. Étudier les variations de f et dresser son tableau de variations.

c. Construire Γ dans le repère ( O,

−→ ı ,

−→

) .

2. a. Montrer que, pour tout réelm de

] 0 ;

1

e

[ , l’équation f (x)=m admet deux

solutions.

b. Dans le cas oùm = 1

4 , on nomme α et β les solutions (avec α<β).

Déterminer un encadrement d’amplitude 10−2 de α.

c. Résoudre l’équation f (x)=m dans le cas oùm = 0 etm = 1

e .

Partie B

1. On considère la suite (un ) définie surN par

{ u0 = α

un+1 = une−un , pour tout entier naturel n

α est le réel défini à la question A. 2. b.

a. Montrer par récurrence que, pour tout entier naturel n, un > 0.

b. Montrer que la suite (un ) est décroissante.

c. La suite (un ) est-elle convergente ? Si oui, déterminer sa limite.

2. On considère la suite (wn) définie surN par wn = lnun .

a. Montrer que, pour tout n entier naturel, on a un =wn wn+1.

b. On pose Sn =u0+u1+·· ·+un .

Montrer que Sn =w0−wn+1.

c. En déduire lim n→+∞

Sn .

3. On considère la suite (vn) définie sur N par son premier terme v0 (v0 > 0) et, pour tout entier naturel n, vn+1 = vne−vn .

Existe-t-il une valeur de v0 différente de α telle que, pour tout n Ê 1, on ait un = vn ?

Si oui, préciser laquelle.

EXERCICE 2 3 points

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

0

1

2

0 1 2 3

A

B

O

On a représenté ci-dessus, dans un repère orthonormal ( O,

−→ ı ,

−→

) , la courbe repré-

sentative de la fonction f dérivable sur R, solution de l’équation différentielle

(E) : y ′+ y = 0 et telle que f (0)= e.

1. Déterminer f (x) pour tout x réel.

2. Soit t un réel donné de l’intervalle [1 ; e].

Résoudre dans R l’équation e1−x = t d’inconnue x.

3. Soit A le point d’abscisse 0 et B le point d’abscisse 1 de la courbe.

On considère le solide obtenu par rotation autour de l’axe des ordonnées de l’arc de courbe •AB comme représenté ci-dessous. On note V son volume.

On admet que V =π ∫e

1 (1− ln t)2 dt .

Calculer V à l’aide de deux intégrations par parties successives.

1

2

1−1−2

EXERCICE 3 5 points

Amérique du Sud 2 novembre 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

On note pA(B) la probabilité conditionnelle de l’évènement B sachant que l’évène- ment A est réalisé.

Une urne contient 4 boules rouges et 2 boules noires indiscernables au toucher.

1. On effectue au hasard un tirage sans remise de deux boules de l’urne.

On note A0 l’évènement ; « on n’a obtenu aucune boule noire » ;

On note A1 l’évènement : « on a obtenu une seule boule noire » ;

On note A2 l’évènement : « on a obtenu deux boules noires ».

Calculer les probabilités de A0, A1 et A2.

2. Après ce premier tirage, il reste donc 4 boules dans l’urne.

On effectue à nouveau au hasard un tirage sans remise de deux boules de l’urne.

On note B0 l’évènement : « on n’a obtenu aucune boule noire au tirage no 2 »

On note B1 l’évènement : « on a obtenu une seule boule noire au tirage no 2 »

On note B2 l’évènement : « on a obtenu deux boules noires au tirage no 2 »

a. Calculer pA0 (B0), pA1(B0) et pA2(B0).

b. En déduire p(B0).

c. Calculer p(B1) et p(B2).

d. On a obtenu une seule boule noire lors de ce second tirage. Quelle est la probabilité d’avoir obtenu une seule boule noire lors du premier ?

3. On considère l’évènement R : « il a fallu exactement les deux tirages pour que les deux boules noires soient extraites de l’une ».

Montrer que p(R)= 1

3 .

EXERCICE 4 5 points

Partie A

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct ( O,

−→ u ,

−→ v

) .

Pour réaliser la figure, on prendra pour unité graphique 1 cm. Soit P le point d’affixe p p = 10 et Γ le cercle de diamètre [OP]. On désigne parΩ le centre de Γ. Soit A, B, C les points d’affixes respectives a, b et c, où a = 5+5i, b = 1+3i et c = 8−4i.

1. Montrer que A, B et C sont des points du cercle Γ.

2. Soit D le point d’affixe 2 + 2i.

Montrer que D est le projeté orthogonal de O sur la droite (BC).

Partie B

À tout point M du plan différent de O, d’affixe z, on associe le pointM ′ d’affixe z ′ tel que

z ′ = 20

z z désigne le nombre conjugué de z.

1. Montrer que les points O,M et M ′ sont alignés.

2. Soit ∆ la droite d’équation x = 2 etM un point de ∆ d’affixe z.

On se propose de définir géométriquement le point M ′ associé au point M .

a. Vérifier que z+ z = 4.

b. Exprimer z ′+ z ′ en fonction de z et z et en déduire que 5 ( z ′+ z

) = z z ′.

c. En déduire que M ′ appartient à l’intersection de la droite (OM) et du cercle Γ.

Placer M ′ sur la figure.

Amérique du Sud 3 novembre 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

EXERCICE 4 5 points

Exercice de spécialité

Soit A0 et B0 deux points du plan orienté tels que A0B0 = 8. On prendra le centimètre pour unité.

Soit S la similitude de centre A0, de rapport 1

2 et d’angle

3π

4 .

On définit une suite de points (Bn) de la façon suivante :

pour tout entier naturel n, Bn+1 = S(Bn ).

1. Construire B1, B2, B3 et B4.

2. Montrer que, pour tout entier natureln, les triangles A0BnBn+1 et A0Bn+1Bn+2 sont semblables.

3. On définit la suite (ln) par : pour tout entier naturel n, ln =BnBn+1.

a. Montrer que la suite (ln) est une suite géométrique et préciser sa raison.

b. Exprimer ln en fonction de n et de l0.

c. On pose Σn = l0+ l1+·· ·+ ln .

Déterminer la limite de Σn lorsque n tend vers +∞.

4. a. Résoudre l’équation 3x−4y = 2 où x et y sont deux entiers relatifs.

b. Soit ∆ la droite perpendiculaire en A0 à la droite (A0B0).

Pour quelles valeurs de l’entier naturel n, Bn appartient-il à ∆ ?

Amérique du Sud 4 novembre 2004

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome