Exercitation – algèbre – 12 correction, Exercices de Algèbre linéaire
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Exercitation – algèbre – 12 correction, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (69.2 KB)
5 pages
67Numéro de visites
Description
Correction de l'exercitation – algèbre – 12. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: les milieux respectifs des segments, Les coordonnées de L
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 5
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
CorrectionNlleCaledoSdec2004.dvi

[ Correction du baccalauréat S Nouvelle–Calédonie \ novembre 2004

EXERCICE 1 5 points

Commun à tous les candidats

z ′ = z2−4z.

1. a. Soit zA = 1− i ; alors zA′ = (1− i)2−4(1− i)= 1−1−2i−4+4i=−4+2i. zB = 3+ i ; alors zB′ = (3+ i)2−4(3+ i)= 9−1+6i−12−4i =−4+2i= zA′ .

b. Supposons que z1 et z2 aient la même image par f , alors :

z21 − 4z1 = z 2 2 − 4z2 ⇐⇒ z

2 1 − z

2 2 − 4z1 + 4z2 = 0 ⇐⇒ (z1+Z2) (z1− z2)−

4(z1− z2)= 0 ⇐⇒ (z1− z2) [z1+ z2−4]= 0 ⇐⇒ {

z1− z2 = 0 z1+ z2−4 = 0

⇐⇒ {

z1 = z2 z1+ z2 = 4

Conclusion : si deux points ont la même image :

— ou ils sont égaux ;

— ou ils sont symétriques autour du point d’affixe 2 (car z1+ z2

2 = 2).

2. Soit I le point d’affixe −3. a. OMIM ′ est un parallélogramme si et seulement si ses diagonales [OI] et

[M M ′] ont le même milieu soit si − 3

2 =

z + z

2 ⇐⇒

−3= z + z ′ ⇐⇒ −3= z + z2 −4z ⇐⇒ z2−3z +3= 0.

b. z2−3z+3= 0 ⇐⇒ (

z − 3

2

)2

− 9

4 +3= 0 ⇐⇒

(

z − 3

2

)2

+ 3

4 = 0 ⇐⇒

(

z − 3

2

)2

− (

i p 3

2

)2

= 0.

D’où les deux solutions : z1 = 3

2 + i p 3

2 et z2 =

3

2 − i p 3

2 .

3. a. (z ′+4)= z2−4z +4= (z −2)2. De cette égalité il découle : — en égalant les modules |z ′+4| =

∣(z −2)2 ∣

∣= |z −2|2, — en égalant les arguments arg(z ′+4)= arg

[

(z −2)2 ]

= 2arg(z −2). b. On considère les points J et K d’affixes respectives zJ = 2 et zK =−4.

Si un point M appartient cercle (C ) de centre J et de rayon 2, alors |z−2| = 2 ; d’après la question précédente son image M ′ a une affixe z ′ telle que |z ′+4| = |z−2|2 = 22 = 4 : ceci signifie que M ′ appartient au cercle (C ′) de centre K et de rayon 4.

c. zE =−4−3i. Donc (zE+4)=−4−3i+4=−3i= 3eiπ×ei π

2 = 3e−i π

2 .

D’après la question 3. a. il résulte que arg(z −2)=− π

4 .

De (z ′+4)= (z−2)2 il découle que ou z−2= p 3e−

π

4 ou z−2=− p 3e−

π

4 , soit

2+ p 3e−

π

4 ou 2− p 3e−

π

4 ou encore z1 = 2+ p 6

2 −i

p 6

2 ou z2 = 2−

p 6

2 +i

p 6

2 .

EXERCICE 2 5 points

Commun à tous les candidats

On appelle I et J les milieux respectifs des segments [EF] et [ FG].

L est le barycentre de {(A, 1) ; (B, 3)}.

Soit (π) le plan d’équation 4x −4y +3z −3 = 0.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1. Par définition de L, −→ LA +

−→ LB =

−→ 0 ⇐⇒

−→ AL =

3

4

−−→ AB . Les coordonnées de L sont :

(

3

4 ; 0 ; 0

)

. Réponse : b.

2. Le point L appartient de façon évidente à (π)Le plan (π) ; le point G(1 ; 1 ; 1)

aussi (4−4+3−3 = 0) ; le point E(0 ; 0 ; 1) aussi ; mais pas le point J (

1 ; 1

2 ; 1

)

(car 4−2+3−3= 0 est fausse) ; enfin A n’appartient pas au plan (π). Conclu- sion (π) est le plan (GLE). Réponse : a.

3. Un plan parallèle à (π) a une équation de la forme : 4x − 4y + 3z + d = 0 ; I (

1 2 ; 0 ; 1

)

∈ (π) ⇐⇒ 2−0+3+d = 0 ⇐⇒ d =−5. La droite (FB) a pour équations : x = 1 et y = 0 ; en reportant dans l’équa- tion du plan on obtient 4+ 3z − 5 = 0 ⇐⇒ z = 1

3 . Le point M a donc pour

coordonnées

(

1 ; 0 ; 1

3

)

. Réponse : c.

4. On a −→ EL

(

3 4 ; 0 ; −1

)

qui est colinéaire au vecteur (3 ; 0 ; −4). Une équation de

la droite (EL) est donc :

x = 3t y = 0 z = 1−4t

t ∈ R. Un système d’équations de

la droite (FB) est x = 1 et y = 0. En remplaçant dans les équations de (EL), on obtient 1= 3t ⇐⇒ t =

1

3 et finalement les coordonnées deN sont

(

1 ; 0 ; − 1 3

)

qui est bien le symétrique deM autour de B.

On a −−→ IM

(

1 2 ; 0 ; − 2

3

)

qui est colinéaire au vecteur (3 ; 0 ; −4) donc au vecteur −−→ IM .

Réponses : a. et b.

5. On prend comme base du tétraèdre FIJM le triangle rectangle FIM, avec FI

= 1

2 , FM=

2

3 et comme hauteur FJ =

1

2 :

Le volume est donc égal à 1

3

(

1 2 ×

2 3

2

)

× 1

2 =

1

36 .

Réponse : a.

EXERCICE 3 5 points

Commun à tous les candidats

f (x)= x

ex x .

Partie A

Soit g la fonction définie sur R par g (x)= ex x −1.

1. g somme de fonctions dérivables sur R est dérivable et

g ′(x) = ex −1. Comme e0 = 1, ex > 1, si x > 0 on en déduit le signe de g ′(x) donc les variations de g Etudier les variations de la fonction g sur R.

g est décroissante de +∞ à 0 sur ]−∞ ; 0] ; — g (0)= 0 ; — g est croissante sur [0 ; +∞[ g a donc un minimum 0 pour x = 0. Conclusion : Quel que doit x ∈R, g (x)> 0.

2. De la question précédente il résulte que ex x −1> 0 ⇐⇒ (ex x)> 1> 0.

Partie B

Nouvelle–Calédonie 2 novembre 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1. a. — Pour x 6= 0, f (x)= 1

ex

x −1 .

Comme lim x→+∞

ex

x =+∞, lim

x→+∞ f (x)= 0.

— Comme lim x→−∞

ex = 0, lim x→−∞

f (x)=−1.

b. Les résultats précédentsmontrent que l’axe des abscisses est asymptote à

(C ) au voisinage de +∞ et que la droite d’équation y =−1 est asymptote à (C ) au voisinage de −∞.

2. a. D’après A. 2. le dénominateur de f n’est pas nul : f est donc dérivable et

f ′(x)= ex x xex + x

(ex x)2 =

ex (1− x) (ex x)2

.

Comme ex et ex x sont supérieurs à zéro, le signe de f ′(x) est celui de 1− x.

b. Si x < 1, f ′(x)> 0 et f est croissante ; Si x > 1, f ′(x)< 0 et f est décroissante.

x −∞ 1 +∞

−1

1 e−1

0

f (x)

0

0

f ′(x) + −0

3. a. On a f ′(0)= 1 et f (0)= 0. M(x ; y) ∈ (T) ⇐⇒ y f (0)= f ′(0)(x −0) ⇐⇒ y = x.

b. La courbe (C ) est au dessus de la droite (T) ⇐⇒ x

ex x > x ⇐⇒ x >

x (ex x) ⇐⇒ x (ex x −1) < 0 ⇐⇒ x < 0, car on a vu à la question A. 1. que ex x −1> 0. On obtient de manière analogue que la courbe (C ) est au dessous de la

droite (T) si x > 0. 4.

4−4-6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6

-2

-1

0

1

2

EXERCICE 3 5 points

Exercice de spécialité

Dans cet exercice, a et b désignent des entiers strictement positifs.

Nouvelle–Calédonie 3 novembre 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1. a. Supposons qu’il existe un diviseur commun d à a et à b. Il existe donc a

et b′ tels que a = d a′ et b = db′. L’égalité au+bv = 1 peut s’écrire d au+dbv = 1 ⇐⇒ d(au+bv)= 1. Ceci montre que d divise 1, donc d = 1, ce qui montre que a et b sont premiers entre eux.

b. (a2+abb2)2 = 1 peut s’écrire a×a+b(ab)= 1. Avec u = a et v = ba, ceci montre d’après le cours que a et b sont premiers entre eux.

2. a. Lorsque a = b, l’égalité s’écrit (

a2+a2−a2 )2 = 1 ⇐⇒ a4 = 1 ⇐⇒ a = 1.

b. On vient de voir que (1 ; 1) est un couple solution.

Si a = 2, b = 3, alors (4+6−9)2 = 12 = 1, donc (2 ; 3) est un couple solution. Si a = 5,b = 8, alors (25+ 40− 64)2 = 12 = 1, donc (5 ; 8) est un couple solution..

c. (a ; b) est solution donc (a2+abb2)2 = 1 et si a < b ⇐⇒ ab < 0 , alors a2−b2 = (a +b)(a b)< 0 car a +b somme de deux positifs est positif.

3. a. Si (x ; y) est une solution avec x y 6= 1 alors (

x2+ x y y2 )2 = 1 ⇐⇒ x4+

x2y2+ y4+2x3y −2x2y2−2x y3 = 1. Calculons

[

(y x)2+ x(y x)− x2 ]2 =

(

y2+ x2−2x y + x y x2 − x2 )2 =

(

y2− x2− x y )2 = y4+ x2y2+ x4−2x y3−2x2y2+ x3y = 1 (d’après l’égalité

ci-dessus.

Demêmecalculons (

y2+ y(y + x)− (y + x)2 )2 =

(

y2+ x y x2−2x y )2 =

(

y2− x2− x y )2

que l’on vient de calculer et qui est égal à 1.

Si (x ; y est un couple solution, alors (y x ; x) et (y ; y + x) en sont deux autres

b. De de 2. b. et 3. a. on en déduit que le couple (2 ; 3) fournit les couples

(1 ; 2) et (3 ; 5) et que le couple solution (5 ; 8) donne les couples (3 ; 5)

(déjà trouvé) et (8 ; 13) solutions.

4. Démonstration par récurrence :

— Initialisation : le couple (a0 ; a1)= (1 ; 1) est solution ; — Hérédité : supposons que le couple de rang n, (an ; an+1) soit solution.

De la question 3. a. il résulte que le couple (an+1 ; an+1+an)= (an+1 ; an+2) est aussi solution.

Onadoncdémontré par récurrence quepour toutn > 0, les couples (an ; an+1) sont des couples solutions.

D’après la question 1. b. les nombres an et an+1 sont premiers entre eux.

Les premiers nombres de la suite (de Fibonacci) sont 1 ; 1 ; 2 ; 3 ; 5 ; 8 13 ; 21 ;

. . . : deux termes consécutifs sont premiers entre eux.

EXERCICE 4 5 points

Pour les candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

On considère les deux suites (un) et (vn) définies, pour tout entier naturel n, par :

{

u0 = 3 un+1 =

un + vn 2

{

v0 = 4 vn+1 =

un+1+ vn 2

1. u1 = 3+4 2

= 7

2 , v1 =

7 2 +4 2

= 15

4 , u2 =

7 2 + 15

4

2 =

29

8 et v2 =

f r ac298+ 15 4

2 =

59

16 .

2. Soit la suite wn = vn un .

Nouvelle–Calédonie 4 novembre 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

a. Calculons wn+1 = vn+1−un+1 = un+1+ vn

2 =

un+1+ vn −2un+1 2

= vn un+1

2 =

vn un + vn

2 2

= vn un

4 =

1

4 wn .

La suite (wn) est donc une suite géométrique de raison 1

4 .

b. On sait que wn = w0× (

1

4

)n

; or w0 = 4−3= 1.

Donc wn = 1

4n .

Comme la raison 1

4 est comprise entre 0 et 1, on sait que lim

n→+∞ 1

4n = 0+.

3. On a un+1−un = vn un

2 =

wn

2 > 0, car la suite (wn) est positive.

La suite (un ) est donc croissante.

Demême vn+1−vn = un+1+ vn

2 −vn =

un + vn 2

vn

2 =

un vn 4

=− 1

4 (vn un )=

− 1

4 wn < 0.

La suite (vn) est donc décroissante.

D’autre part la différence vn un égale à wn a pour limite 0. Les deux suites (un ) et (vn) sont donc adjacentes. Elles ont donc la même

limite .

4. Soit tn = un +2vn

3 .

a. Ona tn+1 = un+1+2vn+1

3 =

un+vn 2 +un+1+ vn

3 =

un + vn +2vn +un + vn 6

= 2un +4vn

6 =

un +2vn 3

= tn .

La suite (un ) est donc constante et tn = t0 u0+2v0

3 =

11

3 .

b. De tn = un +2vn

3 , on déduit que lim

n→+∞ tn =

11

3 = lim

n→+∞ un +2vn

3 = .

Conclusion : lim n→+∞

un = lim n→+∞

vn = 11

3 .

Nouvelle–Calédonie 5 novembre 2004

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome