Exercitation – algèbre – 15 correction, Exercices de Algèbre linéaire
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Exercitation – algèbre – 15 correction, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (102.5 KB)
4 pages
157Numéro de visites
Description
Correction de l'exercitation – algèbre – 15. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Limites aux bornes, Les fonctions, L’unité de volume.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
CorrigeAntillesSsept2004.dvi

[ Baccalauréat S Antilles–Guyane septembre 2004 \

EXERCICE 1 5 points

Partie A

1. On a f (x) = e2× x

ex ; f est donc le quotient de deux fonctions dérivables (la

seconde ne s’annulant pas) : elle est donc dérivable sur [0 ; +∞[. f ′(x) = e−x+2− xe−x+2 = (1− x)e−x+2 qui est du signe de 1− x car e−x+2 > 0 quel que soit x ∈R. D’où le tableau de variations :

x 0 1 +∞ f ′(x) + 0 −

f (x)

0

e

0

Limites aux bornes : f (x)= e2× x

ex .

On sait que lim x→+∞

ex

x = +∞, donc lim

x→+∞ x

ex = 0. Conclusion : lim

x→+∞ f (x) =

0. L’axe des abscisses est donc asymptote à la courbe représentative de f au

voisinage de plus l’infini.

D’autre part f (0)= 0×e2 = 0 et f (1)= e1 = e. 2. a. Sur la calculatrice l’examen des deux courbes permet de conjecturer à

l’unicité de la solution de l’équation f (x)= lnx sur l’intervalle [1 ; +∞[.

0

1

2

−1

−2

1 2 3 4 5 6 7

L

C f

b. Si g (x) = lnx f (x) différence de deux fonctions dérivables sur [1 ; +∞[ est dérivable sur cet intervalle et g ′(x) =

1

x − (1− x)e−x+2. Or d’après la

question 1., f ′(x)= (1− x)e−x+2 6 0 sur [1 ; +∞[, donc −(1− x)e−x+2 > 0

et comme 1

x > 0, g ′(x)> 0 sur [1 ; +∞[.

La fonction g continue est donc croissante sur [1 ; +∞[. De plus g (1)=− f (1)=−e< 0 et lim

x→+∞ g (x)=+∞.

Il existe donc un réel unique α> 1 tel que g (α)= 0 ⇐⇒ lnα= f (α). c. La calculatrice permet d’appréhender α aumillième : α≈ 3,005.

Partie B

1. On intègre par parties avec : {

u(x)= x2 v ′(x)= e−2x

u′(x)= 2x v(x)=− 1

2 e−2x

Baccalauréat S

Les fonctions u et v sont dérivables et les fonctions u′ et v ′ sont continues sur l’intervalle d’intégration.

Donc I = [

x2× 1

2 e−2x

]3

0

+ ∫3

0 xe−2x dx.

On intègre cette dernière intégrale à nouveau par parties : {

u(x)= x v ′(x)= e−2x

u′(x)= 1 v(x)=− 1

2 e−2x

,

les fonctions u et v étant dérivables et les fonctions u′ et v ′ étant continues sur l’intervalle d’intégration.

On obtient finalement I= [

x2× 1

2 e−2x

]3

0

− [

x 1

2 e−2x

]3

0

− 1

2

[

e−2x ]3

0 =− 9

2 e−6−

3

2 e−6−

1

4 e−6+

1

4 =

1

4 − 25

4 e−6.

2. a. On a V = ∫3

0 π[ f (x)]2 dx =

∫3

0 πx2e−2x+4 dx = πe4

∫3

0 x2e−2x dx = πe4× I

(en unités de volume).

b. L’unité de volume est égale à 43 = 64 (

cm3 )

. D’où - V = πe4 (

1

4 − 25

4 e−6

)

×

64= 16πe4−400πe−2 ≈ 2574 (

cm3 )

.

EXERCICE 2 5 points

1. a. ABC′ est un triangle équilatéral. [BC′] est l’image de [BC] dans la rotation

de centre B et d’angle π

3 s’écrit en notation complexe : c ′−b = ei

π

3 (a b).

b. On obtient de même avec les deux autres triangles équilatéraux :

b′−a = ei π

3 (c a) et a′−c = ei π

3 (b c). En ajoutant membre à membre les trois égalités précédentes :

c ′−b+b′−a+a′−c = ei π

3 (ab+ca+bc) ⇐⇒ a′+b′+c ′−(a+b+c)= ei

π

3 ×0 ⇐⇒ a′+b′+c ′− (a +b +c)= 0 ⇐⇒ a′+b′+c ′ = a +b +c. 2. Les points P, Q et R sont les centres de gravité ou les isobarycentres des som-

mets respectifs des trois triangles équilatéraux ; donc :

p = b +c +a

3 , q =

c +a +b

3 , r =

a +b +c

3 soit en sommant : p + q + r =

b +c +a′+c +a +b′+a +b +c

3 =

b +c +c +a +a +b +a +b +c 3

= 3(a +b +c)

3 = a +b +c.

3. On a donc a + b + c = a′ + b′+ c ′ = p + q + r ⇐⇒ a +b +c

3 =

a′+b′+c

3 =

p +q +q 3

. Cette double égalité se traduit géométriquement par : les triangles

ABC, A′B′C′, PQR ont le même centre de gravité.

4. D’après la question 2. 3p = b +c +a′ et 3q = c +a +b′ soit par différence 3(qp)= c+a+b′−bca′ = (b′−c)+(ca′)+(ab). Demême 3(r p)= (a c)+ (b a′)+ (c ′−b).

5. A est l’image de C′ dans la rotation de centre C et d’angle π3 , se traduit par

a c = ei π

3 (b′− c). De même B est l’image de C dans la rotation de centre A′, soit b′−a = ei

π

3 (c a′) et d’après la question 1. a. c ′−b = ei π

3 (a b). 6. On a admis à la question 4. que 3(r p) = (a c)+ (b a′)+ (c ′ − b). Soit

d’après la question précédente : 3(r p) = ei π

3 [

(b′−c)+ (c a′)+ (a b) ]

= 3ei

π

3 (q p), ce qui signifie que R est l’image du point Q dans la rotation de centre P et d’angle π3 , soit PQR est un triangle équilatéral.

Antilles–Guyane 2 septembre 2004

Baccalauréat S

EXERCICE 3 (OBLIGATOIRE) 5 points

1. a. On a zE′ = −1 e−i

π

3

= (−1)×ei π

3 = eiπ×ei π

3 = ei 4π 3 = e−i

2π 3 (écriture exponen-

tielle).

zE′ =− 1

2 − i

p 3

2 . (écriture algébrique).

b. M(z) ∈ C1 ⇐⇒ z = eiθ. Donc l’image M ′de M a une affixe z ′ = −1 e−iθ

=

(−1)× eiθ = eiπ × eiθ = ei(θ+π). Le point M ′est donc le symétrique de M autour de O et l’image de C1 est donc C1.

2. a. zK′ = −1

2e−i 5π 6

= (−1)× 1

2 ei

5π 6 =

1

2 eiπ×ei

5π 6 =

1

2 ei

11π 6 =

1

2 e−i

π

6 = 1

2

(p 3

2 − i

1

2

)

= p 3

4 − i

1

4 .

b. M(z) ∈ C2 ⇐⇒ z = 2eiθ (avec 0 6 θ < 2π). Donc son image M ′ a une image d’affixe z ′ =

−1 2e−iθ

= (−1)× 1

2 eiθ =

1

2 eiπ×eiθ =

1

2 ei(π+θ). Ceci signifie

que M ′ appartient au cercle C ′2 de centre O et de rayon 1

2 .

3. a. Avec z = 1+eiθ , on a z ′ = −1 z

, donc z ′+1= −1 z

+1= z −1

z .

En prenant les modules, on obtient :

• ∣

z ′+1 ∣

∣= ∣

z −1 z

= ∣

z −1 ∣

z

= ∣

∣eiθ

z

= 1 ∣

z

. D’autre part

z ′ = −1 z

entraîne que |z ′| = ∣

−1 z

= |−1| ∣

z

= 1 ∣

z

soit la même expression

qu’au dessus.

On a donc bien ∣

z ′+1 ∣

∣= ∣

z ′ ∣

∣.

b. Si un pointM a pour affixe 1+ eiθ , son imageM ′ a une affixe z ′ telle que d’après le résultat du a.

z ′+1 ∣

∣ = ∣

z ′ ∣

∣ ⇐⇒ ∣

z ′− (−1) ∣

∣ = ∣

z ′−0 ∣

∣ qui se tra-

duit géométriquement par : M ′B = M ′O qui signifie que le point M ′ ap- partient à la médiatrice de [OB].

EXERCICE 3 (SPÉCIALITÉ) 5 points

1. Réponse : vraie. 

4002 = 2004×1+1998 2004 = 1998×1+6 1998 = 6×336+0

. Le dernier reste non nul est bien 6

2. Réponse : vraie. 2pq −1= (2p )q −1=

(

2q )p −1 et ce nombre est divisible par 2p −1 et par 2q −1

(car am −1 est divisible par a −1). 3. Réponse : fausse.

Contre-exemple : 26−1= 63 est divisible par 9. 4. Réponse : fausse.

24× (70k −144)+36(99−24k) = 108+816k 6= 9. En fait on trouve que 24×(−16)+35×11= 1 et par suite que les solutions sont tous les couples (35k −144 ; 99−24k) où k ∈Z.

5. Réponse : fausse.

Soit M unpoint duplan ; son imageM1 par f vérifie −−−→ AM1 = 3

−−→ AM . Puis l’imageM

de M1 par g vérifie −−−→ BM ′ =

1

3

−−−→ BM1 . Or

−−−−→ M M ′ =−−→MA +−→AB +

−−−→ BM ′ =−−→MA +−→AB +

1

3

−−−→ BM1 =

−−→ MA +−−→AB +

1

3

(−−→ BA +−−−→AM1

)

=−−→MA +−−→AB + 1

3

−−→ BA

1

3 ×3−−→AM =

2

3

−−→ AB

Antilles–Guyane 3 septembre 2004

Baccalauréat S

6. Réponse : vraie.

Les points invariants vérifient z = iz + (1− i) soit avec z = x + iy, x + iy =

i(x − iy)+ (1− i) ⇐⇒ {

x = y +1 y = x −1 ⇐⇒

{

x y −1 = 0 x y −1 = 0 qui est bien

l’équation d’une droite.

EXERCICE 4 5 points

1. Avec l’évènement M : « être malade » et T l’évènement : « être positif au test », en dressant un arbre de probabilités pondérées, on obtient :

p(T= p(M∩T)+p (

M∩T )

= 0,003×0,5+0,03×0,997.

On a donc pT(M) = p(M∩T)

p(T) =

0,003×0,5 0,003×0,5+0,03×0,997

≈ 0,0468 ≈ 0,05.

(réponse 4)

2. La boule subit une épreuve de Bernouilli avec n = 3 et p = 0,3 (ou 0,7). On a p (R1)= 0,33 ; p (R2)= 3×0,32×0,7 p (R3)= 3×0,72×0,3 p (R4)= 0,73. On obtient puisque les issues sont disjointes : p1 = p (R1)+p (R3) = 0,468 et p2 = p (R2)+p (R4)= 0,532. (réponse 3)

3. On calcule :

d2 = (0,093−0,1)2 + (0,116−0,1)2 + (0,102−0,1)2 + (0,102−0,1)2 + (0,094− 0,1)2+ (0,094−0,1)2+0,097−0,1)2+ (0,095−0,1)2+0,101−0,1)2+ (0,106− 0,1)2 = 0,000456. On a 0,000456 < 0,00145 soit d2 < d9, donc il accepte cette hypothèse avec un risque de 10% de la rejeter.

Antilles–Guyane 4 septembre 2004

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome