Exercitation – algèbre – 16 correction, Exercices de Algèbre linéaire
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Exercitation – algèbre – 16 correction, Exercices de Algèbre linéaire

PDF (51.4 KB)
4 pages
70Numéro de visites
Description
Correction de l'exercitation – algèbre – 16. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Les couples, les solutions imaginaires conjuguées.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
CorrigeFranceSsept2004.dvi

Durée : 4 heures

Baccalauréat S Métropole septembre 2004

EXERCICE 1 4 points

Commun à tous les candidats

1. a. g (x)= 1

x (

x2−1 ) =

a

x +

b

x +1 +

c

x −1 =

a(x +1)(x −1)+bx(x −1)+cx(x +1) x(x +1)(x −1

=

(a +b +c)x2+ (c b)x a x(x +1)(x −1

. En identifiant les deux écritures on obtient :

a +b +c = 0 −b +c = 0 −a = 1

⇐⇒

b +c = 1 −b +c = 0 a = −1

⇐⇒

b = 12 c = 12 a = −1

Finalement g (x)= −1 x

+ 1

2(x +1) +

1

2(x −1) .

b. Une primitive G de g sur ]1 ; +∞[, donc pour x > 1 > 0 > −1 est G(x) =

− lnx + 1

2 ln(x +1)+

1

2 ln(x −1)=− lnx +

1

2 ln (

x2−1 )

= ln p

x2−1 x

.

2. Posons u(x) = x2−1, alors u′(x) = 2x, donc une primitive de 2x

(

x2−1 )2

= u

u2

est u−1

−1 =

−1 x2−1

.

3. Posons :

u(x)= lnx v ′(x)= 2x

(

x2−1 )2

u′(x)= 1

x v(x)=

−1 x2−1

.

Les fonctions étant dérivables et les dérivées continues on peut intégrer par parties :

I = [− lnx

x2−1

]3

2 + ∫3

2

1

x (

x2−1 ) =

[

ln

p x2−1

x

− lnx x2−1

]3

2

= ln (p

8

3

)

− ln3

8 − ln

(p 3

2

)

+ ln2

3 =

3

2 ln2− ln3−

ln3

8 − ln3

2 + ln2+

ln2

3 = (

1+ 3

2 + 1

3

)

ln2− (

1+ 1

8 + 1

2

)

ln3=

17

6 ln2−

13

8 ln3.

EXERCICE 2 6 points

Commun à tous les candidats

1. Tous les nombres étant supérieurs à zéro : x y = y x ⇐⇒ ln(x y )= ln (

y x )

⇐⇒

y lnx = x ln y ⇐⇒ lnx

x =

ln y

y .

2. a. On sait que lim x→+∞

lnx

x = 0.

En 0, h(x)= lnx × 1

x ; de lim

x→0+ lnx =−∞ et lim

x→0+

1

x =+∞, il en résulte par

produit des limites que lim x→0+

h(x)=−∞.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

b. On calcule la dérivée du quotient de deux fonctions dérivables :

h′(x) =

1

x × x − lnx

x2 =

1− lnx x2

. Le signe de la dérivée est celui de 1− lnx. Or 1−lnx = 0 ⇐⇒ x = e. La dérivée est donc positive sur l’intervalle ]0 ; e] (donc h est croissante sur cet intervalle) et négative sur [e ; +∞[ (donc h est décroissante sur cet intervalle).

L’extremumest obtenu lorsque la dérivée s’annule en changeant de signe ;

ici on a un maximum pour x = e qui est égal à f (e)= lne

e =

1

e .

c. On a h(x)= 0 ⇐⇒ lnx = 0 ⇐⇒ x = 1 3. D’après la questionprécédente la fonctionh estmonotone, strictement crois-

sante, continue sur ]1 ; e[ à valeurs dans

]

0 ; 1

e

[

: λ appartenant à cet inter-

valle il existe donc un réel unique a ∈]1 ; e[ tel que f (a)=λ. De même, h est monotone, strictement décroissante, continue sur ]e ; +∞[ à valeurs dans

]

0 ; 1

e

[

: λ appartenant à cet intervalle, il existe un réel unique

b de ]e ; +∞[ tel que f (b)=λ.

On a donc trouvé lna

a =

lnb

b =λ.

4. a. Si s(a)= b, quand a vers 1, λ tend vers zéro et b tend vers plus l’infini.

b. Si a tend vers e (avec a < e), alors λ tend vers 1

e et b tend vers e

(avec e < b). c. Si a croît, alors b décroît : la fonction s est décroissante.

5. Les seuls entiers de l’intervalle [1 ; e] sont 1 et 2. 1 ne donne pas de solution et 2 donne le couple (2 ; 4). On vérifie que 24 = 42 = 16. C’est le seul couple d’entiers qui commutent.

Les couples (2 ; 4) et (4 ; 2) sont les seuls couples solutions.

EXERCICE 3 5 points

Commun à tous les candidats

Partie A

- Soit A l’évènement : « être une particule du type A » ; p(A) = 0,75. - Soit B l’évènement : « être une particule du type B » ; p(B) = 0,25.

On a pA(K1)= 1

3 , pA(K2)=

2

3 ; et pB(K1)=

1

2 , pB(K2)=

1

2 .

1. p(A1)= p(A∩K1)= pA(K1)×p(A)= 1

3 × 3

4 =

1

4 ;

p(A2)= p(A∩K2)= pA(K2)×p(A)= 2

3 × 3

4 =

1

2 ;

p(B1)= p(B∩K1)= pB(K1)×p(B)= 1

2 × 1

4 =

1

8 ;

p(B2)= p(B∩K2)= pB(K2)×p(B)= 1

2 × 1

4 =

1

8 ;

p(C1= p[(A∩K1)∪ (B∩K1)]= 1

4 + 1

8 =

3

8 ;

p(C2= p[(A∩K2)∪ (B∩K2)]= 1

2 + 1

8 =

5

8 ;

2. On a une expérience de Bernoulli avec n = 5 et p = 5

8 .

On a p(E)= (5 2

)

(

5

8

)2 (3

8

)3

≈ 0,206.

Francemétropolitaine 2 septembre 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

Partie B

1. À l’instant 0, la proportion est de 0,75 et au bout de 5730 ans la proportion n’est plus que la moitié soit 0,375.

Soit 0,375 = 0,75e−5730λ ⇐⇒ 1

2 = e−5730λ ⇐⇒ −5730λ = − ln2 ⇐⇒ λ =

ln2

5730 ≈ 0,00012 à 10−5 près par défaut.

2. On cherche le tempst au bout duquel il ne reste plus que 90% de particules soit 0,75e−0,00012t ≈ 0,9×0,75 ⇐⇒ e−0,00012t ≈ 0,9 ⇐⇒ −0,00012t ≈ ln(0,9) ⇐⇒ t

ln0,9

−0,00012 ≈ 878 ans.

3. Même question avec 50% :

0,75e−0,00012t ≈ 0,5 ⇐⇒ e−0,00012t ≈ 0,5

0,75 ⇐⇒ −0,00012t ≈ ln

2

3 =⇐⇒

t ≈ ln ( 2 3

)

0,00012 ≈ 3379 ans

EXERCICE 4 5 points

Candidats n’ayant pas suivi l’enseignement de spécialité

1. z2−8z p 3+64 = 0 ; ∆ = 64×3−64×4 = +64× (−1) = (8i)2. Il y a donc deux

solutions imaginaires conjuguées :

S = {

4 p 3−4i ; 4

p 3+4i

}

.

2. a. a = 4 p 3−4i, donc |a|2 = 48+16 = 64 ⇐⇒ |a| = 8. On peut donc écrire

a = 8 (p

3

2 − 1

2 i

)

= 8e−i π

6 .

De même b = 4 p 3+4i= 8

(p 3

2 + 1

2 i

)

= 8ei π

6 .

b. On a déjà |a| = 8=OA et |b| = 8=OB. AB = |b a| = |8i| = 8. Le triangle OAB est donc équilatéral.

3. On a donc d = (

− p 3+ i

)

e−i π

3 = (

− p 3+ i

)

(

1

2 − i

p 3

2

)

= 2i.

4. a. La somme des coefficients est égale à 1, donc non nulle : le point G existe.

Par définition −−−→GO +−−→GD +−−→GB = −→0 ⇐⇒ −−→OG = −−→OD +−−→OB qui se traduit par zG = zD+ zB = 4

p 3+6i.

b. Pour A et B, on utilise le cercle de centre O et de rayon 8, pour C et D le cercle de rayon 2. Pour G la construction est évidente.

c. Le vecteur −−→ CD a a pour affixe

p 3+ i = 2

(p 3

2 + 1

2 i

)

= 2ei π

6 ; de même le

vecteur −−→ DG a a pour affixe 4

p 3+4i= 8ei

π

6 . ces deux vecteurs ont le même argument, donc les points C, D et G sont alignés.

d. On a montré que −−→ OG = −−→OD +−−→OB ⇐⇒ −−→BG = −−→OD ⇐⇒ BGDO est un

parallélogramme.

5. On trouve rapidement que GA = CA = CG = 10 : le triangle ACG est équilatéral.

EXERCICE 4 5 points

Candidats ayant suivi l’enseignement de spécialité

Partie A

Francemétropolitaine 3 septembre 2004

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

1. B et C sont deux points du cercle équidistants du centre O : O appartient à la médiatrice de [BC] ;

DB = DC : D appartient à la médiatrice de [BC] ;

EnfinG appartient à lamédiane issue deD dans le triangle BCD,médiane qui est aussi la médiatrice de [BC].

Conclusion : la droite contenant O, D et G est la droite des milieux dans le triangle ABC, donc elle est parallèle à la droite (AB). Conséquence dans le triangle BCM la droite (GD) contenant le milieu de [BC] et parallèle à (BM) coupe[CM] en son milieu G.

2. le rapport de la similitude est CM

CB .OrCM=2CGetCG=

2

3 CB

p 3

2 .Donc

CM

CB =

2 p 3 . Quant à l’angle de la similitude il vaut −

π

6 .

Partie B

1. On a zE− zA = (zC− zA)ei π

3 , donc zE =−1+2 (

1

2 + i

p 3

2

)

= i p 3.

2. Rapport et angle de la similitude : 3+ i

p 3

4 =

p 3

2

(p 3

2 + i

1

2

)

= p 3

2 ei

π

6 . Le rap-

port est

p 3

2 et l’angle

π

6 .

Le centre est le point invariant ; z = 3+ i

p 3

4 z +

1− i p 3

4 ⇐⇒ z = 1. Le centre

de la similitude est donc le point C.

La réciproque de cette similitude a le même centre C, le rapport inverse soit 2 p 3 et l’angle opposé soit −

π

6 : c’est bien la similitude s.

3. On a zE′ = 3+ i

p 3

4 × i

p 3+

1− i p 3

4 =−

1

2 + i

p 3

2 .

Cette affixe a pour module 1 : le point E′ appartient donc à Γ.

4. OnaE′ =σ(E) ⇐⇒ E= s(E′), d’après la questionprécédente.Or E′ appartient à Γ, donc E appartient à C .

M est l’image de B par s, donc l’image du cercle Γ par la similitude s est un

cercle de centre O′ de rayon 2 p 3 . O′ a pour affixe

1 p 3 i. On a de façon évidente

−−→ EO′ =

2

3

−−→ EO , ce qui signifie que O′est le centre de gravité du triangle équila-

téral ACE.

C est donc le cercle de centre O′ contenant E.

Francemétropolitaine 4 septembre 2004

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome