Exercitation d'algèbre 15, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

Exercitation d'algèbre 15, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (35.1 KB)
2 pages
220Numéro de visites
Description
Série de mathématique - exercitation d'algèbre 15. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la base des logarithmes népériens, la fonction numérique de la variable réelle, l'application h de R dans IR.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
DijonbisCjuin1979*.dvi

[ Baccalauréat C Dijon juin 1979 \

EXERCICE 1 3 POINTS

L’espace affine euclidien de dimension 3 est rapporté à un repère orthonormé direct( O,

−→ ı ,

−→ ,

−→ k ) . On considère l’application affine f qui, à tout point M de coordon-

nées (x, y, z) associe le point M ′ dont les coordonnées ( x′, y ′, z

) sont données par

 

x′ = y +2 y ′ = x−1 z ′ = −z

Démontrer que l’application linéaire associée à f est une rotation vectorielle dont on précisera l’axe et l’angle. En déduire que f est un vissage.

EXERCICE 2 4 POINTS

Soit α un entier relatif non nul. Pour tout couple (a, b) d’entiers relatifs, on pose

Ma, b =

( a ab

b a

)

et on note l’ensemble de ces matrices lorsque (a, b) décrit Z2.

1. Démontrer que est stable par l’addition et la multiplication des matrices, La multiplication est-elle commutative dans ?

2. Démontrer qu’il existe (a, b) 6= (0, 0) et (c, d) 6= (0, 0) dans Z2 tels que Ma, b × Mc , d =M0, 0.

3. Onsuppose quail existeβ, élément deZ, tel queα =β2 Déterminer l’ensemble des couples (a, b) de Z2 tels qu’il existe (c, d) différent de (0, 0) dans Z2 avec Ma, b ×Mc , d =M0, 0.

PROBLÈME 13 POINTS

Dans ce probeème, e représente la base des logarithmes népériens.

Partie 1

Soit x0 un réel. On note I (x0) l’intégrale :

I (x0)= ∫x0

0

(x0− t)2

2 et dt .

1. a. Sachant que : et 6 ex0 si t 6 x0, démontrer sans calculer I (x0) que

06 I (x0)6 e x0 ·

x30

6 , six0 est positif ou nul.

b. Sachant que et 6 1, si t 6 0,démontrer sans calculer I (x0) que :

06 |I (x0)|6 |x0|

3

6 , six0 est négatif ou nul.

2. En calculant I (x0) par intégrations par parties, démontrer que l’on a :

ex0 = 1+ x0+ x20

2 + I (x0) .

Le baccalauréat de 1979 A. P. M. E. P.

Partie 2

On note f la fonction numérique de la variable réelle, définie sur R par :  

f (x) =

ex −1

x si x 6= 0

f (0) = 1

1. Démontrer que f est dérivable sur R et préciser son nombre dérivé en 0 . (On utilisera les résultats de la partie 1).

Démontrer que f ′, fonction dérivée de f , est continue sur R.

2. Étudier les variations de f sur R (on pourra étudier le signe de la fonction g définie sur R par g (x)= xex −ex +1).

En déduire que f (x) est toujours strictement positif.

3. Tracer la courbe représentative de f dans le plan euclidien rapporté à un re-

père orthonormé ( O,

−→ ı ,

−→ ) .

Partie 3

1. Démontrer que pour tout x réel non nul, on a :

x f (x)> x et xex > x f (x).

En déduire qu’il existe un unique réel y , compris strictement entre 0 et x tel que : f (x)= ey si x est différent de zéro.

2. On définit ainsi une application h de R dans IR telle que

{ h(0) = 0 h(x) = y six 6= 0

Démontrer que h est dérivable sur R et étudier ses variations (on ne demande pas de représentation graphique).

3. Démontrer que, pour tout x réel non nul, on peut trouver un réel θ et un seul, compris strictement entre 0 et 1, tel que :

ex = 1+ xe.

Vérifier que θ = 1

x log[ f (x)].

4. Soit θ̂ l’application de R⋆ dans R définie par :

θ̂(x)= 1

x log[ f (x)].

En remarquant que log[ f (0)]= 0, trouver la limite de θ̂ lorsque x tend vers 0.

Dijon 2 juin 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome