Exercitation d'algèbre 3, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

Exercitation d'algèbre 3, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (36.8 KB)
2 pages
98Numéro de visites
Description
Série de mathématique - exercitation d'algèbre 3. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: le corps C des nombres complexes, le logarithme népérien de x.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
AmeriqueSudCnov1979.dvi

[ Baccalauréat C Amérique du Sud novembre 1979 \

EXERCICE 1

Résoudre dans le corps C des nombres complexes l’équation (E) :

(

2z+1

z−1

)4

= 1.

Placer, dans le plan complexe, les points images des solutions de (E) et démontrer que ces points sont situés sur un même cercle que l’on déterminera.

EXERCICE 2

Soit f la fonction de R dans R définie par

f (x) = Logx−2

Logx−1 six ∈]0 ; e[∪ ]e ; +∞[

f (0) = 1.

Log x désignant le logarithme népérien de x.

1. Étudier la continuité et la dérivabilité de f sur son ensemble de définition D.

2. Étudier les variations de f . Tracer sa courbe représentative (C) dans un plan

affine euclidien muni d’un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

. (Unité conseillée :

2 cm),

3. Montrer que la restriction f1 de f à [0 ; e[ est unebijection de [0 ; e[ sur [l ; +∞[.

Préciser les propriétés de la fonction réciproque h de f1 (ensemble de défi- nition, continuité, sens de variations), et tracer sa courbe représentative (C′)

dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

. Montrer que h est dérivable au point 2 et calculer le

nombre dérivé de h en ce point.

PROBLÈME

Selon l’habitude, pour tout endomorphisme ψ d’un espace vectoriel V, on pose

ψ 0 = IdV et ψ

n+1 =ψψ

n

pour tout entier naturel n ; de même, si M est une matrice 2×2, on pose

M0 =

(

1 0 0 1

)

et Mn+1 =M ×Mn

On désigne par V un plan vectoriel rapporté à une base (

−→ ı ,

−→ ı )

.

Partie A

On considère l’endomorphisme ϕ de V dont la matrice sur la base (

−→ ı ,

−→ ı )

est

A=

(

3 −4 3 −1

)

.

1. Trouver un nombre réel a tel qu’il existe au moins un vecteur non nul −→ u de V

tel que ϕ (

−→ u )

= a −→ u .

Déterminer l’ensemble E des vecteurs −→ v de V tels que ϕ

(

−→ v )

= −→ v .

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

2. a. Démontrer que les vecteurs −→ e1 = 2

−→ ı +

−→ et

−→ e2 =

−→ forment une base de

V,

b. Démontrer que, sur cette base, ϕ a pour matrice

B=

(

1 −2 0 1

)

.

c. Calculer B2, puis Bn pour tout entier naturel n.

3. Soit ρ l’endomorphisme de V tel que

ρ

(

−→ ı )

= −→ e1 et ρ

(

−→

)

= −→ e2

et déterminer la matrice P de ρ sur la base (

−→ ı ,

−→ ı )

et calculer l’inverse ρ−1 de ρ.

Vérifier que A = PBP−1, et en déduire que An= PBnP−1 pour tout entier naturel n. Expliciter An en fonction de n.

4. Étant donné deux nombres réels u0 et v0, on définit deux suites (un )n∈N et (vn)n∈N par les relations de récurrence

{

un = 3un−1−4vn−1, vn = un vn−1,

et l’on pose wn =un −→ ı + vn

−→ , pour tout n.

a. Exprimer wn à l’aide de ϕ et dew0, et en déduire une expression de un à l’aide de u0, v0 et n.

b. Pour (u0, v0)= (2, 2) déterminer la plus petite valeur de n telle que |un | et |vn | soient tous deux strictement supérieurs à 106.

Partie B

On désigne par D l’ensemble des fonctions numériques définies et dérivables sur R ; on rappelle que la multiplication par un nombre réel et l’addition usuelles font de D un espace vectoriel. Étant donné un nombre réel k, on note Ek l’ensemble des fonctions f de D qui vérifient

f ′(x)= f (x)−2kex

pour tout nombre réel x.

1. À tout élément f de D, on associe la fonction g définie par g (x) = f (x)e−x

pour tout réel x.

a. Montrer que g appartient à D.

b. Démontrer que f appartient à Ek si, et seulement si, g ′(x) = −2k pour

tout x de R.

c. En déduire la forme générale des fonctions f de Ek et préciser en parti- culier l’ensemble E0 obtenu pour k = 0.

2. Trouver l’ensemble des couples (F, G) d’éléments de D qui satisfont les rela- tions

F ′(x)= 3F (x)−4G(x) et G(x)= F (x)−G(x).

pour tout x de R.

(On pourra déterminer d’abord deux fonctions auxiliaires F1 etG1 liées à F et G par les relations F = 2F1 etG = F1+G1).

Amérique du Sud 2 novembre 1979

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome