Exercitation d'algèbre - correction 3, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique
Eusebe_S
Eusebe_S14 April 2014

Exercitation d'algèbre - correction 3, Exercices de Algèbre linéaire et analyse numérique

PDF (61.4 KB)
5 pages
119Numéro de visites
Description
Exercitation d'algèbre linéaire - correction 3. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’arbre de probabilités, la loi des probabilités totales, Les cordonnées de N.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 5
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
CorrigePOlynesieSsept2008.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat S (obligatoire) Polynésie \ septembre 2008

EXERCICE 1 4 points

1. Dans cette question, on prend n = 10.

a. On a l’arbre de probabilités suivant :

B1 30 40

B2 40 50

B210 50

B1 10 40

B2 30 50

B220 50

p (B1∩B2)= p (B1)×pB1 (B2)= 30

40 × 40

50 =

30

50 =

3

5 = 0,6.

On calcule demême p (

B1∩B2 )

= p (

B1

)

×pB1 (B2)= 30

50 × 10

40 =

3

20 = 0,15.

D’après la loi des probabilités totales p (B2) = p (B1∩B2)+ p (

B1∩B2 )

= 3

5 +

3

20 =

12+3

20 =

15

20 =

3

4 = 0,75.

b. On a pB2 (B1)= p (B1∩B2)

p (B2) =

3 5 3 4

= 3

5 × 4

3 =

4

5 = 0,8.

c. On a p(A)= p (

B1∩B2 )

+p (

B1∩B2 )

= 3

4 ×

1

20 +

3

20 =

3

20 +

3

20 =

6

20 =

3

10 =

0,3.

2. a. On a une épreuve de Bernoulli avec n = 8 et p = p(A)= 3

10 La probabilité d’avoir 3 fois l’évènement A est :

(

8

3

)

(

3

10

)3 (

1− 3

10

)8−3

= 8×7×6

3×2

(

3

10

)3 ( 7

10

)5

≈ 0,254 ≈ 0,25.

b. On a E = n×p = 8× 3

10 =

12

5 = 2,4.

3. On reprend l’arbre précédent, mais en ajoutant n boules :

B1 30 40

B2

30+n 40+n

B210 40+n

B1 10 40

B2

30 40+n

B210+n 40+n

Ici p(A)= 30

40 ×

10

40+n + 10

40 ×

30

40+n =

15

40+n .

D’où p(A)= 1

4 ⇐⇒

15

40+n =

1

4 ⇐⇒ 60= 40+n ⇐⇒ n = 20.

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

EXERCICE 2 5 points

1. On a EJ = 2

3 , donc FJ2 = 12+

(

2

3

)2

= 13

9 .

Demême BI2 = 2

3 , donc FI2 = 12+

(

2

3

)2

= 13

9 .

FJ2 = BI2 ⇒ FJ = BI, donc le triangle FIJ est isocèle en F. K étant le milieu de [IJ], la droite (FK) médiane du triangle isocèle est aussi hauteur, donc per-

pendiculaire à (IJ).

On admet que les droites (GK) et (IJ) sont orthogonales.

2. La droite (IJ) est orthogonale à deux droites (FK) et (GK) sécantes du plan (FGK) : elle est donc orthogonale à ce plan.

3. P est le projeté orthogonal de G sur le plan (FIJ), donc la droite (PG) est or- thogonale à ce plan et en particulier à toute droite de ce plan : donc (PG) est

orthogonale à (IJ).

De même (IJ) est orthogonale au plan (FGK), donc en particulier (IJ) est or-

thogonale à (FG).

Les points F, G, P non alignés définissent un plan (FGP). La droite (IJ) ortho-

gonale à deux droites sécantes de ce plan est orthogonale à ce plan (FGP).

4. a. On vient de démontrer que les deux plans (FGK) et (FGP) sont orthogo- naux à la droite (IJ). Mais ces deux plans contiennent le point F. Il n’existe

qu’un plan contenant un point F et orthogonal à une droite (IJ) donnée,

donc F, G, K et P sont coplanaires.

b. P appartient à la droite (IJ) et comme K appartient lui aussi à la droite (IJ), les points F, P et K appartiennent au plan (FIJ).

Les points F, P, G et K sont coplanaires donc les points F, P et K appar-

tiennent au plan (FGK).

Conclusion F, K et P appartiennent aux plans (FIJ) et (FGK) ; ces plans

n’étant pas parallèles, leur intersection est une droite qui contient F, K

et P ; donc F, K et P sont alignés.

Partie B

1. On a −→ AF =

−−→ AB +

−→ AE ; donc F(1 ; 0 ; 1)

−−→ AG =

−−→ AB +

−−→ AD +

−→ AE ; donc G(1 ; 1 ; 1)

−→ AI =

−−→ AB +

−→ BI =

−−→ AB +

2

3

−−→ AD ; donc I

(

1 ; 2 3 ; 0

)

−→ AJ =

−→ AE +

−→ EJ =

−→ AE +

2

3

−−→ AD ; donc J

(

0 ; 2 3 ; 1

)

2. a. G a pour projeté orthogonal sur le plan (FIJ) le point P, donc (GP) est or- thogonale à (FIJ).

N appartient à la droite (GP), donc (GN ) est orthogonale à (FIJ) donc à

toute droite de ce plan : conclusion : (GN ) est orthogonale à (FI) et à (FJ).

b. On a −−→ GN

x−1 y −1 −1

 et −→ FI

0 2 3 −1

.

−−→ GN ·

−→ FI =

2

3 (y −1)+1=

2

3 y +

1

3 .

−→ FJ

−1 2 3 0

. Donc −−→ GN ·

−→ FJ = (x−1)× (−1)+

2

3 (y −1)=−x+

2

3 y +

1

3 .

c. D’après 2. a. les deux produits scalaires ci-dessus sont nuls, donc 2

3 y +

1

3 = 0⇒ y =−

1

2 et −x+

2

3 y +

1

3 = 0⇒ x =−

1

3 + 1

3 = 0.

Les cordonnées de N sont donc

(

0 ; − 1

2 ; 0

)

.

Polynésie 2 septembre 2008

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

3.

A

B C

D

E

F

G

H

I

J

K

N

P

+

EXERCICE 3 5 points

Partie A

1. (tn) appartient à l’ensemble (E) si et seulement si, pour tout entier naturel n non nul, tn+1− tn = 0,24tn−1 ⇐⇒ λn+1−λn = 0,24λn−1 ⇐⇒ λ2−λ = 0,24 On a λ2−λ = 0,24 ⇐⇒ (λ−0,5)2−0,25−24 = 0 ⇐⇒ (λ−0,5)2 = 0,72 ⇐⇒ λ−0,5= 0,7 ou λ−0,5=−0,7 ⇐⇒ λ= 1,2 ou λ=−0,2.

Les suites (tn) appartenant à (E) sont les suites tn = 0,2n et tn = (−0,2)n .

2. un doit vérifier

{

α(1,2)0+β(−0,2)0 = 6 α(1,2)1+β(−0,2)1 = 6,6

⇐⇒

{

α+β = 6 1,2α−0,2β = 6,6

1,2α−0,2(6−α) = 6,6 ⇐⇒ 1,4α= 7,8 ⇐⇒ α= 39

7 .

On en déduit que β= 6−α = 6− 39

7 =

3

7 . La suite s’écrit donc : quel que soit

n ∈N, un = 39

7 (1,2)n +

3

7 (−0,2)n .

3. Comme −1 < −0,2 < 1, lim n→+∞

(−0,2)n = 0 ; d’autre part lim n→+∞

(1,2)n = +∞ et

lim n→+∞

un =+∞

Partie B

1. a. f (x)= 1,4x−0,05x2 = x(1,4−0,05x) =

f (x)=−0,05 (

x2−28x )

=−0,05 [

(x−14)2−196 ]

.

La fonction trinôme f a donc un extremumpour x = 14, f (14)= 9,8 et cet extremum est unmaximum car−0,05< 0.

La fonction est donc croissante sur ]−∞ ; 14] et décroissante sur [14 ; +∞[.

b. Initialisation : v0 = 6, v1 = 1,4v0−0,005v20 = 1,4×6−0,05×6 2 = 8,4−1,8 =

6,6.

On a bien 06 v0 6 v1 6 8.

Hérédité : supposons qu’il existe p ∈N tel que 06< vp < vp+1 6 8.

On a vp+2 = f (

vp+1 )

. D’après la question précédente la fonction f est

croissante sur ]−∞ ; 14] ; donc 06 vp 6 vp+1 6 8⇒ 06 f (

vp )

6 f (

vp+1 )

6

f (8) ⇐⇒ 06 vp+1 6 vp+2 6 f (8). Or f (8)= 8. L’hérédité est donc démon- trée.

On a donc démontré par récurrence que pour tout entier naturel n,

06 vn < vn+1 6 8.

2. La question précédente montre que :

— la suite est croissante ;

— la suite est majorée par 8

Polynésie 3 septembre 2008

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

Conclusion : la suite (vn) converge vers une limite inférieure ou égale à 8.

La relation vn+1 = 1,4vn−0,05v2n entraîne par limite à l’infini (toutes les fonc- tions étant continues) :

= 1,4−0,052 ⇐⇒ 0,4= 0,052 ⇐⇒ = 0 (impossible car la suite est

croissante à partir de 6) ou = 8

La suite (vn) converge vers 8.

EXERCICE 4 6 points

Partie A - Étude de fonction f .

1. On a f (x)= ln [

ex (

1+2e−2x )]

= ln(ex )+ ln (

1+2e−2x )

= x+ ln (

1+2e−2x )

.

On admet que, pour tout réel x, f (x)=−x+ ln (

2+e2x )

.

2. Comme f (x)− x = ln (

1+2e−2x )

et que lim x→+∞

ln (

1+2e−2x )

= 0, on en déduit

que lim x→+∞

f (x)= lim x→+∞

x =+∞ et que la droite (d) dont une dés équations est

y = x est asymptote à (C ) au voisinage de plus l’infini.

Comme 2e−2x > 0, lim x→+∞

ln (

1+2e−2x )

> 0.

Conclusion : au voisinage de plus l’infini (C ) est au dessus de (d)

3. En utilisant l’écriture de f (x) admise ci-dessus, on obtient de même

lim x→−∞

ln (

2+e2x )

= ln2, que lim x→−∞

f (x)− (−x)= ln2, c’est-à-dire

lim x→−∞

f (x)= lim x→−∞

x =+∞.

Conclusion La droite (d′) d’équation y = −x + ln2 est asymptote à (C ) au voisinage de moins l’infini.

4. La fonction f composée de fonctions dérivables est dérivable sur R et f ′(x)= ex −2e−x

ex +2e−x qui est du signe de ex−2e−x car le dénominateur est positif comme

somme de termes positifs.

Posons X = ex qui est donc positif ; le signe de f ′(x) est celui de X − 2

X =

X 2−2

X qui est positif pour X >

p 2 ⇐⇒ ex >

p 2 ⇐⇒ x > ln

(p 2 )

⇐⇒

x > 1

2 ln2 et négatif autrement. La fonction est donc décroissante sur ]−

∞ ; 1

2 ln2] et croissante sur [

1

2 ln2 ; +∞[

Le minimum de la fonction est donc f

(

1

2 ln2

)

=− 1

2 ln2+ ln

(

2+eln2 )

(en uti-

lisant l’écriture admise) =− 1

2 ln2+ ln4=−

1

2 ln2+2ln2=

3

2 ln2.

5.

Partie B - Encadrement d’une intégrale.

On pose I = ∫3

2 [ f (x)− x]dx.

1. Sur l’intervalle [2 ; 3], 2e−2x > 0 ⇒ 1+2e−2x > 1 ⇒ ln (

1+2e−2x )

> ln1, donc f (x)> x.

La fonction f (x)− x étant positive sur [2 ; 3] l’intégrale est égale à l’aire (en unités d’aire) de la surface limitée par la droite (d), la courbe C et les verti-

cales d’équations x = 2 et x = 3.

2. Soit g définie sur [0 ; +∞[ par g (x)= ln(1+X )−X .

La fonction g est dérivable et g ′(x)= 1

1+X −1=

X

1+X qui est du signe de−X

donc négative ; la fonction est décroissante et comme g (0)= 0, on en conclut que g (X )6 0 ⇐⇒ ln(1+X )−X 6 0 ⇐⇒ ln(1+X )6 X .

Polynésie 4 septembre 2008

Baccalauréat S A. P. M. E. P.

3. En utilisant le résultat précédent, on obtient ln (

1+2e−2x )

6 2e−2x ⇐⇒

f (x)− x 6 2e−2x .

Donc l’intégrale étant une aire, 06 I 6

∫3

2 2e−2x dx

On calcule

∫3

2 2e−2x dx =

[

−e−2x ]3

2 =−e −2×3+e−2×2 = e−4−e−6 ≈ 0,0158.

Conclusion 0< I < 0,02.

Annexe

Cette page sera complétée et remise avec la copie à la fin de l’épreuve.

EXERCICE 4

1

2

3

4

5

0 1 2 3 4 5−1−2−3−4−5−6 -6 -5 -4 -3 -2 -1 0 1 2 3 4 5 6

0

1

2

3

4

5

6

−→ ı

−→

(d)

(d′)

Polynésie 5 septembre 2008

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome