Exercitation de géométrie 1, Exercices de Géométrie Algorithmique. Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Marseille

Exercitation de géométrie 1, Exercices de Géométrie Algorithmique. Ecole Supérieure d'Ingénieurs de Marseille

PDF (41.3 KB)
3 pages
65Numéro de visites
Description
Exercitation de géométrie 1 sur l'espace affine euclidien rapporté à un repère orthonormé. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Existe-t-il des points invariants par f ? Calculer, en se servant des résultats ...
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
AixCseptembre1981*.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat C septembre 1981 Aix-en-Provence \

EXERCICE 1

Soit E un espace affine euclidien rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→ ,

−→ k )

.

Soit f l’application de E dans E qui, au point M de coordonnées (x ; y ; z), associe le point M ′ de coordonnées

(

x′ ; y ′ ; z ′ )

tel que :

x′ =− 1

3 x+

2

3 y +

2

3 z+

4

3

y ′ = 2

3 x

1

3 y +

2

3 z+

4

3

z ′ = 2

3 x+

2

3 y

1

3 z+

10

3

1. Existe-t-il des points invariants par f ?

2. Démontrer que l’endomorphisme <p associé à f est une symétrie vectorielle orthogonale par rapport à une droite vectorielle que l’on déterminera.

3. En déduire que f est un vissage dont on déterminera les éléments (axe, vec- teur, angle).

EXERCICE 2

La fonction f est définie sur ]0 ; π[ par

f (x)= 1

sinx .

1. Étudier les variations de f et représenter la courbe d’équation y = f (x) dans un repère orthonormé.

2. a. Montrer que la restriction g de f à [π

2 ; π

[

possède une application réci-

proque g−1. On précisera l’ensemble de définition de g−1.

b. Montrer que la fonction g−1 est dérivable sur un ensemble que l’on pré- cisera. Calculer la fonction dérivée.

3. Calculer, en se servant des résultats précédents, l’intégrale définie

J = ∫

p 2

2 p 3

3

1

t p t2−1

dt .

PROBLÈME

La notation Log désigne le logarithme népérien, e est la base du logarithme népé- rien, et, si n est un entier naturel et x un réel strictement positif, Logn x est la puis- sance d’exposant n du logarithme népérien de x. On admettra que, pour tout entier n,

lim x→0 x>0

(

x Logn x )

= 0.

Partie A

Terminale C A. P. M. E. P.

1. Pour tout entier naturel n, montrer qu’on peut définir une application In de ]0 ; +∞[ dans R par

In (x)= ∫e

x Logn t dt .

Calculer I0(x).

Démontrer que, pour tout n supérieur ou égal à 1,

In (x)= e− xLog n xnIn−1(x).

En déduire I1(x) et I2(x).

2. On pose, pour tout entier naturel n,

Jn = lim x→0 x>0

In (x)

si cette limite existe.

Montrer que J0 existe et la calculer.

Montrer par récurrence que Jn existe pour tout n. Déterminer une relation liant Jn et Jn−1 pour tout n entier naturel non nul.

Calculer J1, J2, J3, J4.

Application : (a ; b) étant un couple de nombres réels, calculer

S(a ; b)= 1

e lim x→0 x>0

[∫e

x

(

aLog2 t +bLog t )2

dt

]

.

Vérifier que, pour tout (a ; b) dans R2,

S(a ; b)= S

(

2ab p 5

; 9a−2b p 5

)

.

Partie B

1. On désigne par E l’ensemble des applications de ]0 ; +∞[ dans R. On rappelle que E, muni de l’addition et de la multiplication par un réel, est un espace vectoriel.

Pour tout couple (a ; b) de nombres réels, on désigne par fa ; b l’élément de E tel que

fa ; b(x)= aLog 2 x+bLog x.

Soit F l’ensemble des applications fa ; b pour (a ; b) dans R 2.

Montrer que F est un sous-espace vectoriel de E.

Démontrer que B = (

f1 ; O , f0 ; 1 )

est une base de F . Calculer les coordonnées de fa ; b dans B .

2. Étudier les applications f1 ; 0 et f0 ; 1 et en faire la représentation graphique dans un même plan affine euclidien rapporté à un repère orthonormé. Cette représentationmet en évidence un domaine plan fermé délimité par un arc de chacune des courbes représentatives de f1 ; O et f0 ; 1 et inclus dans la bande 16 x6 e.

Calculer l’aire de ce domaine.

Partie C

Aix-en-Provence 2 septembre 1981

Terminale C A. P. M. E. P.

Soit g l’application de F dans F telle que

g (

fa ; b )

= f 2abp 5

; 9a−2bp 5 .

Montrer que g est linéaire et déterminer samatrice A dans la baseB . Calculer A2 ,A3,A4 ? En déduire que g est bijective et donner la matrice de g−1 dans la base B .

Partie D

Montrer qu’on définit une application Φ de F ×F dans R par

φ (

fa ; b , fa′ ; b′ )

= 1

e lim x→0 x>0

[ ∫e

x fa ; b(x) · fa′ ; b′ (x)dx

]

.

Démontrer que Φ est une forme bilinéaire symétrique sur F × F . Montrer que Φ

(

fa, b , fa, b )

= S(a,b) et en déduire que Φ est un produit scalaire sur F . Onmunit F de ce produit scalaire. Calculer

f0 ∥

∥. Déterminer a > 0 et b de sorte que B′ =

(

fa, b , f0, 1 )

soit une base orthonormée de F . Caractériser l’endomorphisme g de l’espace vectoriel euclidien F.

Aix-en-Provence 3 septembre 1981

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome