Exercitation de modélisation mathématique 3, Exercices de Modélisation mathématique et simulation
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Exercitation de modélisation mathématique 3, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (43.9 KB)
3 pages
189Numéro de visites
Description
Exercitation de modélisation mathématique 3. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: Résoudre l’équation, Exprimer les affixes Z, Étude d’une fonction auxiliaire.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
AntillesSsept98.dvi

Durée : 4 heures

[ Baccalauréat S Antilles-Guyane septembre 1998 \

Exercice 1 4 points Enseignement obligatoire

Unmeuble est composé de 10 tiroirs T1, T2, . . . , T10. Une personne place au hasard une boule dans un des tiroirs et une autre est chargée de trouver le tiroir contenant la boule à l’aide de la stratégie suivante : la personne ouvre le tiroir T1. Si la boule est dans le tiroir T1, la recherche est achevée, sinon la personne ouvre le tiroir T2, et ainsi de suite . . . en respectant l’ordre des numéros de tiroirs. On remarquera qu’avec cette stratégie, le tiroir T10 n’est jamais ouvert. Pour i entier compris entre 1 et 10 (16 i 6 10), on appelle Bi l’évènement « La boule se trouve dans le tiroir Ti ». On note X la variable aléatoire égale au nombre de tiroirs qui ont été ouverts afin de localiser la boule avec cette stratégie.

1. Donner l’ensemble des valeurs possibles de X .

2. a. Montrer que, pour i entier compris entre 1 et 8 (16 i 6 8), l’évènement (X = i ) est l’évènement Bi .

b. Justifier que l’évènement (X = 9) est la réunion des évènements B9 et B10.

c. Déterminer la loi de probabilité de X .

d. Calculer l’espérance mathématique de X .

Exercice 2 5 points Enseignement obligatoire

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal direct (

O, −→ u ,

−→ v

)

.

On placera sur une même figure, qui sera complétée au fur et à mesure, les points introduits dans le texte (unité graphique : 2 cm.)

1. a. Résoudre l’équation

(E) : z2−2z p 3+4= 0.

b. On considère les nombres complexes z1 = p 3+ i et z2 =

p 3− i et on dé-

signe par M et N les points d’affixes respectives z1 et z2. Déterminer le module et l’argument de z1 et z2 ; placer M et N sur la figure.

c. Déterminer les affixes des points Q et P images respectives deM et N par

la translation de vecteur −→ w =−2−→u . Placer P et Q sur la figure.

Montrer que MNPQ est un carré.

2. Soit R le symétrique de P par rapport à O, E l’image de P par la rotation de

centreOet d’angle π

2 , S l’imagedeEpar l’homothétie de centreOet de rapport

p 3.

Placer ces points sur la figure.

Calculer les affixes de R et de S. Montrer que S appartient au segment [MN].

3. On pose α= 2− p 3.

a. Montrer que 1+α2 = 4α et 1−α2 = 2α p 3.

b. Exprimer les affixes Z de −→ PR et Z ′ de

−→ PS en fonction de α.

A. P. M. E. P. A. P. M. E. P.

c. Montrer que |Z | = |Z ′| et que Z

Z ′ = ei

π

3 .

d. Déduire des questions précédentes la nature du triangle PRS.

Exercice 2 5 points Enseignement de spécialité

Le plan complexe est rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ u ,

−→ v

)

.

On placera sur une même figure, qui sera complétée au fur et à mesure les points introduits dans le texte (unité graphique : 2 cm.)

1. a. Résoudre l’équation (E) : z2−2z p 3+4= 0.

b. On considère les nombres complexes z1 = p 3 + i et z2 =

p 3 - i et on

désigne par M et N les points d’affixes respectives z1 et z2. Déterminer le module et l’argument de z1 et de z2 ; placer M et N sur la figure.

c. Déterminer les affixes des points Q et P images respectives deM et N par

la translation de vecteur −→ w = −2−→u . Placer P et Q sur la figure. Montrer

que MNPQ est un carré.

2. Soit R le symétrique de P par rapport à O, E l’image de P par la rotation de

centre O et d’angle π

2 , S l’image de E par l’homothétie de centre O et de rap-

port p 3.

Placer ces points sur la figure.

Calculer les affixes de R et de S. Montrer que S appartient au segment [MN].

3. On pose α= 2− p 3.

a. Montrer que 1+α2 = 4α et 1−α2 = 2α p 3.

b. Exprimer les affixes Z de −→ PR et Z ′ de

−→ PS en fonction de α.

c. Montrer que |Z | = |Z ′| et Z

Z ′ = ei

π

3 .

d. Déduire des questions précédentes la nature du triangle PRS.

Problème 11 points Commun à tous les candidats

Partie A Étude d’une fonction auxiliaire

La fonction d est définie sur ]−1 ; +∞[ par :

d(x)= e x

x+1 .

1. Calculer la fonction dérivée d ′. En déduire les variations de d .

2. Déterminer les limites de d en −1 et en +∞. 3. Montrer que, pour tout x >− 1, on a : 0< d(x)< e.

Partie B Étude de la fonction f

Dans cette partie on s’intéresse à la fonction f définie sur l’intervalle ]−1 ; +∞[ par :

f (x)= x +1−e x

x+1 .

On appelle (C ) la courbe représentative de f dans un repère orthonormal, l’unité graphique étant 5 cm. On désigne par f ′ et f ′′ les dérivées première et seconde de f .

Antilles-Guyane 2 septembre 1998

A. P. M. E. P. A. P. M. E. P.

1. Démontrer que la droite (D) d’équation y = x−e+1 est asymptote à la courbe (C ).

Préciser la position relative de (D) et (C ).

2. a. Pour x ∈]−1 ; +∞[, calculer f ′(x) et f ′′(x).

Vérifier que f ′′(x)= 2x +1 (x +1)4

e x

x+1 .

En déduire le sens de variations de f ′.

b. Dresser le tableau de variations de f ′.

(On admettra que lim x→−1

f ′ = lim x→+∞

f ′ = 1.)

3. Démontrer que l’équation f ′(x)= 0 admet sur ]−1 ; +∞[ deux solutions dont l’une est 0.

Dans la suite du problème, on notera α la solution non nulle. Donner une valeur approchée de α au centième près.

4. a. Étudier les variations de f .

b. Calculer les limites de f aux bornes de son ensemble de définition.

c. Dresser le tableau de variations de f

Partie C Prolongement de la fonction f en −1

On considère la fonction g définie sur ]−1 ; +∞[ par : {

g (− 1) = 0 g (x) = f (x) pour tout x >− 1.

On appelle (C ′) la courbe représentative de la fonction g dans le repère de la partie B.

1. a. Montrer que l’on peut écrire

g (x)− g (−1) x − (− 1)

= 1− 1

x

( x

x +1 e

x x+1

)

.

b. Pour x ∈]−1 ; +∞[, déterminer la limite lorsque x tend vers -1 de x

x +1 puis de

x

x +1 e

x x+1 .

c. Endéduire que g est dérivable en - 1 et préciser sonnombredérivé g ′(− 1). 2. Construire (D) et (C ′). Préciser les tangentes à (C ′) aux points d’abscisses

− 1, α, 0.

Antilles-Guyane 3 septembre 1998

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome