Exercitation de modélisation mathématique 4, Exercices de Modélisation mathématique et simulation
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Exercitation de modélisation mathématique 4, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (46.8 KB)
3 pages
188Numéro de visites
Description
Exercitation de modélisation mathématique 4. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la représentation paramétrique, les coordonnées du point It .
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Asiejuin98.dvi

[ Baccalauréat C Asie juin 1998 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Le plan complexe P est rapporté à un repère direct (

O, −→ u ,

−→ v )

, ayant comme unité

graphique 3 cm. Les nombres complexes z1, z2, z3, z4, z5 et z6 que l’on va calculer dans cet exercice seront tous exprimés sous forme algébrique et sous forme expo- nentielle

(

ρeiθ )

.

1. Résoudre dans C l’équation : z2− z p 3+1= 0.

On pose z1 = p 3+ i 2

et z2 = p 3− i 2

. Exprimer z1 et z2 sous forme exponentielle

et placer les points M1 et M2 d’affixes respectives z1 et z2 dans le plan P .

2. Soit r la rotation de centre O et d’angle 2π

3 .

Calculer l’affixe z3 du point M3 = r (M2). Placer M3 sur la figure précédente.

3. Soit t la translation dont le vecteur ~w a pour affixe − p 3+ i 2

.

Calculer l’affixe z4 du point M4 = t(M2). Placer M4 sur la figure.

4. Soient z5 = i

2 (1+ i

p 3) et z6 =

2

i− p 3 .

Exprimer z5 et z6 sous forme algébrique et sous forme exponentielle.

Placer les points M5 et M6 d’affixes respectives z5 et z6 sur la figure.

5. a. Calculer z6 k pour k ∈ {1, 2, 3, 4, 5, 6}.

b. Écrire z6+1 sous forme d’un produit de trois polynômes du second degré à coefficients réels. Justifier cette écriture.

EXERCICE 2 4 POINTS

Les questions 1 et 2 sont indépendantes. N* est l’ensemble des entiers strictement positifs.

Pour tout entier n deN⋆, on considère l’intégrale : In = ∫e

1 (lnx)n dx.

1. a. Démontrer que pour tout x dans l’intervalle ]1 ; e[, et pour tout n entier naturel, on a :

(lnx)n − (lnx)n+1 > 0

b. En déduire que la suite (In ) est décroissante.

2. a. Calculer I1 à l’aide d’une intégration par parties.

b. Démontrer à l’aide d’une intégration par parties que, pour tout n ∈ N*, In = e− (n+1)In .

c. En déduire I2, I3 et I4. Donner les valeurs exactes, exprimées en fonction de e, et les valeurs approchées à 10−3 près par défaut.

3. a. Démontrer que, pour tout n ∈N*, In > 0. b. Démontrer que, pour tout n ∈N*, (n+1)In 6 e. c. En déduire la limite de In .

d. Déterminer la valeur de nIn + (In + In+1) et en déduire la limite de nIn .

Le baccalauréat de 1990 A. P. M. E. P.

EXERCICE 2 4 POINTS Enseignement de spécialité

Le plan est rapporté à un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→ )

, l’unité graphique étant 1 cm.

1. Soit (C ) la courbe dont une représentation paramétrique est :

x = f (t) = 1

2 (t2+2)

y = g (t) = 1

2 (t3+2t)

, t ∈R

a. Montrer que (C ) est symétrique par rapport à l’axe des abscisses.

b. Étudier conjointement les variations des fonctions f et g sur [0 ; +∞[. c. Préciser la tangente au point de paramètre t = 0. d. Tracer la courbe (C ).

2. Soit (P ) la parabole d’équation y2 = 4x. a. Tracer (P ) dans le même repère que (C ).

b. Vérifier qu’une représentation paramétrique de (P ) est :

{

x(t) = t2 y(t) = 2t , t ∈R

c. Soit (Dt ) la tangente à (P ) au point Mt de coordonnées (x(t) ; y(t)). Soit (∆t ) la perpendiculaire à (Dt ) au pointMt . Montrer qu’une équation car- tésienne de (∆t ) est :

Y =− tX + t3+2t .

d. Pour t ∈ R⋆, (∆t ) coupe l’axe des abscisses en un point At et l’axe des ordonnées en un point Bt . On appelle It le milieu du segment [AtBt ].

Exprimer en fonction de t les coordonnées du point It .

PROBLÈME 11 POINTS

I

Soit la fonction g définie sur R, qui à tout x associe :

g (x)= ex (x−1)+ x2 .

1. a. Montrer que la dérivée de la fonction g sur R est

g ′(x)= x(ex +2)

b. Déterminer les limites de g en +∞ et en −∞. c. Étudier le signe de g ′(x) sur R, et dresser le tableau de variation de g sur

R.

2. Montrer que l’équation : g (x) = 0 admet une solution α et une seule sur l’in-

tervalle [0 ; +∞[. Montrer que α est dans l’intervalle I= [

1

2 ; 1

]

.

II

Asie 2 juin 1998

Le baccalauréat de 1990 A. P. M. E. P.

Soit la fonction f définie sur [0 ; +∞[ par :

f (x)= ex

ex + x 1. Montrer que les équations : f (x)= x et g (x)= 0 sont équivalentes sur [0 ; +∞[,

et que, par suite, l’équation f (x)= x admet α pour solution unique sur I. 2. a. Calculer la dérivée de f et endéduire le sens de variationde f sur [0 ; +∞[.

b. Déterminer la limite de f en +∞[. c. Dresser le tableau de variation de f .

d. Construire la courbe représentative C de f sur [0 ; +∞[ dans un repère orthonormal (unité 2 cm). On indiquera en particulier les tangentes à C aux points d’abscisses 0 et 1.

III

1. Montrer que, pour tout x appartenant à I , f (x) appartient à I .

2. Soit la suite (un )u∈N définie par

{

u1 = 1

2 un = f (un−1) pour tout n > 1

a. Montrer que, pour tout n ∈N⋆, un I .

b. Montrer que, pour tout x I , | f ′(x)|6 1

2 .

c. En appliquant le théorème de l’inégalité des accroissements finis, dé- montrer que :

pour tout n > 1, |un α|6 1

2 |un−1−α|.

d. Endéduire, par un raisonnement par récurrence, quepour toutn ∈N∗, |un

α|6 (

1

2

)n

.

e. En déduire que (un ) converge vers α.

f. A priori, combien suffit-il de calculer de termes de la suite pour obtenir une valeur approchée de α à 10−7 près ?

3. Enutilisant la décroissancede f ,montrer queα est compris entre deux termes consécutifs quelconques de la suite. En déduire un encadrement de α d’am- plitude 10−7.

Asie 3 juin 1998

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome