Exercitation de modélisation mathématique 9, Exercices de Modélisation mathématique et simulation
Eusebe_S
Eusebe_S11 April 2014

Exercitation de modélisation mathématique 9, Exercices de Modélisation mathématique et simulation

PDF (95.8 KB)
4 pages
128Numéro de visites
Description
Exercitation de modélisation mathématique 9. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la probabilité de l’évènement A1, l’espace muni d’un repère orthonormal direct, la mesure en radians de l’angle.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
Aperçu3 pages / 4
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Aperçu avant impression terminé
Chercher dans l'extrait du document
LaReunionSjuin1998.dvi

[ Baccalauréat C La Réunion juin 1998 \

EXERCICE 1 4 POINTS

Les réponses seront données sous forme de fractions.

Pour un examen, dix examinateurs ont préparé chacun 2 sujets. On dispose donc de vingt sujets que l’on place dans 20 enveloppes identiques. Deux candidats se pré- sentent : chacun choisit au hasard deux sujets ; de plus, les sujets choisis par le pre- mier candidat ne seront plus disponibles pour le deuxième. On note A1 l’évènement : « les deux sujets obtenus par le premier candidat pro- viennent du même examinateur » et A2 l’évènement « les deux sujets obtenus par le deuxième candidat proviennent dumême examinateur ». On note A l’évènement contraire de l’évènement A.

1. Montrer que la probabilité de l’évènement A1 est égale à 1

19 .

2. a. Calculer directement la probabilité conditionnelle p (A2/A1) de l’évène- ment A2 sachant que A1 est réalisé.

b. Montrer que la probabilité que les deux candidats obtiennent chacun

deux sujets provenant d’un même examinateur est égale à 1

323 .

3. a. Calculer la probabilité p (

A2/A1 )

.

b. En remarquant que A2 = (A2∩ A1)∪ (

A2∩ A1

)

, calculer la probabilité

p (A2) puis en déduire que p (A2∪ A1)= 33

323 .

4. Soit X la variable aléatoire égale au nombre de candidats qui ont choisi cha- cun deux sujets provenant d’un même examinateur. La variable aléatoire X prend donc les valeurs 0, 1 ou 2.

a. Déterminer la loi de la probabilité de la variable aléatoire X .

b. Calculer l’espérance mathématique de la variable aléatoire X .

EXERCICE 2 5 POINTS Enseignement obligatoire

Dans l’espace muni d’un repère orthonormal direct (

O, −→ ı ,

−→ ,

−→

k )

, on donne A, B et

C de coordonnées respectives (2 ; 0 ; 1), (3 ; −2 ; 0) et (2 ; 8 ; −4). Aucune figure n’est demandée.

1. Un point M étant de coordonnées (x ; y ; z), exprimer en fonction de x, y et z

les coordonnées du produit vectoriel −−→ AM

−−→ BM .

2. Résoudre le système :

x+ y −2z = −4 −xy z = −11 2x+ y z = 8

On fera figurer les étapes de la résolution sur la copie.

3. Montrer qu’il existe un unique point N vérifiant −−→ AN

−−→ BN =

−−→ CN et donner les

coordonnées du point N .

4. On rappelle que le volume d’un tétraèdre s’obtient par la formule V = 1

3 B×h

où B représente l’aire d’une base et h la hauteur correspondante.

Le baccalauréat de 1998 A. P. M. E. P.

a. Le point N étant défini à la question précédente, montrer que le volume

du tétraèdre ABCN est égal à 1

6 CN2.

b. En utilisant les résultats du 1., et en prenant M = C, calculer l’aire du triangle ABC.

c. Utiliser les résultats précédents pour calculer la distance du point N au plan (ABC).

EXERCICE 2 5 POINTS Enseignement de spécialité

Dans le plan orienté rapporté au repère orthonormal direct (

O, −→ ı ,

−→

)

(unité : le

cm), on trace le cercle (C ) de diamètre [AO] oùA est le point de coordonnées (−6 ; 0) ; on appelle Ω le centre de (C ). Si P est un point de (C ), on note K le projeté orthogonal de P sur la droite (AO) et M

le point défini par −−→ KM =

−→ AP .

Soit t une mesure en radians de l’angle (

−−→ ΩO ,

−−→ ΩP

)

.

On veut déterminer l’ensemble (E ) des points M de paramètre t obtenu lorsque P décrit (C ).

1. Sur une figure qui sera complétée à la question 5, représenter (C), placer un point P et les points K et M correspondants.

2. a. Exprimer en fonction de t les coordonnées du point P puis celles du point M.

b. En déduire une représentation paramétrique de (E ).

c. SoitM′ le point de (E ) de paramètreπt . Par quelle transformation peut- on obtenir le point M′ à partir du point M de paramètre t ?

3. Soit N le point (E ) de paramètre t + π

2 . Montrer que le vecteur

(

−−→ ON

)

est un

vecteur directeur de la tangente à (E ) au point M de paramètre t .

4. Dessin de (E ) :

a. Dresser le tableau des variations conjointes des coordonnées de M pour

t appartenant à [

0 ; π

2

]

.

b. Construire les points M1 M2 et M3 obtenus pour les valeurs de t sui-

vantes : π

6 , π

4 , π

3 et utiliser le résultat des questions 3 et 4 et pour construire

trois autres points de (E ) ainsi que les tangentes à (E ) en M1, M2 et M3.

c. Achever le dessin de (E ).

N. B. La question 5. a. a été transformée (elle demandait d’indiquer la nature de (E ) et de placer les sommets de (E )) afin de tenir compte des modifica- tions de programme. Par ailleurs, cet exercice peut être traité désormais dans le cadre de l’enseignement obligatoire.

PROBLÈME 11 POINTS

Soit f la fonction définie sur R par

f (x)= ex x2

dont la courbe représentative C f dans un repère orthonormal (

O, −→ ı ,

−→

)

, est don-

née sur le graphique ci-dessous à compléter et à rendre avec la copie.

La Réunion 2 juin 1998

Le baccalauréat de 1998 A. P. M. E. P.

1

1

O x

y

C f

On considère la fonction g définie sur l’intervalle ]0 ; +∞[ par g (x)= f (x)

x =

ex

x x

et on note Cg sa courbe représentative dans le même repère.

Partie A : Remarques préliminaires concernant la fonction f

1. Sans chercher à déterminer son équation, tracer la tangente à C f passant par O. On notera A son point de contact avec C f . Évaluer graphiquement le coef- ficient directeur de cette tangente en expliquant le procédé utilisé.

2. Calculer la valeur exacte de l’intégrale I = ∫2

1 f (x) dx, puis en donner une va-

leur approchée à 10−2 près.

3. En déduire une interprétation graphique du nombre réel : e2−e− 7

3 .

Partie B : Étude de la fonctiong

1. Étudier les limites de g en+∞ et en 0 et justifier queCg admet une asymptote.

2. a. Calculer la dérivée g ′(x) et montrer qu’elle est du signe de (x−1)ex x2

sur l’intervalle ]0 ; +∞[.

b. Soit u la fonction qui à tout x de l’intervalle [0 ; +∞[ associe

u(x) = (x − 1)ex x2. Étudier le sens de variation de u sur l’intervalle [0 ; +∞[.

c. Déterminer le signe de u(x) sur l’intervalle [0 ; 1[.

d. Montrer que l’équation u(x)= 0 admet une solution unique a sur l’inter- valle [1 ; 2].

Endéduire, suivant les valeurs de x, le signedeu(x) sur l’intervalle [0 ; +∞[.

e. En déduire le signe de g ′(x) et dresser la tableau de variation de g .

Partie C : Construction de Cg

1. On se propose de construire le point S(a ; g (a)) où a est le réel déterminé dans la question B. 2. d.

La Réunion 3 juin 1998

Le baccalauréat de 1998 A. P. M. E. P.

a. Montrer que, sur l’intervalle ]0 ; +∞[, g ′(x)= 0 équivaut à f ′(x)= f (x)

x

et que par conséquent f ′(a)= f (a)

a .

b. En utilisant ce résultat, établir que a est l’abscisse du point A défini dans la première partie.

c. Justifier que l’ordonnée de S est f ′(a) et placer S sur le dessin.

2. Déterminer les coordonnées du point d’intersection de C f et Cg .

3. Construire la courbe Cg .

Partie D : Étude d’une primitive de g et calcul d’une intégrale

SoitG la primitive de g sur l’intervalle [1 ; 2] qui s’annule pour x = 1 (on ne cherchera pas à calculer cette primitive).

1. Déterminer le sens de variation deG sur [1 ; 2].

2. Donner une interprétation géométrique du nombre G(2). Dans la suite, on prendra 1,55 comme valeur approchée deG(2) à 10−2 près.

3. On considère l’intégrale J = ∫2

1 G(x)dx.

a. Justifier que l’intégrale I calculée dans la première partie peut s’écrire

I =

∫2

1 xg (x)dx.

b. En utilisant une intégration par parties, établir que I = 2G(2)− J et en déduire une valeur approchée de J , à 10−2 près.

La Réunion 4 juin 1998

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome