Exercitation – sciences mathèmatiques 10, Exercices de Techniques de calcul

Exercitation – sciences mathèmatiques 10, Exercices de Techniques de calcul

PDF (43.8 KB)
3 pages
178Numéro de visites
Description
Exercitation de sciences mathématique 10. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: la probabilité P, les variations de g.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
BordeauxCjuin1980*.dvi

[ Baccalauréat C Bordeaux groupe 2 1 juin 1980 \

EXERCICE 1 5 POINTS

1. Calculer, pour tout entier n > 0 :

In =

∫1

0

xn−1

1+ xn dx.

2. SoitΩ= {1, 2, 3, 4, 5, 6}, soitα un nombre réel, et soit p l’application deΩ dans R définie par :

p(n)=n2αIn ,

pour tout n ∈Ω.

Déterminerαpour qu’il existe une probabilité P sur (Ω, P (Ω)) , telle que, pour tout n ∈Ω, on ait P({n})= p(n).

EXERCICE 2 4 POINTS

À tout nombre réel a, on associe la fonction numérique fa définie sur R par :

fa (x)= e −x

+ax.

Soit Ca la représentation graphique de cette fonction dans un plan affine euclidien,

rapporté à un repère orthonormé (

O, −→ ı ,

−→

)

.

1. Étudier les variations de fa . Quel est l’ensemble A des valeurs de a pour les- quelles les f a présentent un extremum?

2. Pour tout élément a ∈ A, on désigne par Ia le point de Ca correspondant à l’extremum. Déterminer en fonction de a les coordonnées de Ia .

3. Démontrer que l’ensemble E des points Ia lorsque a décrit A, est la représen- tation graphique d’une fonction g que l’on déterminera.

Étudier les variations de g et construire E.

PROBLÈME 11 POINTS

Soit E un plan vectoriel et soit (

−→ ı ,

−→

)

une base de E.

Pour tout couple (a, b) de nombres réels, soit Fa,b l’endomorphisme dont la matrice

dans la base (

−→ ı ,

−→

)

est

(

a 2(a−1) b 1+2b

)

.

Soit F l’ensemble des endomorphismes Fa, b , lorsque (a, b) décrit R 2.

Dans tout le problème, on désignera par −→ V le vecteur

−→ V =−2

−→ ı +

−→ .

1. a. Quelle condition nécessaire et suffisante doit vérifier le couple (a, b) pour que Fa, b soit une application bijective ?

b. Montrer que pour tout (a, b) ∈R2, on a Fa, b (

−→ V

)

= −→ V .

Quel est l’ensemble E1 des éléments de E invariants par Fa, b ?

Étudier en particulier le cas a = 1, b = 0.

1. Bordeaux, Limoges

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

c. Fixons a et b, et soit λ∈R.

Montrer que pour qu’il existe −→ W ∈ E,

−→ W 6=

−→ 0 , tel que Fa, b

(

−→ W

)

=λ −→ W , il

faut et il suffit que λ= 1, ou que λ= a+2b.

Quel est l’ensemble Ea+2b des éléments −→ W ∈ E tels que

Fa, b

(

−→ W

)

= (a+2b) −→ W ?

Montrer que si a 6= 1 ou b 6= 0, E1 et Ea+2b sont des droites vectorielles, et que si a+2b 6= 1, on a E= E1⊕Ea+2b .

d. Montrer que (

−→ ı ,

−→ V

)

est une base de E, et écrire la matrice de Fa, b dans

cette base.

2. Dans cette question, ainsi que dans la question 3, nous désignerons par E un plan affine associé à E. Soit O un point de E . On désigne par f l’application affine de E dans E , d’endomorphisme associé F−3, 2, et telle que f (O) soit le

point O1, de coordonnées (−b1 ; 1) dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

.

a. Montrer que f est une application bijective.

b. Soit M un point de E de coordonnées (x ; y) dans le repère (

O, −→ ı ,

−→

)

et

soit (

x1 ; y1 )

les coordonnées dans ce repère deM1 = f (M).

Exprimer x1 et y1 en fonction de x et y . Existe-t-il un point M invariant par f ?

c. Existe-t-il des droites affines parallèles à leur image par f ?

Existe-t-il un point M de E , tel que le vecteur −−−−→ MM1 soit colinéaire à

−→ V ?

Montrer qu’il n’existe pas de droite globalement invariante par f .

3. On désigne par ϕ l’application affine de E dans E , d’endomorphisme associé F−3, 2, et qui laisse le point O invariant.

Soit M un point de E , et soit M ′ = ϕ(M). Exprimer les coordonnées (

X ′ ; Y ′ )

de M ′, dans le repère (

O, −→ ı ,

−→ V

)

, en fonction des coordonnées de M dans ce

repère.

Soit D une droite affine dirigée par −→ V , et soit m l’intersection de cette droite

avec la droite L passant par O, et dirigée par −→ ı .

Montrer que pour tout M ∈ D, le transformé M ′ = ϕ(M) appartient à D, et

que −−−−→ MM ′ = 2

−−→ Om (les droites D et L étant munies des vecteurs unités

−→ V et

−→ ı

respectivement).

Quels sont les points invariants, et les droites globalement invariantes par ϕ ?

4. On considère les endomorphismes G de E, satisfaisant aux conditions :

– (C1)G (

−→ V

)

= −→ V (C1)

– (C2) il existe un nombre réel γ tel que Im (

G−γidE )

⊂∆

où∆ est la droite vectorielle engendréepar −→ V , (la notation idE dé"signant l’ap-

plication identité dans E).

a. Montrer que pour un endomorphisme H satisfaisant à (C2), le réel γ, tel que Im(H− idE )⊂∆, est unique.

b. Soient a et b des nombres réels. Quelle est lamatrice représentant Fa, b

(a+2b)idE dans la base (

−→ ı ,

−→ V

)

de E ? (Utiliser 1. d. En déduire que Fa, b satisfait aux conditions (C1) et (C2).

c. Réciproquement, soit G un endomorphisme de E satisfaisant àC1 etC2. Il existe donc δ ∈R tel que

G (

−→ ı

)

= γ −→ ı +δ

−→ V .

Bordeaux 2 juin 1980

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

Exprimer, en fonction de γ et δ, la matrice de G dans la base (

−→ ı ,

−→ V

)

de

E. Comparant à 1. d., en déduire qu’il existe des nombres réels a et b, tels que G = Fa, b .

Déterminer a et b en fonction de γ et δ.

d. Démontrer à l’aide des conditions C1 et C2 que le composé de deux en- domorphismes de F appartient à F , et que l’ensemble F ′ des endo- morphismesde la formeFa,b , où a+2b 6= 0, est un sous-groupedu groupe linéaire de E.

Bordeaux 3 juin 1980

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome