Exercitation – sciences mathèmatiques 9, Exercices de Techniques de calcul

Exercitation – sciences mathèmatiques 9, Exercices de Techniques de calcul

PDF (36.2 KB)
2 pages
396Numéro de visites
Description
Exercitation de sciences mathématique 9. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: l’application définie, les endomorphismes.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
BesanconCseptembre1980*.dvi

[ Baccalauréat C Besançon septembre 1980 \

EXERCICE 1

n désigne un entier naturel fixé supérieur ou égal à 2.

1. Soit f l’application définie par

f : R→R f (s)= (1+ s)n .

Exprimer f (s) en utilisant le développement du binôme de Newton. En dé- duire la valeur de la somme

n

k=0 Ckn

2. αdésignant un réel fixé, onpose, pour tout entier k appartenant à {O,1,2, · · · ,n},pk = αCkn .

Déterminer α pour que les pk définissent une loi de probabilité de la variable aléatoire X dont les valeurs sont 0, 1, 2, · · · , n telle que, pour tout k, p(X = k)= pk . Cette valeur sera prise dans la suite de l’exercice. .

3. On considère l’application

g R→R, g (s)= n

k=0 pk s

k .

Comparer l’espérancemathématiqueE(X) de la variable aléatoire X et le nombre dérivé de la fonction g au point 1.

Trouver pour tout s réel une expression simple de g (s), puis de g ′(s). En dé- duire la valeur numérique de E(X).

EXERCICE 2

P est un plan affine euclidien rapporté au repère orthonormé (

O, −→

ı , −→

)

. Un point

M est mobile dans P et sa position à l’instant t est donnée par ses coordonnées

{

x = et

y = (1+ t)e−t t décritR.

On prendra pour e la valeur approchée 2,7.

1. Soit C la trajectoire de M ; former l’équation de C sous la forme y = f (x), et construire C (l’unité sera représentée par 5 cm).

2. Déterminer le vecteur vitesse −−−→

V (t) et le vecteur accélération −−−→

Γ(t) deM à l’ins- tant t . Montrer que, de t1 = 0 à t2 = 1 le mouvement est accéléré.

À quel instant, V (t) et −−−→

Γ(t) sont-ils colinéaires ? Quelle est alors la position de M ?

PROBLÈME

E désigne un espace vectoriel réel euclidien de dimension 3 rapporté à une base

orthonormée B = (

−→

ı , −→

ı , −→

k )

.

L désigne l’espace vectoriel des endomorphismes de E.

Partie A

Le baccalauréat de 1981 A. P. M. E. P.

Soit P le plan vectoriel qui a pour équation x+2y +3z = 0.

1. p désignant la projection vectorielle orthogonale de E sur P, écrire en fonc-

tion des coordonnées (x, y, z) d’un vecteur −→

V les coordonnées (

x′, y ′, z ′ )

du

vecteur −→

V ′ = p (

−→

V )

.

2. On considère l’application q de E dans E définie par

−→

V = x −→

ı + y −→

+ z −→

k , −→

V1 = q (

−→

V )

= x1 −→

ı + y1 −→

+ z1 −→

k .

avec

x1 = 1

14 (x+2y +3z),

y1 = 1

7 (x+2y +3z)

z1 = 3

14 (x+2y +3z),

Montrer que q est une projection vectorielle que l’on définira par son image et son noyau.

3. Identifier les endomorphismes p+q, p q, q p.

Partie B

On considère l’ensemble A des endomorphismes ap+bq où (a, b) décrit R2.

1. Montrer que A est un sous-espace vectoriel deL ; quelle en est la dimension ?

2. Déterminer noyau et image de ap+bq , selon les valeurs de a et b.

3. Montrer que les homothéties vectorielles appartiennent à A.

4. Montrer que la composée de deux éléments de A est un élément de A ; en dé- duire que (A,+, ◦) est un anneau commutatif unitaire.

5. Montrer que A contient quatre projections vectorielles seulement.

6. Quels sont les éléments involutifs de A ?

N.B. - La partie B peut se traiter sans utiliser les expressions analytiques de p et de q .

Besançon 2 septembre 1980

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome