Exercitation sur les calculs avancés de mathèmatique 2, Exercices de Calcul avancé

Exercitation sur les calculs avancés de mathèmatique 2, Exercices de Calcul avancé

PDF (42.4 KB)
3 pages
124Numéro de visites
Description
Exercitation sur les calculs avancés de mathèmatique 2. Les principaux thèmes abordés sont les suivants: désignation de la fonction logarithme népérien, démontrer que l’endomorphisme ' associé à f est involutif.
20points
Points de téléchargement necessaire pour télécharger
ce document
Télécharger le document
DijonCjuin1980*.dvi

[ Baccalauréat C Dijon juin 1980 \

EXERCICE 1 3 POINTS

1. Soit f la fonction numérique de la variable réellex, définie par

f (x)= log ∣

∣tan x

2

où log désigne la fonction logarithme népérien.

Déterminer l’ensemble de définition de f , ainsi que la fonction dérivée pre- mière f ′.

2. À l’aide d’une intégration par parties, déterminer la valeur exacte du réel

I =

π 3

π 6

1

cos2 t ·sin t dt .

EXERCICE 2 3 POINTS

E désigne un espace affine associé à un espace vectoriel V de dimension 3, rapporté

au repère (

O, −→ ı ,

−→ ,

−→ k )

.

Soit f l’application affine de E dans E qui, à tout point M de coordonnées (x ; y ; z) associe le point M ′ dont les coordonnées

(

x′ ; y ′ ; z ′ )

sont :

x′ = −x+ z

y ′ = −2x+ y + z+2 z ′ = z+4.

1. Démontrer que l’endomorphisme ϕ associé à f est involutif ; le déterminer.

2. Quel est l ?ensemble des points invariants par f ?

3. Soit g la symétrie affine d’endomorphisme associe ϕ qui laisse invariant le

point A de coordonnées(0 ; 1 ; 2). Soit t la translation de vecteur 2 −→ ı +4

−→ +4

−→ k .

Vérifier que f = t g = g t .

PROBLÈME 13 POINTS

Dans tout le problème, (a, b) est un couple donné, élément de R2− {(0, 0)}. On dé- signe par :

P un plan affine euclidien rapporté au repère orthonormé direct (

O, −→ ı ,

−→ )

.

P ⋆ l’ensemble P privé de l’origine O.

C ⋆ l’ensemble des nombres complexes privé de zéro (on pourra utiliser les no-

tations ρ et θ pour désigner respectivement le module et un argument d’un élément de C⋆.

A le point de P ⋆ d’affixe 1.

Pour tout couple de points (

M , M ′ )

de P ⋆, d’affixe respective z et z ′, on associe le point d’affixe zz ′, noté MM ′. On définit ainsi une loi de composition interne dans P ⋆.

Partie A

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

1. Soient Q et Q′ les points de P ⋆ d’affixe respective

z = cos π

3 + isin

π

3 et z ′ = 2

(

cos 5π

6 + isin

5π

6

)

.

Représenter les points Q, Q′ et Q ∆ Q′.

2. Démontrer que (P ⋆, ∆) est un groupe commutatif isomorphe à (

C ⋆, ×

)

. Quel est son élément neutre ?

3. On appelle fa, b l’application de R dans P ⋆ qui, à tout réel t , associe le point

M d’affixe eat (cosbt + i sinbt).

Démontrer que fa, b est un homomorphisme de (R, +) dans (P ⋆, ∆).

Le point Q′ a-t-il des antécédents par f0, b ? Lorsque a est non nul, Q a-t-il des antécédents par fa, b ?

En déduire que l’application fa, b n’est pas surjective.

Pour quelles valeurs de a l’application fa, b est-elle surjective ?

4. On appelle Ca, b l’image de R par fa, b .

Reconnaître les ensembles C0, b et Ca, 0.

Démontrer que (

Ca, b , ∆ )

est un sous-groupe de (P ⋆, ∆).

Partie B

Dans cette partie seulement, a est un réel strictement positif, b un réel quelconque. Soit

(

uq )

q∈N la suite arithmétique de premier terme u0 = 0, de raison r , réel stricte-

ment négatif. Pour tout entier naturel q , on désigne par Mq le point fa, b

(

uq )

, dont l’affixe est notée zq .

1. On donne, dans cette questions seulement, a = 1,b = 1,r = − π

4 . Représenter

les points M0, M1, M2, M3, M4 et construire les segments [

Mq ,Mq+1 ]

, q ∈ {0, 1, 2, 3}.

On prendra 10 cm pour unité de longueur.

2. Vérifier que zq = z q 1 et que

zq+1− zq

∣= eaqr |z1−1|.

Endéduire que la suite (vn)n∈N de termegénéral vn = n−1 ∑

q=0

−−−−−−−→ MqMq+1

∥ converge

vers

L(r )=

1+2 (1−cosbr )

(1−ear )2 ear .

Quelle est la limite L de L(r ) lorsque r tend vers 0 ?

Partie C

Dans cette partie, on cherche l’ensemble Sa, b des similitudes directes S de centre O qui laissent Ca, b globalement invariant, c’est-à-dire telles que S(Ca, b)=Ca, b . Étant donné un élément S de Sa, b , on note k son rapport, ϕ une détermination de la mesure de son angle, en radian.

1. Soit M un point quelconque de P, démontrer que S(M)= S(A)∆M .

2. Soit M un élément de Ca, b . On considère les trois propositions :

P1 : S(M) appartient à Ca, b

P2 : S(A) appartient à Ca, b

Dijon 2 juin 1980

Le baccalauréat de 1980 A. P. M. E. P.

P3 : il existe une réel T et un élément λ de Z tels que

{

eaT = k bT = ϕ+2λπ.

Démontrer l’équivalence des propositions P1 et P2, puis des propositions P2 et P3.

3. En déduire queSa, b est égal à l’ensemble S ′ a, b des similitudes de centreO, de

rapport eaT , dont une détermination de la mesure de l’angle est bT , lorsque T décrit R.

Dijon 3 juin 1980

commentaires (0)
Aucun commentaire n'a été pas fait
Écrire ton premier commentaire
Ceci c'est un aperçu avant impression
Chercher dans l'extrait du document
Docsity n'est pas optimisée pour le navigateur que vous utilisez. Passez à Google Chrome, Firefox, Internet Explorer ou Safari 9+! Téléchargez Google Chrome